mar. Fév 27th, 2024

Tout au long de la longue et vaste existence de la Semaine Sainte à Séville il y a eu une série de moments ou d’instants qui, en raison de leur caractère exceptionnel, sont devenus historiques et sont restés dans l’imaginaire collectif des cofradías. Les processions primitives à la Cruz del Campo, les luttes sociales entre les confréries du XVIIe siècle et le synode de Niño de Guevara en 1604, l’inclusion du Gran Poder dans la Madrugada en 1777, la fièvre jaune de 1800, la Corte Chica de la famille Montpensier et les événements malheureux des années 1930.

Chacun d’entre eux relève d’une considération ou d’une nature différente : politique, sanitaire, logistique…. Dans leurs diverses ramifications, ces événements font encore l’objet de discussions et de débats dans les milieux qui nous sont proches. Dimanche dernier, c’était le quatre-vingtième anniversaire d’un événement qui a marqué l’histoire récente de la Confrérie centenaire de l’O. C’était le 23 avril, le Vendredi saint, et la procession était déjà au complet dans le quartier de Triana après sa station pénitentielle. Alors que le Nazaréen était sur le point d’entrer (transporté dans son ancien panier avec les candélabres et les cartouches de Roldán, aujourd’hui à Carmona) et que le palio se déroulait dans la rue San Jorge, l’incroyable s’est produit. Un tramway, qui circulait à ce moment-là entre La Pañoleta et La Puebla del Río, a perdu toute sa puissance de freinage et s’est arrêté. s’est encastré dans l’avant du col, provoquant instantanément le tumulte, la panique et l’incertitude.



Lire aussi:  la rencontre passionnante entre San Gonzalo et la Redención dans le Santo Entierro Grande 2023

Évents, pilotis gauche, jarres, poteaux, chandeliers, candélabres…. Tout a été complètement rasé Le côté matériel, mais le vrai miracle se trouve dans la composante humaine. Pas de membre de la cuadrilla de Rafael Ariza, ainsi que des dévots et des nazaréens, a été blessé. L’image est également indemne. Seul Salvador Dorado El Penitente a été blessé au pied par l’un des pilotis.

Une fois l’atmosphère dégagée et après avoir vérifié qu’il n’y avait pas de blessés graves, la Vierge est transportée sur une plate-forme jusqu’à la Parroquia de la O.vêtue d’un drap blanc offert par Ana Pariente (comme l’a noté Fran Delgado dans El Foro Cofrade) et d’un cintre appartenant à un nazaréen nommé Carlos Morilla.

Peu après, lorsque l’événement est devenu anecdotique – sans ignorer son danger – les costaleros ont promu une série de services d’action de grâce, convaincus de l’intercession miraculeuse de la Virgen de la O dans l’accident. À cet égard, et suite aux efforts du conseil d’administration, l’image a été transférée à l’église paroissiale de Santa Ana lors d’un rosaire public, plus précisément le 29 mai.

Quelques jours plus tard, le 3 juinaprès l’office solennel, la Vierge douloureuse est retournée à son église paroissiale de procession triomphale dans les rues de Triana sur le paso de la Divina Pastora. Les événements se sont terminés par une cérémonie de baisers. On a découvert par la suite que le conducteur du tramway, Francisco Muñoz Reina, avait porté la tunique de satin violet pendant de nombreuses années.

Voilà ce qu’est la Semaine sainte : imprévisible, inattendue, miraculeuse.

Lire aussi:  Cajasol érigera une crèche avec des images secondaires des confréries de Séville et de la province.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *