dim. Fév 5th, 2023

Les plus de 17 000 entreprises innovantes en Italie (start-ups et PME) comptent plus de 123 000 actions pour 81 000 membres.  Et le phénomène s’amplifie : en 2022, le nombre d’entreprises innovantes a augmenté de +6,4% sur un an, les participations des membres de +12,5% et le nombre de membres de +10,1%. Cvec le déblocage du Fonds national d’innovation et l’entrée en pleine activité du PNR, l’Italie a mis à disposition de nouvelles ressources dans lesquelles puiser pour accélérer la croissance de l’ensemble de l’écosystème des start-up. Au cours de l’année 2021, les start-ups et PME du pays ont généré un total de 9,5 milliards d’euros de revenus, en hausse de +4,8% par an et de +38,8% par rapport au niveau pré-pandémique de 2019. Environ un tiers d’entre elles (31,2 %) participent au capital-risque de Cvc-Corporate : un total de 5 300 entreprises générant 4,3 milliards d’euros de revenus, soit 45,2 % du total des revenus des startups et pme innovantes italiennes (la plus forte incidence parmi les catégories d’investisseurs). Les start-ups et les PME auxquelles participent des sociétés de capital-risque connaissent une croissance supérieure à celle de l’ensemble des entreprises innovantes, tant en nombre (+12,4% contre +6,4%) qu’en termes de revenus. La performance économique moyenne est également positive : la valeur moyenne de la production des start-ups et PME innovantes auxquelles participent les CVC passe de 5,9 millions d’euros en 2020 à 7,5 millions d’euros, soit une augmentation de +27,9 %, tout comme la valeur ajoutée moyenne (+27,5 %). En revanche, le pourcentage d’entreprises de la Cvc ayant un EBITDA positif reste stable à environ 54%. En termes de levée de capitaux, les sociétés CVC constituent la catégorie la plus dynamique avec 249 millions d’euros de capitaux levés. En un an, les investissements dans les jeunes pousses italiennes ont dépassé la barre des deux milliards d’euros, contrairement à la tendance observée dans la plupart des pays européens. Il est désormais crucial pour les institutions de systématiser de nouvelles formes de soutien à ceux qui investissent dans des réalités innovantes, par exemple en impliquant davantage les grands investisseurs institutionnels par le biais de déductions fiscales ou les investisseurs individuels en renforçant l’exonération d’impôt sur les les gains en capital dans les premières années d’activité. Les investisseurs d’origine sociétaire sont principalement des entreprises de moins de dix salariés (63,7% du total des investisseurs Cvc) appartenant aux services non financiers pour 41,1%, aux services financiers (y compris les holdings d’entreprises) pour 17,4%, aux services informatiques pour 12,1% et à l’industrie pour 11%. Les membres corporatifs investissent principalement dans des entreprises innovantes opérant dans les secteurs du logiciel et de l’informatique, mais pas seulement. En effet, les membres investisseurs appartenant à l’industrie différencient davantage leurs participations et investissent 29,9 % dans des start-ups et des PME du secteur des logiciels, 27,9 % dans des entreprises du secteur des logiciels et plus d’un cinquième (21,7 %) dans des entreprises de recherche et développement : cette tendance particulière souligne la capacité de l’industrie à développer autour d’elle des écosystèmes de nature diversifiée afin de répondre à des besoins hétérogènes. Près de la moitié (47,5 %) des membres de la Cvc sont concentrés dans le nord-ouest de l’Italie, tandis que les jeunes entreprises et les PME innovantes sont plus largement réparties. En effet, outre le Nord-Ouest (où 35% des entreprises sont implantées), le Sud (25,1%), le Centre (21,1%) et le Nord-Est (18,8%) sont également très présents. Si l’on considère les deux distributions ensemble, le rapport révèle une pénurie d’investisseurs potentiels dans le Sud, qui contraste avec la forte présence d’entreprises innovantes dans la même zone géographique. Le dynamisme intersectoriel est élevé, la plupart des membres des CV investissant dans des secteurs autres que le leur (81,4%), tandis que le dynamisme interrégional est plus limité (seuls 29,6% des CV investissent en dehors de leur région). Pas moins de 81,4% des membres de la Cvc ont investi dans des entreprises innovantes opérant dans des secteurs autres que le leur, tandis que seulement 29,6% des membres de la Cvc ont investi dans des entreprises innovantes ayant leur siège social dans une autre région. Le capital-risque d’entreprise en Italie se présente donc comme un phénomène qui se rapporte au territoire dans une perspective de proximité et qui vise en même temps à investir dans différents secteurs afin de diversifier son expertise. 27,3 % de toutes les start-ups et PME innovantes italiennes résident en Lombardie, un pourcentage qui s’élève à 36,5 % en termes de participations et à 34,4 % en termes de valeur de production.  Le phénomène prend de l’ampleur, notamment en termes de revenus, qui enregistreront en 2021 une hausse annuelle de +19,8% (+4,8% de croissance en Italie). La Cvc dans la région est plus répandue et se développe plus qu’en Italie : sur les 4,7 milliers de start-ups et de PME innovantes en Lombardie, 38,8% sont participées par des investisseurs Cvc, un pourcentage plus élevé qu’en Italie (31,2%).

Lire aussi:  La tendance. USA, adieu l'argent liquide ? 40 % des consommateurs ne l'utilisent plus

En Italie, seulement deux licornes 

Toutefois, les réalités du Bel Paese qui parviennent à franchir le cap et à devenir des licornes – c’est ainsi que l’on définit les start-up atteignant une valorisation d’un milliard de dollars ou plus – sont encore trop rares. Dans les années où de nombreuses réalités ont réussi à s’unir et à s’imposer sur le marché, l’Italie est restée à la traîne : il n’y a que deux licornes, Scalapay et Satispay.  Alors qu’en Europe, il y en a plus de 150 : le Royaume-Uni est en tête avec 44, suivi par l’Allemagne avec 29, la France avec 25, la Suède et l’Espagne avec huit. Pourquoi, alors, les start-up italiennes ne se développent-elles pas, voire échouent-elles ? « Les raisons tiennent à notre système bureaucratique et administratif complexe et peu accueillant, à une fiscalité qui n’est pas du tout rationalisée par rapport à des pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis, à la difficulté de lever des capitaux internationaux et à une mauvaise culture des marchés étrangers ». Il fait valoir que Massimo Volpe,  qui, en 2020, a fondé avec Antonio Ragusa  Retail Hub, une start-up verticale à succès dans le monde du commerce de détail qui, grâce à sa plateforme Innovation Explorer, « déniche » les start-ups, les scale-ups et les licornes les plus perturbatrices et innovantes – à ce jour, on en compte environ 2 000 dans le monde entier et dans divers secteurs – et les met en avant, les accompagner dans le processus de go-to-market puis les mettre en contact avec de grandes entreprises – par exemple, Parmalat, Carrefour, Yamamay et bien d’autres – qui ont ainsi à portée de main et de manière ciblée les technologies de dernière génération de plus en plus difficiles à identifier. Le problème est un système qui n’a pas été construit correctement, ou du moins les résultats ne sont pas encore visibles. Dix ans après la loi qui a lancé le registre des start-ups innovantes, le constat est que l’écosystème italien est encore trop lent. Il n’est pas en train de mourir, mais il n’est pas non plus en train de croître. Pour faire le saut quantique, les investissements doivent être encore multipliés, pour atteindre les dizaines de milliards de dollars de pays comme la France ou le Royaume-Uni.

De nombreuses initiatives en faveur de l’auto-entrepreneuriat 

Récemment Groupe LVenture une société de capital-risque cotée à la Bourse italienne qui investit dans des jeunes pousses numériques à fort potentiel de croissance, et Conseiller numérique Wda-Web  ont signé un partenariat pour lancer des programmes d’innovation conjoints destinés aux grandes entreprises. L’entrée du groupe LVenture dans le capital de la Wda pourrait également être envisagée. Le groupe LVenture, avec plus de 20 programmes d’accélération mis en œuvre, a investi dans plus de 130 start-ups et développé plus de 60 des programmes de co-innovation avec de grandes entreprises. Avec cet accord, Wda, opérateur de Venture Building créé en janvier 2021, voit sa position de principal acteur de l’écosystème italien encore renforcée après le lancement, en seulement 24 mois, de start-ups déjà financées et solidement implantées sur leur marché cible telles que Profit Farm (profitfarm.it), Prime Tutor (primetutor.it) et Starcks (starcks.io).

Et puis  les « anges » des jeunes entreprises : ils sont au nombre de 1 505 en Italie, dont 68 % dans le Nord, et ils contribuent à la mise en place de bases solides pour leur développement.  On estime qu’ils ont investi 93,3 millions d’euros pour la seule année 2021. Ils ne sont pas seulement motivés par des raisons financières, plus de la moitié soutiennent des organisations ayant un impact social important. Et cela est particulièrement vrai pour les business angels. C’est ce qui ressort des recherches menées par le Social Innovation Monitor (Sim), une équipe de recherche basée au Politecnico di Torino,  avec la collaboration de Angels4Impact, Angels for Women, BusinessAngels.Network, Club degli Investitori, Doorway, Fondazione Giacomo Brodolini, Italian Angels for Growth, Instilla, Lifegate Way, Molten Rock et Social Innovation Teams. Le rapport contient un examen approfondi de l’investissement providentiel féminin. Ce phénomène est encore jeune dans notre écosystème, mais sa contribution potentielle est importante. Par exemple, les business angels s’intéressent de plus en plus au monde de l’investissement providentiel et pourraient constituer un tournant dans la stimulation de l’entrepreneuriat féminin en Italie.

Lire aussi:  Pension. Un professionnel peut racheter un diplôme deux fois

Il convient de noter que Franchement la première chaîne italienne de thé à bullesa annoncé qu’elle avait achevé une nouvelle rond investissement total de plus de 2,5 millions d’euros avec la souscription du Fondo Rilancio Startup, géré par Cdp Venture Capital, qui a co-investi avec le fonds de capital-risque Azimut Eltif – et ALIcrowd II ainsi que 110 investisseurs en crowdfunding. L’opération a été coordonnée par Growth Capital, le principal conseiller italien en matière d’opérations de financement extraordinaires pour les jeunes entreprises et les PME. Fondée par Franco Borgonovo et Lati Ting  en 2016, Frankly est la chaîne de bubble tea numéro un en Italie, créée avec la mission d’unir différentes cultures, en particulier celle de l’Asie, d’où provient la recette originale de la boisson, et celles de l’Italie et de l’Amérique du Nord. Les fonds levés serviront à consolider le plan d’expansion au niveau national et européen, à étoffer l’équipe et à développer la numérisation de l’entreprise. . Au cours des deux prochaines années, nous voulons ouvrir 24 nouveaux magasins en Italie, explique M. Borgonovo, et exporter notre modèle à l’étranger, avec l’ambition de devenir le point de référence également sur le marché européen d’ici 2025. Nous sommes très satisfaits des résultats que nous avons obtenus cette année et nous avons des projets très ambitieux pour l’avenir. Et c’est une fierté pour nous de voir que tant d’investisseurs reconnaissent la crédibilité et la solidité du modèle Frankly.

Alors que Youthquake, agence de création axée sur les données basée à Milan et à Londres, c augmente le budget 2022 avec +70% de chiffre d’affaires  La société milanaise s’agrandit et inaugure son nouveau siège à deux étages sur le Corso XXII Marzo à Milan, avec une équipe qui compte désormais 30 ressources . Parmi les plans d’expansion figure certainement le recrutement de nouvelles ressources, qui pourront prendre part aux projets existants et aux nouveaux développements prévus pour 2023. Dans le détail, la recherche s’étendra à Social Media Manager, Data Marketing Scientist, Graphic Designer, à la fois 2D et 3D, et Digital Marketing Manager, pour un total de sept ressources. La recherche sera ouverte dès janvier 2023.  (Tous les détails des postes et des exigences seront publiés sur la page Linkedin de Youthquake et sur son site web. youthquake.co.uk ).

Enfin Aeroporti di Roma a lancé le deuxième Appel à idées de sélectionner huit jeunes pousses du monde entier qui auront l’occasion de participer à l’événement. de développer leurs projets directement dans le centre d’innovation d’Adr à Fiumicino. Dans ce nouveau cycle du programme d’accélération, il n’y a pas seulement un soutien financier plus important, jusqu’à 1,5 million d’euros. 105 milliers d’euros dont 50 mille euros dans le capital des start-ups sélectionnées, mais – contre une issue positive des projets – les jeunes entreprises pourront également compter sur des opportunités commerciales potentielles allant jusqu’à deux millions d’euros . Fjusqu’à 16 février 2023 Dans le cadre de ce projet, des start-ups du monde entier pourront proposer des idées et des projets visant à redéfinir l’utilisation des infrastructures aéroportuaires par les passagers, en améliorant les performances et la qualité des services de l’Adr offerts aux passagers et aux transporteurs, selon une approche de plus en plus orientée vers l’innovation ouverte. La formule adoptée reprend celle de la première édition – qui a connu un grand succès avec la participation de plus de 100 start-ups, majoritairement fondées par des « moins de 30 ans » – avec quelques nouveautés. Tout d’abord, d’un point de vue ESG, l’inclusion de critères d’évaluation incitatifs pour le Diversité et inclusion , qui prend en considération à la fois les mesures prises par les start-ups en ce qui concerne des questions telles que l’égalité des sexes et l’inclusion, ainsi que les résultats effectivement obtenus, tels que la pertinence de la composante féminine et des jeunes – moins de 40 ans – en termes de participation aux entreprises. Vous pouvez participer à la Appel à idées en sélectionnant le domaine de travail au sein de l’Adr -. www.adr.it/innovation  – et de soumettre votre projet au portail.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *