mer. Mai 22nd, 2024

Le 23 mars a marqué l’anniversaire de la départ processionnel iconique de la Hermandad de las Siete Palabras en 1864, qui, en raison de circonstances et de vicissitudes historiques, était restée dans une langueur absolue pendant des décennies. Après l’approbation de nouvelles règles en 1798, et la revitalisation conséquente mais encore timide de ses membres, la confrérie entama le XIXe siècle avec un certain désir de retrouver sa splendeur passée. Cette confrérie, aujourd’hui issue de la fusion de plusieurs confréries de caractère différent résidait encore dans son lieu d’origine, le couvent de la Casa Grande del Carmen, où il avait sa propre chapelle.

Ces débuts prometteurs sont cependant interrompus par l’invasion française. Le maréchal Soultà la tête des troupes gauloises, prit le couvent et l’utilisa comme quartier général. Les images furent donc transférées dans l’église paroissiale de San Vicente. En 1805, le conseil d’administration s’était déjà réuni, mais il ne s’est réuni à nouveau qu’en 1817. Un an plus tard, en 1818, la confrérie tint une réunion d’élection, les conseils étant alors élus chaque année. Le travail de la confrérie visait principalement à récupérer la chapelle du couvent et à promouvoir la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, le saint patron de la confrérie depuis ses débuts.



Cependant, ces initiatives n’ont pas été pleinement adoptées par les frères et les dévots – qui n’avaient guère le temps de se réunir en raison de leurs lourdes charges de travail – et le désengagement de Mendizábal frappe à nouveau, et Les confréries, et en particulier les Siete Palabras, dont le saint patron était déposé dans une dépendance de l’église du Carmen, et la chapelle fut utilisée comme habitation privée, bien que quelques années plus tard, elle retrouva sa fonction religieuse.

Au cours de l’année 1850, un personnage clé rejoint la confrérie dans l’histoire de la Semaine Sainte à Séville : José Bermejo y Carballo, auteur des Glorias Religiosas de Sevilla et promoteur de la confrérie des Siete Palabras. Bermejo, avec d’autres jeunes frères, qui deux semaines après avoir prêté serment, proposa la tenue d’élections, au cours desquelles il fut élu premier secrétaire. Malheureusement, ce conseil ne s’est pas réuni pendant plus de cinq ans.

Le départ de 1864

Influencé par le courant romantique – dans le style et la pensée – et dans le but de récupérer les anciennes dévotions, José Bermejo y Carballo fut élu frère aîné de la confrérie en 1858, poussé par le zèle de plusieurs membres jeunes et enthousiastes de la confrérie. À 1860 a lieu le premier quinaire en l’honneur du Cristo de las Siete Palabras (Christ des Sept Paroles).L’épicentre dévotionnel de la corporation à cette époque, la dévotion à la Virgen de la Cabeza ayant été déplacée.

Les efforts sont clairement et directement orientés vers la réalisation de la procession pénitentielle. En 1863, le dessin d’un paso fut approuvé et la confrérie commença à recevoir des honoraires de ses membres pour son exécution, qui ne s’est finalement jamais concrétisée, l’argent collecté étant restitué par la confrérie. En mars 1864, le départ de la confrérie est approuvé, Bermejo se méfie « à cause de la précipitation et du petit nombre de frères » sur la liste. Cependant, il accepta, et dans un paso emprunté – sa provenance est inconnue – et le Mercredi saint 1864, à cinq heures et quart de l’après-midi, la confrérie des Siete Palabras retourne dans les rues. de la ville dans un cortège composé de sénatus, de drapeaux, de quatre soldats, de nazaréens et d’un étendard. Et, bien sûr, le paso de misterio, composé du crucifix, de la Virgen de los Remedios, de San Juan et de María Magdalena, prêtés par la confrérie des Cinco Llagas.

Depuis lors, le la société fait sa procession annuelle. l’après-midi du mercredi saint avec trois chars, devenant ainsi un authentique vestige vivant de la Séville d’autrefois et de la religiosité populaire de la ville à travers les âges.

Informations extraites d’un par Rafael Jiménez Sampedro pour le profil virtuel de la confrérie.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *