mar. Fév 27th, 2024

En 2022, pas moins de 14,4 % de l’aide publique au développement (APD) mondiale est restée dans les poches des pays riches, au lieu d’être allouée à l’amélioration des conditions de vie dans les régions les plus pauvres de la planète. En particulier, les « coûts des réfugiés dans le pays donateur » ont explosé pour atteindre le chiffre record de 29,3 milliards de dollars, soit une augmentation de 134 % par rapport à 2021.

En d’autres termes, le montant retenu par les pays donateurs pour des interventions à l’intérieur de leurs frontières est plus élevé que l’augmentation globale de l’aide mondiale (+13,6%), passant de 186 milliards en 2021 à 204 milliards en 2022.

C’est ce que dénonce Oxfam au lendemain de la publication des nouvelles données préliminaires pour 2022 par le Comité d’aide au développement de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Avec la guerre en Ukraine et le plus grand exode de réfugiés depuis le second après-guerre en Europe, d’énormes ressources ont été « redirigées » pour faire face à l’urgence (16 milliards de dollars au total, soit 8% du total de l’APD mondiale.

« Alors que des dizaines de millions de personnes dans les pays les plus pauvres et les plus vulnérables luttent pour survivre aux effets des guerres, de la crise climatique et de l’inflation, les pays riches ont transformé leurs promesses d’aide en une farce. – Francesco Petrelli, conseiller politique d’Oxfam Italie pour le financement du développement, a déclaré : « Près de 30 milliards d’euros ont été considérés à tort comme une « véritable » aide au développement, sans l’être. En réalité, il s’agit d’une augmentation inscrite sur l’eau. Une grande partie a été affectée à l’accueil des demandeurs d’asile à l’intérieur des frontières nationales, en particulier des réfugiés ukrainiens, sans l’allocation nécessaire de ressources supplémentaires. Une autre partie a par contre été comptabilisée pour la deuxième année consécutive en prenant en compte le coût des dons de vaccins Covid, constitués de stocks déjà achetés pour les besoins nationaux à un prix de marché élevé ».

En Italie, les ressources pour faire face aux coûts de gestion de l’accueil des migrants ont également triplé, passant de 557 millions à 1,5 milliard.

Dans ce scénario, l’Italie est un exemple emblématique d’une tendance à l’augmentation purement fictive des ressources destinées à l’aide publique, c’est-à-dire à l’éradication de la pauvreté dans les pays en développement.

En effet, notre pays passe de 0,29% d’APD en 2021 à 0,32% en 2022 par rapport au revenu national brut, soit une augmentation sur le papier de 15%, c’est-à-dire de 6,085 milliards de dollars à 6,468 milliards de dollars. Cependant, comme le précise l’OCDE elle-même dans ses évaluations des tendances de l’aide par pays, « il s’agit d’une augmentation uniquement due à la part des coûts des réfugiés dans le pays donateur, sans laquelle l’aide au développement diminuerait ».

Lire aussi:  Le MATIC de Polygon bientôt à 10 euros : Achetez-en avant 2024 !

« Les ressources consacrées exclusivement aux coûts d’accueil en Italie ont triplé, passant de 557 millions à près de 1,5 milliard, et représentent 23 % du total de l’APD italienne. – Petrelli poursuit – Certes, l’augmentation des arrivées à travers la Méditerranée de 67 000 en 2021 à 104 000 en 2022 et la réorientation de 359 millions de dollars pour la crise ukrainienne pèsent lourd dans la balance. Cependant, un fait flagrant demeure : ces ressources ne sont une fois de plus pas destinées aux pays pauvres. Et ce, alors que l’aide italienne à l’Afrique a été réduite de plus de moitié, passant de 1,030 milliard de dollars en 2021 à 491 millions de dollars en 2022. Il en va de même pour les fonds alloués aux pays dits à faible développement (PMA), qui chutent de 925 millions USD en 2021 à 335 millions USD en 2022 ».

Parmi les pays donateurs de l’Oocse, donc, l’objectif de 0,70 % d’APD reste un mirage (voir la  Campagne 0,70 )
 

Pendant ce temps, en termes réels, le respect des engagements solennels pris il y a plus de 50 ans et réaffirmés en 2015 avec l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable reste un mirage. En particulier, celui d’atteindre 0,70% du revenu national brut en matière d’aide au développement. D’autant qu’au-delà des pourcentages, les objectifs de durabilité sociale et environnementale et de lutte contre l’extrême pauvreté reculent, sachant que ces indicateurs se dégradent dans 9 pays sur 10.

En moyenne, les pays riches n’ont consacré en 2022 que 0,36 % de leur revenu national brut à l’aide au développement, contre 0,33 % en 2021, mais bien en deçà de la barre des 0,70 %. Les 20 pays donateurs de l’UE, avec un total de 91,6 milliards USD, ont un ratio APD/RNB moyen de 0,57 % et représentent 45 % du total mondial. Les États-Unis représentent à eux seuls 25 %.

D’ici 2022, seuls 5 pays européens – le Luxembourg, la Norvège, l’Allemagne, la Suède et le Danemark – auront atteint un objectif crucial pour le présent et l’avenir de centaines de millions de personnes. Et l’Italie, comme on le voit, n’est pas une exception dans un sens positif.

« Oxfam estime que cette promesse non tenue a coûté aux pays à faibles et moyens revenus 6,5 billions de dollars entre 1970 et 2021. – Petrelli conclut : « Ce à quoi nous assistons n’est pas seulement un jeu à somme nulle ou négative, mais dénonce un manque de vision et de prise de responsabilité ».

L’appel à l’Italie 

« Dès 2021, l’augmentation relative de l’aide italienne au développement était liée à des facteurs épisodiques : dons de vaccins achetés pour l’Italie ou contributions extraordinaires aux agences de l’ONU pour lutter contre la pandémie. En d’autres termes, l’aide ne présentait pas les caractéristiques de reproductibilité et de programmation indispensables à son efficacité. – ajoute Ivana Borsotto, porte-parole de la campagne 070, également soutenue par Oxfam – Cette année, l’aide est encore plus virtuelle. Nous sommes également inquiets car dans la dernière loi de finances, des coupes ont été faites dans les augmentations prévues. L’objectif de 0,70 % s’éloigne de plus en plus . Nous en appelons au gouvernement et au parlement pour que l’Italie respecte ses engagements internationaux ».

Lire aussi:  Crif. Les prêts hypothécaires en baisse de 17,2 % en un an mais les montants demandés continuent d'augmenter

Notes pour une meilleure compréhension 

Les chiffres de l’aide pour 2022 sont disponibles en PDF sur Site web de l’OCDE : CLIQUEZ ICI 

Le niveau d’allocation de l’APD reste bien en deçà de ce qui est nécessaire pour réduire la pauvreté mondiale à zéro d’ici 2030 et ainsi atteindre les Objectifs de développement durable fixés par les Nations unies.

Les pays donateurs classent à tort les éléments suivants dans la catégorie de l’aide au développement (c’est-à-dire destinée à lutter contre la pauvreté). :

Coût des réfugiés : La Suède, par exemple, a annoncé la réorientation de près d’un cinquième de son budget d’aide pour financer l’accueil des réfugiés en provenance d’Ukraine. Le gouvernement a depuis fait marche arrière (même si quelque 430 millions de dollars sont encore affectés à l’accueil des réfugiés) en raison de la forte pression publique exercée par la société civile et du fait qu’il avait surestimé le nombre de réfugiés. Il ne s’agit pas d’une aide au développement, puisqu’elle est dépensée en Suède.

Vaccins : les dons de vaccins ont représenté 0,8 % de l’aide (1,54 milliard USD).

Prêts : Depuis 2018, les pays membres du CAD (Comité d’aide au développement) utilisent une nouvelle méthodologie pour évaluer la concessionnalité des prêts au développement. Auparavant, ils devaient utiliser une approche fondée sur les flux de trésorerie. Cela signifiait que les pays donateurs pouvaient comptabiliser le montant total de leurs prêts en tant qu’aide au développement, mais devaient soustraire les remboursements de prêts de leur aide totale. La nouvelle méthode utilise un taux d’intérêt fixe pour évaluer l’élément de subvention des prêts. Le taux d’intérêt fixe étant élevé, les donateurs obtiennent plus de crédit pour leurs prêts qu’ils ne le devraient, ce qui les incite à proposer davantage de prêts.

La campagne 070  est promue par les principaux représentants et réseaux d’ONG italiennes, AOI (dont Oxfam est membre), CINI et LINK2007, et est soutenue par le Forum III Settore, ASVIS, Caritas nazionale, Fondazione Missio : CLIQUER ICI ET ALLER SUR LE SITE 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *