dim. Fév 5th, 2023

Après quelques années de débats, de conversations et de propositions électorales, la très fraternelle ville de Jerez de la Frontera aura des processions le samedi saint. Monseigneur Rico Pavés, évêque du diocèse d’Asidonia-Jerez, a publié vendredi un décret adaptant la réglementation actuelle pour répondre à la situation « sociale et ecclésiale » de notre époque. Jusqu’à la publication du décret, le samedi saint était considéré comme un jour « particulier » réservé au culte interne et à la préparation de la Veillée pascale. Depuis 1983, il n’y avait plus de processions à Jerez de la Frontera le samedi saint.

Dans le décret susmentionné – qui contient des réflexions très utiles et profondes – Monseigneur note que, bien qu’il y ait une croissance exponentielle du nombre de confréries, la pratique sacramentelle et liturgique traverse une période de participation réduite. La présence des confréries ce jour-là servira non seulement de support pour approfondir le sens chrétien du samedi saint, mais optimisera également la logistique du reste de la semaine sainte, en stabilisant la saturation des autres jours et en favorisant l’inclusion d’autres confréries dans la liste (ce qui est honnêtement impensable dans notre ville).



Le fait est que, pour le moment, les confréries de la Mortaja (jusqu’à présent, elle était le Sábado de Pasión), le Sacramental de Santiago (qui possède un impressionnant crucifix) et la Hermandad de la Piedad sont inclus dans la liste pour le Samedi Saint à Jerez. Cette dernière, dont les origines remontent au XVIe siècle (elle fête actuellement son 475e anniversaire), est l’une des plus uniques et caractéristiques de Jerez. Son paso de palio est un exemple unique de la Semaine sainte andalouse, car il est porté en procession sous la forme d’un cortège de deuil, avec les Marias au pied du candélabre et la Vierge (d’une facture magistrale du XVIIIe siècle) dans une conversation sacrée.

Lire aussi:  L'archevêque de Séville assistera aux funérailles du pape Benoît XVI

À cet ensemble d’une valeur artistique exceptionnelle s’ajoute un paso de palio sans pareil qui est un paradigme de la broderie du XIXe siècle. Il sera sans doute familier aux chercheurs de la confrérie et, en particulier, aux frères et sœurs de La O. En 1891, la confrérie de Triana a passé un contrat avec les sœurs Ana et Josefa Antúnez pour la réalisation d’un ensemble de cape, de plafond et de draperie en velours noir brodé d’or, conçu par Manuel Beltrán. La Vierge douloureuse de Triana a traité chaque Vendredi saint avec cet ensemble jusqu’en 1930, date à laquelle il a été vendu à son propriétaire actuel, et qui est toujours conservé pour le plaisir de la confrérie.

Pour la première fois en plus de cent trente ans d’histoire, cet énorme travail de broderie andalouse processionnera le samedi saint aux côtés de la Virgen de la Piedad. Une occasion extraordinaire – et qui, nous l’espérons, sera maintenue – de contempler ce paso de palio qui, pendant plusieurs années, a recueilli dans ses fils la lumière impondérable du Vendredi saint à Séville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *