lun. Jan 30th, 2023

La saison de l’un des talents les plus limpides de notre basket-ball est pour l’instant remarquable et tout laisse à penser qu’elle peut s’améliorer

« L’équipe nationale ? J’ai le maillot Azzurri tatoué sur moi, si l’on peut dire, car j’ai commencé à le porter quand j’étais enfant, mais maintenant je n’y pense plus. Je veux profiter de ce que je vis en ce moment et c’est tout. Et juste au cas où je n’aurais pas à y penser« . Comme pour dire que si quelqu’un pense Gaia Maddalena Gorini, classe 92, 1 mètre 82 de hauteur, peut encore être utile, elle est « azur » dans. Avec les équipes italiennes de jeunes, une médaille d’argent européenne des moins de 16 ans et une médaille d’or européenne des moins de 18 ans, plus 89 apparitions avec l’équipe senior.

Meneur de jeu de laAllianz Geas Sesto San Giovanni Depuis la fin de la saison dernière, Gaia réalise une saison remarquable en termes de performances sur le terrain, mais les problèmes pour lui parler de ses chiffres. « J’ai toujours été un joueur – raconte Panier Pianate – qui cherchait les résultats de l’équipe plus que les miens. Depuis Athena, le club où j’ai grandi dans ma jeunesse. Si ces résultats viennent aussi grâce à mon travail, très bien, mais mon engagement doit précisément viser l’équipe. Pour l’instant, notre cinquième place est un bon résultat, que nous devons défendre, en essayant peut-être de l’améliorer, en faisant plus attention à l’approche de certains matchs et en suivant certaines suggestions de notre staff technique.« .

Lire aussi:  LBA - Varèse, Guglielmo Caruso : "Nous voulons retrouver le succès".

Ayant débuté à Rome, auprès de la mythique Athéna où elle a fait toute sa jeunesse, Gaia a ensuite joué à Umbertide, Ragusa (où elle a fait une finale du Scudetto et gagné une Coupe d’Italie), Venise, Campobasso, Hatay en Turquie et Wroclaw en Pologne. Que représente l’expérience à l’étranger et y a-t-il un âge approprié pour cela ?

« Pour moi, c’était très important. Cela ajoute beaucoup à votre bagage technique et humain. En Turquie, ça s’est très bien passé, en Pologne, après deux matchs, je me suis beaucoup moins blessé. Je ne pense pas qu’il y ait un bon âge pour tout le monde, chacun doit le faire quand il en a envie, aussi parce que quand tu sors, tu es l’étranger, tu dois te débrouiller tout seul et donc tu dois être prêt à le faire. Mais je le recommande fortement« .

Comment allez-vous à Geas ?

« Très bien parce que je peux exprimer tout ce qui est mon bagage technique et parce que le staff et l’équipe acceptent aussi d’autres aspects de mon jeu de meneur de jeu. J’aime m’entraîner, j’attends avec impatience l’heure du match, donc oui, je suis vraiment bien. ».

Déjà une meneuse de jeu : dès son plus jeune âge, Gaia Gorini avait un sens inné du jeu et un instinct tout aussi naturel pour résoudre les situations difficiles par une initiative personnelle, une passe ou un tir en dehors de la surface. Cette capacité àinventer‘ solutions que comme le dit son entraîneur historique à l’époque de l’Athena Roma, Mauro Casadio – vous ne vous entraînez pas mais vous observez et merci de l’avoir. Gorini et après le basket ?

Lire aussi:  LBA - Reyer Venezia, De Raffaele présente le voyage à Reggio Emilia

« Je ne sais pas encore. Mais j’ai obtenu un diplôme de trois ans en administration des affaires et j’étudie pour ma thèse, qui portera sur le basket-ball féminin. Plus précisément « De l’amateurisme au professionnalisme » : comment aider les clubs à gérer cette transition fondamentale pour les clubs mais aussi pour nous, les athlètes, qui vivons de notre travail.« .

À quoi ressemble Milan et comment passez-vous votre temps libre ?

« Milan est une très belle ville, avec une grande saveur européenne et culturelle, vous pouvez sentir la présence de grandes universités. Et j’aime la mentalité positive à l’égard du travail, l’organisation de la ville elle-même. Mon temps libre est occupé par ma thèse mais aussi par la lecture et quelques films. Bien sûr, j’aime sortir et connaître les différents postes de Milan. Livres et films préférés ? Parmi les livres, « L’amour au temps du choléra » de Gabriel Garcia Marquez, parmi les films, « The Bright Side » de David Russell et « Le dernier samouraï » avec Tom Cruise..

Qui était votre joueur vedette ?

« Je n’ai aucun doute. J’ai joué deux ans avec elle à Umbertide et Francesca Zara est la joueuse qui a vraiment été une référence pour moi. J’ai essayé d’apprendre d’elle chaque jour où nous nous sommes entraînés et où je l’ai regardée jouer. J’espère que j’ai pris quelque chose d’elle« .

photo @Allianz Geas Basket

NB : Pianeta Basket a inauguré une série d’interviews avec les protagonistes du basket féminin A1 et A2. Ici Mariella Santucci, Vittoria Allievi et Costanza Verona.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *