lun. Jan 30th, 2023

Les frères Costalero étaient l’un des plus importants… révolutions dans la semaine de Pâques à la fin du 20ème siècle. Son incorporation progressive était une solution. Plus de grèves, qui laissaient un si mauvais goût dans la bouche lors de journées comme le Vendredi saint, qui sont même rappelées dans une bande dessinée du cofradiero, et il y a eu une augmentation de l’engagement, du sentiment et d’autres valeurs. Plus de professionnels du quai, dont les frères Costalero sont les plus importants. légatairesIls ont appris leur métier auprès d’eux et de leurs grands contremaîtres. Aux origines, il y aura toujours ces hommes que Martín Cartaya a photographiés tant de fois, épuisés après avoir enchaîné les pasos plusieurs jours de suite. « Ils avaient une odeur si particulière, si dure et si intense que même l’odeur est perceptible sur les photos ». Ils étaient durs, très durs, avec des peaux tannées et craquelées par tant de surexposition au soleil.Ils avaient des habitudes qui n’étaient pas vraiment saines pour le cœur et une capacité de sacrifice qui n’était mise à l’épreuve que par le désordre de leur propre vie.

Certains de ceux que nous avons rencontrés aujourd’hui avouent qu’ils avaient l’habitude de cacher les vêtements de leur costalero pendant la Semaine sainte parce qu’ils n’aimaient pas porter les chars, mais les voir. « Mais j’avais besoin de l’argent parce que je ne pouvais pas m’en sortir sur le quai ». Tout le contraire de beaucoup de costaleros d’aujourd’hui, qui laissent le bâton derrière eux et sortent devant (horreur) et dépensent une sorte de narcissisme (ridicule) du costal. Au fil des ans, les frères sont devenus des groupes de pression lorsqu’il s’agissait d’élections avec une pluralité de candidats. en votant en bloc et sous la dictée du contremaître, qui agissait si souvent comme une sorte de porte-parole parlementaire indiquant le sens du vote. C’est là que les problèmes ont commencé. Avec les fanfares, un autre mouvement émergent, quelque chose de similaire s’est produit.




Les costaleros et les musiciens ont gagné beaucoup de force. Les médias ont promu certains des contremaîtres, de telle sorte que dans la pratique, ils ont gagné le terrain des « fiscals de paso », qui sont ceux qui décident quand le cortège est levé et quand il est baissé. A bien y regarder, tout se tient : le Nazaréen n’a perdu un poids spécifique que lorsqu’il est le protagoniste principal de la confrérie. Sans nazaréens il n’y a pas de fraternité, à tel point qu’un lundi de Pâques nous avons vu une fraternité avec des nazaréens et sans pasos. Il n’y avait pas de meilleur exemple de l’importance des nazaréens, si négligés au profit des chorégraphies des costaleros, des capataces hyper-protagonistes, des musiciens qui jouent des solos dans la Campana pour leur frime personnelle….. Les joueurs secondaires ont remporté la victoire avec une telle intensité qu’il y a un débat sur la limitation du nombre de nazarenos, mais pas sur les mesures visant à limiter le poids excessif des cornetas ou des capataces.

Lire aussi:  Séville, à soixante-dix jours de vivre des moments comme celui-ci avec la Virgen del Subterráneo le dimanche des Rameaux.

Aujourd’hui, de nombreux costaleros sont en colère parce que la participation au Santo Entierro oblige les confréries à s’organiser et… établir des critères. Beaucoup d’entre eux ont deux confréries et les deux sortent le samedi saint. Nous avons un problème ! Ils doivent choisir et, s’ils ne le font pas, il existe des confréries dans lesquelles ils peuvent même perdre la possibilité de continuer à être membres de la cuadrilla. S’ils ne sortent pas le samedi, ils ne sortent pas non plus le jour de la station pénitentielle. La confrérie a tous les droits du monde de savoir sur qui elle peut compter pour organiser la cuadrilla. Il a même le droit de se passer de ceux qui n’acceptent pas la mission du samedi. Tout ou rien. Quelqu’un doit fixer les règles. Ce sont les « costaleros » qui doivent s’adapter aux dispositions du conseil d’administration. Il est très raisonnable de prendre en compte les critères du contremaître, mais on ne peut pas lui donner un chèque en blanc comme certains le voudraient. Jamais, jamais, jamais les commissaires n’auraient dû laisser les contremaîtres avoir autant de contrôle.. Il ne sert à rien de dire que la confrérie nomme le contremaître et qu’il a le champ libre pour faire et défaire la cuadrilla. La fraternité est au-dessus de tout et on aurait bien tort de ne pas se préoccuper de nombreux détails dont elle est responsable. Nous ne pouvons pas vouloir les droits des frères (voter pour révoquer et nommer les frères aînés) et les avantages du professionnel (qui pourrait choisir à sa convenance). Être un frère exige un engagement et une conformité. La liberté consiste à l’assumer ou non.

Le charme d’un tweet

Il y a des moments où les réseaux vous surprennent avec des messages qui offrent le côté le plus amical des confréries. Avec tant de polémiques sur les costaleros, avec tant de nouveaux itinéraires, tant d’analystes sur le Santo Entierro Grande et tant de gourous amateurs, la vérité est que nous sommes tombés sur un beau tweet pour la simplicité du message, pour tout ce qu’il dit sans le dire et parce qu’il reflète un esprit qui devrait toujours présider aux relations entre confréries. Le site Fraternité d’amour a rappelé à tous les fidèles que la messe de fraternité du mardi était suspendue en raison de la célébration de la neuvaine en l’honneur du Seigneur de la Passion.

Lire aussi:  Voici les interdictions à El Rocío pour la "Candelaria" 2023 de Triana

Le tact de la formulation du tweet n’aurait pas pu être plus grand. Comme c’est bien de dire tant et si bien en si peu de mots.. Combien ces messages sont utiles en ces temps de communications dures sur des questions qui devraient toujours être secondaires, mais qui émergent et éclipsent ces habitudes, coutumes et styles de toujours. Il n’y a pas de plus grande concorde que la coexistence saine de deux confréries en même temps.. Parfois, un tweet comme celui de l’autre jour communique et dit plus qu’une représentation de quatre nazaréens avec un bâton et un cinquième au centre avec la bannière de l’entreprise. On saisit le sens profond du message et on se souvient des grands camarades qui ont appartenu aux deux confréries. Comme c’est sévillan d’être la Passion et de finir par l’Amour. Être nazaréen de La Borriquita en tant qu’enfant et demander à rejoindre Pasión en tant qu’adulte.

Le voisinage a un pouvoir énorme dans des cas comme celui du Salvador. Combien l’inoubliable Don Manuel del Trigo pour être avec les deux confréries. Et au prêtre Gómez Guillén rappelez-vous que sa confrérie de toujours était El Amor… et Don Ángel a terminé en citant son appartenance à Pasión. Preuve de leur bon voisinage, lorsque les deux hommes ont été nommés chanoines de la cathédrale dans les années 90, les deux confréries se sont mises d’accord sur le cadeau à faire : quoi de mieux que la robe de chœur d’un chanoine ! Et c’est ce qui s’est passé. Deux costumes complets. Le tweet nous a rappelé tout cela, comme tant d’autres moments vécus au Salvador, avec de bons frères et sœurs qui sont encore au pied de la rampe ou qui ne sont plus là, mais qui ont laissé leur empreinte et leurs enseignements. Quelle bonne et élégante utilisation des réseaux sociaux.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *