lun. Juin 24th, 2024

Chaque année, à la fin de la procession, la cathédrale de Séville accueille la messe saisonnière en l’honneur de la Vierge des Rois. À cette occasion,avec trois évêques sur l’autel. La cérémonie était présidée par l’archevêque de Séville, Mgr. José Ángel Saiz Meneses et les évêques auxiliaires Teodoro León et Ramón Valdivia ont concélébré, ainsi que des prêtres du clergé diocésain.

Monseigneur Saiz a rappelé que l’un des titres de la ville est celui de mariale. « Notre géographie est parsemée de belles images de la Vierge sous différents titres », a-t-il ajouté. Après avoir parcouru le lien historique de Notre-Dame des Rois et Ferdinand III le SaintLe monarque est « un modèle et une référence pour vivre notre foi malgré les siècles passés, parce qu’il a profondément réalisé l’idéal du chevalier chrétien, au cœur noble et confiant en Dieu ».



Pour Monseigneur Saiz, la dévotion de Saint Ferdinand à la Vierge a été transmise à Alphonse X, Le Sage. « Il nous enseigne ainsi à travailler à la transmission de la foi dans nos familles, à nos enfants et petits-enfants ». C’est pourquoi, « nous devons suivre son exemple en invitant tout le monde à faire ce qu’il nous dit de faire, comme aux noces de Cana. Ainsi, notre ville mariale de Séville continuera pendant de nombreuses années encore à être enracinée dans la foi chrétienne, par l’intercession de Notre-Dame des Rois », a-t-il déclaré.

L’archevêque a expliqué en quoi consiste aujourd’hui cet engagement chrétien. Tout d’abord, il a indiqué une écologie intégrale « pour dépasser les approches fragmentées et partielles, et pour pouvoir arriver à une approche complète du développement humain qui se base sur une approche holistique et globale ».et qui intègre les aspects sociaux, environnementaux et économiques, et qui a un impact sur la vie quotidienne et la culture »..

Il a encouragé à « avancer résolument sur le chemin de la fraternité et de l’amitié sociale », mais a averti que ce n’est pas seulement avec des mots, « mais avec des actes » qui démontrent la meilleure politique, « celle qui n’est pas soumise aux intérêts des partis ou à la finance, mais au service du bien commun » en mettant les personnes « au centre de l’activité économique » et en offrant « un travail digne pour que chacun puisse développer ses compétences et ses talents ».

Au cours de l’homélie, l’archevêque a rappelé les paroles du Pape François lors des Journées Mondiales de la Jeunesse sur la construction de la paix et a rappelé que celle-ci est « le fruit de la justice, du pardon et de la réconciliation ». Monseigneur Saiz Meneses a rappelé que sous la protection de la Vierge des Rois « nous nous réfugions, à son intercession nous confions notre travail, nos intentions et nos espoirs », a-t-il conclu.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *