mer. Fév 28th, 2024

Après avoir raconté la communication « révolutionnaire » de la Fiat Uno,  Aujourd’hui, la L’équipe de Stellantis Heritage  présente une deuxième vidéo https://youtu.be/1iNXPur3z9o qui révèle comment l’innovation technologique, appliquée au design et à la production, est une particularité de l’icône Fiat née il y a quarante ans. A la tête de ce voyage, entre passé et futur, se trouve Roberto Giolito , responsable de Stellantis Heritage (Alfa Romeo, Fiat, Lancia, Abarth), à travers des images de l’exposition. Centre historique Fiat  et des souvenirs de l’époque conservés dans le Centre du patrimoine.

Innovation technologique  est le fil conducteur entre les Les 40 ans de la Fiat Uno . Comme en témoignent ses débuts spectaculaires devant la presse internationale, le 19 janvier 1983, à Cap Canaveral (États-Unis) la ville qui symbolise la conquête de l’espace. C’est le cadre idéal pour un modèle destiné à redéfinir le paradigme des voitures urbaines et à changer l’histoire de la marque italienne. La Fiat Uno représente en effet un tournant historique pour le secteur automobile en raison de plusieurs premières, comme l’utilisation intensive de robots dans le processus de production, une nouvelle relation fructueuse entre le Centre de Style et l’Ingénierie, et l’affirmation de ce que nous appelons aujourd’hui le Functional Design. Tout est conçu pour atteindre le plus haut niveau de qualité, ce que l’on attend du modèle le plus innovant du segment. Et le saut qualitatif est considérable, comme en témoigne l’énorme effort financier : cinq ans, entre l’étude et la conception, avec un budget d’environ 1 000 milliards de lires, ce qui en fait l’investissement le plus important que Fiat ait réalisé jusqu’alors.

Roberto Giolito, responsable de Stellantis Heritage (Alfa Romeo, Fiat, Lancia, Abarth) explique : « L’Uno a été un projet totalement innovant. A commencer par la carrosserie qui, par rapport à sa devancière la 127, est déjà conçue avec des soudures robotisées. Les portes elles-mêmes sont assemblées avec moins de composants. De même, le hayon nouvellement assemblé annule cette ligne de couture qui était auparavant perçue comme un défaut, mais qui devient au contraire un motif caractérisant le côté ».

Lire aussi:  La brique. Effet des taux sur le marché du logement. Baisse des prix en Allemagne et au Royaume-Uni

Le Robogate, fer de lance de l’automatisation des usines.  Avec la Fiat Uno, un nouveau concept de production prend forme, qui conduira à l’Usine Intégrée, de plus en plus orientée vers une plus grande flexibilité. Au cœur de cette philosophie industrielle se trouve la Robogate, un système de production sophistiqué conçu par Comau, le leader du Groupe Fiat en matière d’automatisation, pour l’assemblage des carrosseries automobiles, qui repose principalement sur un système de soudure par points précis pour chaque pièce de la voiture. Il a fait ses débuts en 1978 à l’usine de Rivalta pour la production de la Ritmo, mais a été rapidement adopté par les usines de Mirafiori et de Cassino. C’est la Fiat Uno qui en a bénéficié, car elle a pu compter sur la précision de dizaines de robots pour les phases d’assemblage, de soudure et de peinture, ce qui a permis d’améliorer considérablement l’uniformité et la qualité de la production. Il suffit de dire qu’une grande partie de l’investissement global pour le projet « Uno » a été utilisée précisément dans l’automatisation de l’usine, où chaque jour une « danse » spectaculaire de bras mécaniques, de chariots transporteurs et de cadres (« gates ») a été mise en scène, sous la direction d’un ordinateur qui dictait les temps et les processus.

La Fiat Uno ne représente pas seulement une révolution dans la fabrication, car avec elle, c’est tout le monde de la conception, du développement et de la production d’une voiture qui a changé. Et si aujourd’hui des réseaux dédiés et des connexions matérielles relient les différentes zones de l’usine, demain c’est le concept de l’Internet des objets qui dominera, en créant un dialogue entre ces machines pour atteindre la plus grande flexibilité possible. Cela permettra de construire des voitures pour tous les continents et toutes les cultures de la manière la plus efficace et la plus durable possible ».

Lire aussi:  Tourisme. Entre nouvelles tendances et contrats à renouveler

Le moteur FIRE, joyau technologique du groupe Fiat.  Les robots sont également entrés dans l’usine futuriste de Termoli 3, créée spécifiquement en 1985 pour la production du nouveau moteur FIRE, dont l’histoire est étroitement liée à celle de l’Uno. En effet, c’est la première voiture Fiat à être équipée de ce joyau de l’ingénierie italienne, produit pendant 35 longues années et à plus de 23 millions d’exemplaires. Son nom est un acronyme pour Fully Integrated Robotized Engine et fait clairement référence à la méthode innovante par laquelle il est fabriqué, à savoir le système Robogate. Par rapport à l’ancien moteur utilisé sur toutes les Fiats, le nouveau FIRE est plus compact et plus léger (69 kg seulement) ; plus simple dans sa philosophie de construction (95 composants en moins) ; plus moderne (passage d’un système de bielles et de balanciers à un système de distribution avec arbre à cames en tête) ; plus fiable et plus facile à assembler. Bref, un projet d’une grande longévité et une ingénierie moteur qui est entrée dans l’imaginaire collectif comme synonyme de fiabilité et de qualité.
Roberto Giolito conclut : « La Fiat Uno est un archétype, suivi également par de nombreux concurrents, et elle ouvre une voie où chacun ira plus tard avec ses produits, mais Fiat continuera à avoir le leadership absolu dans ce segment, à tel point qu’une version turbocompressée à induction électronique établira la norme parmi les voitures compactes et vivantes, mais très sportives ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *