mer. Juil 24th, 2024

Un livre sur l’histoire et l’art et la réouverture du fabuleux musée avec d’importantes nouveautés. Le monastère de Santa Paula à Séville a présenté deux initiatives culturelles qui amélioreront l’entretien et la diffusion de son grand patrimoine. ;   L’histoire et l’art du monastère, fondé en 1475, ont été réunis dans un ouvrage majeur écrit par l’historien Salvador Guijo Pérez, qui a effectué des recherches exhaustives dans les archives du monastère et a acquis une connaissance approfondie de la tradition orale de ses religieuses. En outre, l’espace muséal a intégré de nouvelles pièces qui feront le bonheur des visiteurs.

L’œuvre Monastère de Santa Paula à Séville. Domus Romana Amplissima Ce livre est un aperçu divertissant et instructif de tout l’univers qui entoure le cloître. L’ouvrage s’ouvre sur un chapitre consacré à l’histoire du monastère qui situe dans l’espace et dans le temps cette branche féminine de l’Ordre de Saint-Jérôme. Il est suivi du premier catalogue qui ouvre de manière inédite les portes du monastère pour offrir au lecteur la richesse de son patrimoine avec sa spectaculaire collection d’Enfants Jésus. Un deuxième chapitre présente la documentation artistique sur le patrimoine immobilier et mobilier du monastère où le lecteur est invité à aller au-delà de l’œuvre artistique et à réfléchir sur ce qu’il voit, car derrière, il y a toute une série de réalités qui justifient comment c’est et pourquoi c’est. Le troisième chapitre détaille le patrimoine perdu, suivi d’un catalogue des principales œuvres du musée du monastère. Le livre se termine par un quatrième chapitre sur le musée de Santa Paula, sa formation et la description de ses pièces, y compris les nouvelles acquisitions qui lui sont destinées.



Comme l’a expliqué l’auteur du livre à ce journal, le lecteur sera particulièrement intéressé par la fondation de deux confréries totalement inconnues dans ce monastère : la Confrérie du doux nom de Jésus au XVIe siècle et la Congrégation du Saint Rosaire de Notre-Dame de Lorette en 1753, ajoutée à celle du couvent de San Pablo. « Ces congrégations ont été actives respectivement jusqu’au 19ème et 20ème siècle. De même, de nombreuses attributions documentaires ont été confirmées en ce qui concerne la paternité de nombreuses pièces artistiques, ainsi que la description graphique des bâtiments monastiques. Nous ne pouvons pas ne pas mentionner le travail intense de Mère Cristina de la Cruz de Arteaga, la force motrice de cet ordre et de son monastère de Santa Paula, aujourd’hui en cours de béatification ».

Le volume comprend plus de 350 photographies de la plus haute qualité, prises par Daniel Salvador-Almeida, qui illustrent la splendeur du monastère. Le livre a été parrainé par la Real Maestranza de Caballería, qui a joué le rôle de mécène pour que le livre voie le jour. Le même projet a été répété l’année dernière. ; avec le livre sur le monastère royal de San Leandro  Ce livre est le deuxième volume d’une série qui sera publiée chaque année et qui sera exclusivement consacrée aux couvents féminins de la ville. Tous les bénéfices de la vente seront entièrement utilisés pour soutenir l’économie du monastère.

Réouverture du fabuleux musée monastique

Le musée de Santa Paula a rouvert ses portes après l’été avec d’importantes nouveautés. Il s’agit du plus ancien musée de couvent de Séville. Il expose des sculptures, des peintures et des arts décoratifs appartenant à cette branche féminine de l’ordre de Saint-Jérôme, ainsi que le legs de la collection du duché de l’Infantado à l’une de ses filles, la prieure Cristina de Arteaga, qui fut également responsable de l’ouverture de ce musée en 1976.

De nouvelles sculptures et peintures de différentes tailles provenant du cloître ont été ajoutées à la collection. On notera en particulier un calvaire de Juan de Astorga datant du XIXe siècle. Du noviciat, on a ajouté une sculpture de Saint Eustoquio du sculpteur Cristóbal Ramos Tello et un Enfant Jésus Bon Pasteur du Sacré-Cœur du même artiste. Deux autres Infants Jésus ont été ajoutés à l’exposition, le premier étant une œuvre de grande qualité de Montañes datant du XVIe siècle et le second une œuvre passionniste de Gabriel de Astorga.

Le trousseau textile a également été renouvelé et peut être admiré dans les vitrines avec deux chasubles blanches du XVIIIe siècle, ainsi que le Simpecado de gala de la Confrérie de Nuestra Señora de Loreto, exécuté en 1746, dont la peinture rappelle l’œuvre de Domingo Martínez. L’espace rénové du musée est complété par un nouveau cuivre de Grenade de Saint Jerónimo, une toile d’Antonio María Esquivel représentant Jésus avec Marthe et Mariede 1849. En raison de la production du livre, toutes les images ont été habillées avec leurs trousseaux brodés, les renouvelant ainsi que leur disposition, les mois de novembre et décembre étant des dates clés pour en profiter. Pendant ces mois, les affiches seront remplacées par les nouvelles attributions et descriptions des pièces.

Une autre des améliorations introduites est la rénovation complète du site web du couvent (; https://santapaula.es/  ) via une application qui sera active dans les prochains jours.

Guijo a souligné que la ville doit une reconnaissance importante à ce monastère, qui est une marque de fabrique de la ville pour son patrimoine artistique, historique, ethnologique, culturel, religieux et même gastronomique, avec ses célèbres marmelades : « Bien que ce ne soit pas la meilleure période pour les enclos, les moniales hiéronymites maintiennent la devise ora et labora et ils luttent quotidiennement pour préserver leur grand héritage. Une façon de les aider est de visiter le tour pour acheter ou, à l’approche de Noël, d’offrir leurs turrones et leurs confitures exquises.

Le musée de Santa Paula, situé dans la rue du même nom, peut être visité du mardi au dimanche de 10h00 à 13h00. Les billets sont en vente sur le site web. À l’occasion de sa réouverture et de la publication du nouveau livre, l’auteur du livre, l’historien Salvador Guijo, dirigera des visites de groupes au prix de 10 euros par billet au profit de la communauté. Pour réserver ces groupes et trouver d’autres moments de l’après-midi, veuillez contacter directement l’historien qui organisera les groupes à l’adresse électronique suivante : [email protected].

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *