jeu. Avr 18th, 2024

On connaît l’ampleur et l’importance de l’œuvre d’El Cachorro. Le catalogue du patrimoine de la Confrérie de Triana d’El Cachorro est bien connu, depuis les images de son titre jusqu’à la broderie du dais, en passant par l’orfèvrerie et d’autres aspects. Mais à cette liste s’ajoute un autre aspect, en l’occurrence immatériel, qui est le suivant à la limite de l’exceptionnel : la musique. La confrérie du Cachorro s’est vue consacrer de nombreuses marches processionnelles, la plus célèbre étant l’immense « saeta » de Gámez Laserna, qui a également composé Notre-Dame du Patronageou plus récemment Après le Madrugáde David Hurtado, qui l’a composée alors qu’il avait à peine quinze ans, et Mediatrix Omnium Gratiarumpar José Peña.

Pedro Braña, José Albero, Abel Moreno, Pedro Morales… Tous ont composé, à un moment ou à un autre de leur parcours créatif, des marches pour les figures titulaires de la confrérie. Cependant, la première marche dédiée à la confrérie a tendance à passer inaperçue et à ne pas être remarquée. Revenons exactement un siècle en arrière, en 1923. -un autre anniversaire à retenir pour les confréries « cachorrista »-. Au mois de novembre de cette année-là, Arturo de Ysaura Pont remit la partition de la marche. L’expiration, dédiée « à la Real e Ilustre Hermandad del Santísimo Cristo de la Expiración y María Santísima del Patrocinio ». Ce Ysaura, dont le lieu de naissance (1861) est inconnu, est mort cinq ans après la composition de la marche et a été de son vivant chef d’orchestre : il a dirigé la zarzuela à Alicante et, quelques années plus tôt, au Teatro Avenida de Buenos Aires.



La marche, qui a été reprise en 2007 par la Banda Municipal de Sevillaest le la première de toutes celles connues à ce jour à avoir un accompagnement choral, c’est-à-dire une partie chantée. Selon l’infatigable Gutiérrez Juan, dans un excellent article publié dans la revue Mediatrix de la confrérie en 2006, seul le nom de la marche était connu, et aucun matériel complet n’était conservé dans « aucune archive connue ». Nous ne savons pas non plus si la marche a été jouée dans la rue.mais il est probable qu’elle ait été jouée pour la première fois pendant la Semaine sainte de 1924, car le Municipal accompagnait alors le Cachorro. Il semble certain que l’orchestre, au moins, l’a répétée.

La marche comporte également quelques arrangements de Manuel Font Fernández de la Herranz, qui dirigeait à l’époque cette fanfare civile. Curieusement, pendant la Semaine Sainte 1924, la confrérie a donné au Municipal « une prime de 50 pesetas », sans doute pour la satisfaction suscitée par les services rendus.

La partie chantée

Comme nous l’avons dit, il s’agit de la première marche avec accompagnement choral, bien que Farfán utilisera plus tard cette ressource dans certaines de ses compositions telles que Le doux nom ou son universel Les sonneurs de cloches passent. Gutiérrez Juan note que les paroles de la marche pourraient avoir été écrites par Ysaura lui-même et qu’elle était destinée à être chantée par les hommes qui, à l’époque, constituaient exclusivement le personnel des orchestres et étaient chargés d’exécuter les chœurs.

Les paroles sont précisément les suivantes : « O Seigneur de bonté, aie pitié de nous, Saint Christ de l’Expiration, avec ferveur et en implorant le pardon, nous élevons une prière sincère. Avec ferveur et en implorant le pardon, nous t’adressons une prière sincère, ô divin Rédempteur ! Phare de l’humanité, lumière splendide et éternelle, mort sur la Croix par la faute de l’impiété, Seigneur de bonté, prends pitié de nous, Saint Christ de l’Expiration ».

La marche, une vraie beauté qui est un portrait vivant d’une époque (avant l’ébullition des sons paramilitaires après la guerre civile), est tombée dans l’oubli et n’a pas été réentendu à Pâques. Sa récupération est un défi, mais il semble que les étoiles se soient alignées. El Cachorro aura à nouveau une fanfare le vendredi saint 2024, Cent ans après sa première représentation présumée. La reverrons-nous ? l’entendre à nouveau dans la rue ? Entre-t-il dans les plans de la corporation et de la Banda de la Puebla del Río ? Rêvons, espérons-le ; L’appât, bien sûr, nous le lançons.

Nous accompagnons l’en-tête d’une vidéo appartenant à la chaîne Aires de Manigueta, dans l’enregistrement réalisé en 2006 par la Banda Sinfónica Municipal de Sevilla.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *