sam. Avr 13th, 2024

Association des fidèles de la Virgen de los Reyes. Après l’orchestre symphonique municipal, qui ouvre la procession, se trouvent les enfants carrancains du Sacramental del Sagrario. Derrière eux, la croix patriarcale et deux chandeliers. Ils sont suivis par les membres de l’Association des fidèles de Nuestra Señora de los Reyes et San Fernando, présidée par Antonio Ramos. Quelque 150 personnes y participent. L’association compte environ 1 600 membres et a été fondée dans les années 1940 à l’initiative du cardinal Pedro Segura.

Conseil général des confréries et confraternités. Voici la représentation du Consejo General de Hermandades y Cofradías (Conseil général des confréries et confréries). Le vice-président, José Roda Peña, en est le responsable. Il est accompagné d’autres officiers généraux, de délégués d’un jour et de conseillers des différentes sections, tous en costume d’apparat. La Vierge des Rois est la patronne de l’institution. Chaque année, le Conseil commande et édite l’affiche annonçant la procession de la Vierge. Cette année, il s’agit d’une photo de Daniel Salvador-Almeida.



Sacrement du Sagrario. Ci-dessous se trouve la représentation de l’Archicofradía Sacramental del Sagrario de la cathédrale. À peu près à la moitié de la section se trouve la Sympathie sacramentelle. Les frères du Sagrario sont toujours les laïcs qui s’approchent le plus du char du Saint Patron chaque 15 août, car cette corporation jouit d’un privilège de la part du Chapitre de la Cathédrale avec lequel elle a une charte de fraternité. Cette corporation a également le privilège d’utiliser la cire rouge. Il est d’usage que les frères les plus proches du paso de la Vierge portent un manteau du matin. Les frères et sœurs de cette corporation ont également une place réservée par le Chapitre pour assister à la messe saisonnière qui a lieu après la procession.

Autorités ecclésiastiques, civiles et militaires. Immédiatement après l’Archiconfraternité du Sagrario se trouve la représentation du clergé séculier, le chœur et la représentation du Chapitre de la cathédrale, précédée par le pertiguero et formée de plusieurs paires de chanoines et présidée par l’aumônier supérieur de San Fernando. Les chapelains royaux sont placés comme porteurs de la procession. Derrière le paso se trouve la présidence ecclésiastique, dirigée par l’archevêque, Monseigneur José Ángel Saiz Meneses, et les évêques auxiliaires, Teodoro León Muñoz, qui est également vicaire général, et Ramón Valdivia. Ensuite, les ministres de la mitre, de la crosse et du livre. Ensuite, les autorités invitées et les corporations municipales et provinciales, en costume d’apparat et sous la masse. Les porteurs de la masse de la corporation municipale portent le cramoisi et ceux de la corporation provinciale le vert. Le subdélégué du gouvernement assiste à cette partie du cortège. Le cortège est clôturé par une compagnie de l’armée avec son escadron de soldats, son drapeau et sa fanfare.

Lire aussi:  La restauration du Christ de Lépante à Barcelone et l'iconographie des images noires andalouses

Un trésor fruit de la dévotion à la Vierge Marie

Le manteau. La Vierge porte le manteau blanc brodé de châteaux et de lions lors de la procession. Ce manteau a été offert par la reine Isabelle II en 1853. La taille des ornements change de la tête à la queue, ils ne sont donc pas tous identiques. La dernière fois que la Vierge a porté le manteau blanc lors de la procession, c’était en 2018. La Virgen de los Reyes possède quatre autres manteaux de procession alternés : le rouge, cadeau de la duchesse de Montpensier ; le saumon qu’elle a porté en 2022 ; le vert, également cadeau d’Isabelle II ; et le bleu clair, connu sous le nom de manteau du couronnement, car il a été porté pour la première fois en 1904 lors de cet événement historique.

Le pecherin de brillants. De tous les pécherins du trésor de la Vierge, c’est celui avec des diamants qui a été choisi pour la procession du 15 août. C’est la plus précieuse, ce qui se remarque facilement. Au centre se trouve la médaille de l’Infante María Luisa, qui en a fait don à la Vierge en tant que fille adoptive de la ville. Le trésor de la patronne comprend également plusieurs pendentifs montés avec divers bijoux en 1976 selon l’idée d’Enriqueta López-Lozano, alors présidente de l’association, et réalisés avec l’aide du bijoutier Juan Ordóñez, de Francisco Morillo et de Dolores Gálvez. Outre celle avec des diamants, qui est celle utilisée pour la procession, trois autres se distinguent. La topaze (à droite), faite de topaze et d’émeraudes, est celle qui est habituellement utilisée pour la neuvaine. La turquoise (image centrale) est présidée par les armoiries de la Guardia Civil. Il a été fabriqué à partir de broches d’imperméables du XVIe siècle et constitue l’un des grands joyaux du trésor. Le plastron en corail (à gauche), offert par le roi Louis Philippe de France, est très prisé des fidèles. C’est celui que la Vierge porte habituellement lors du baiser de la Vierge.

La couronne. En or, elle comporte près de 12 000 pierres précieuses, dont des diamants et des rubis. Il a été inauguré en 1904 à l’occasion du couronnement canonique. Elle a été réalisée par le joaillier Pedro Vives et a coûté 800 000 pesetas. Sa valeur est aujourd’hui incalculable.

Lire aussi:  La controverse se poursuit à Carrión à propos de la suspension de la fête du Corpus Christi

Le bâton de la mairesse. La sainte patronne porte le bâton de commandement, en tant que mairesse perpétuelle, porté par un petit ange à ses pieds, devant le piédestal. La Vierge est également ornée de la médaille d’or et des clés de la ville de Séville. En outre, la ceinture du lieutenant général de l’infant Don Carlos est suspendue à sa taille.

Les anneaux. Bien qu’ils ne soient pas habituellement portés sur l’autel au cours de l’année, des cultes ou des processions, plusieurs anneaux se trouvent dans le trésor de la Virgen de los Reyes, grâce aux dons des différents cardinaux, comme Segura ou Bueno Monreal, qui ont eu l’archidiocèse de Séville.

La palme de l’enfant. L’Enfant Jésus, comme la Vierge des Rois, possède un riche trousseau qui est aussi le fruit de la dévotion populaire. L’Enfant Jésus a deux palmes dans le trésor de la Vierge des Rois. L’une d’entre elles, que l’on peut voir sur l’image, est celle de diamants et d’or blanc qu’il porte le matin du 15 août. Le reste de l’année, le Divin Enfant porte dans sa main gauche une palme plus simple.

Chaussures en or. Cinq paires de petits souliers dorés constituent le trésor spécial de l’Enfant Jésus, également conservé dans la chapelle royale. Leur disposition au centre des vitrines les met particulièrement en valeur. L’Enfant, qui porte l’une des paires lors de la procession, est habillé comme la Vierge. Les petites bottes confectionnées pour lui par la reine María Cristina sont également remarquables. Elle ne les porte pas habituellement et elles sont donc peu connues des fidèles.

Le fauteuil. Le fauteuil dans lequel est abritée la Vierge des rois est de type ciseaux, fait de matériaux nobles comme l’écaille et l’argent, et a la forme d’un hamac. Il est l’œuvre de l’ébéniste Alcoba. Au dos, elle porte les armoiries du chapitre de la cathédrale : la Giralda flanquée de deux jarres de lys.

Les fleurs. Depuis des décennies, la famille Ramos est chargée de décorer le cortège du saint patron. À cette fin, 1 100 bâtons de tubéreuse sont placés aux angles, complétés par des astromélias blancs.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *