dim. Fév 5th, 2023

En plein shopping de Noël, le meneur de jeu de Schio et de l’équipe nationale a répondu à nos questions et avoué ses ambitions légitimes.

Trois médailles avec les équipes nationales de jeunes, dont une médaille d’or et comme capitaine des moins de 20 ans, un Scudetto, une Coupe d’Italie et une Supercoupe d’Italie, et meneur de jeu titulaire pour Famila Schio et l’équipe nationale. Tout pour le moment à 23 ansparce que Constance Verona est né à Palerme le 6 août 1999. Et depuis sa ville natale, où elle est retournée pour quelques jours de congé pendant les vacances de Noël, elle a répondu aux questions des internautes. Pianeta Basket, entre les cadeaux.

« Je suis très attaché à ma ville, à ma terre, à la nourriture, à la mer. Ma famille, bien sûr, dans laquelle le basket occupe une place importante. Ma mère jouait (Simona Chinesndr) ma sœur Marta (5 ans de plus, ndlr) joue à San Martino di Lupari. Seul mon père, qui est un grand fan de sport, n’a pas joué, mais pour l’amour de ma mère, il a appris à apprécier le basket et je dois dire qu’à nous trois, il a passé une vie entière devant les stades à attendre que nous partions après les matchs…« 

Chez Costanza, il s’agit d’une croissance exponentielle qui, ces dernières années, l’a amenée à devenir le point de référence des meneuses de jeu italiennes : après avoir quitté Palerme à l’âge de 17 ans, elle a ouvert à Battipaglia, puis à Turin et à Geas où elle a explosé de manière retentissante, avant de déménager dans la saison 2030-2021 à Schio.

« ILe mien a été en fait un chemin constant, toujours en montée dans le sens où, de temps en temps, les difficultés que j’ai rencontrées ont augmenté, mais aussi les objectifs et la satisfaction. Je voulais jouer au basket depuis l’âge de trois ou quatre ans et, à un certain moment de ma vie, je voulais jouer à Schio. Non pas comme un point d’arrivée mais comme un tremplin. Le chemin que j’ai parcouru avec les équipes nationales de jeunes m’a beaucoup aidé à avoir mes premiers contacts avec le basket international, que je pratique à un très haut niveau en Euroleague depuis deux ans. Je veux gagner beaucoup plus avec Schio, nous voulons gagner beaucoup plus : cette année, nous voulons confirmer les résultats de l’année dernière. Mais nous voulons aussi absolument jouer le Final Four de l’Euroleague. Personnellement, j’aimerais devenir l’un des meilleurs meneurs de jeu d’Europe.« .

Lire aussi:  Techfind Serie A1 - Tous les résultats et statistiques de la 2e journée de samedi

Et que vous faut-il de plus ?

« Du travail, beaucoup de travail, pour acquérir de l’expérience. Je travaille sur ma vision du jeu. J’ai de la chance car en plus de l’entraîneur que nous avons à Schio, je m’entraîne tous les jours avec Giorgia Sottana qui m’explique tout sur le basket comme peu d’autres savent le faire. Je l’en remercie et j’espère pouvoir mettre ses conseils en pratique sur le terrain. J’aime jouer avec les longues car dans le basket d’aujourd’hui, il est essentiel d’avoir cette connexion, étant donné les nombreux P&R qui sont joués. Si vous avez ensuite des joueurs dans ce rôle, comme j’en ai eu l’année dernière et cette année, eh bien… c’est un plaisir et un spectacle de voir comment ils se déplacent.« .

Au sein de l’équipe Schio, vous êtes le plus jeune mais vous êtes en charge des opérations en étant le meneur de jeu. Comment se sent-on ?

« C’est très bien, mais on n’y arrive pas – au-delà de ses qualités personnelles – sans un travail acharné au gymnase tous les jours. On n’arrive à rien sans gagner la confiance des plus grands et des plus expérimentés chaque jour dans le gymnase. Nous sommes une équipe dans laquelle chacun peut être un leader dans un jeu et dans un autre c’est le tour d’un autre. C’est pourquoi il est fondamental d’apprendre à se connaître, à bien travailler ensemble et à se faire confiance. Moi, ainsi que le reste de l’équipe par exemple, avons dû nous adapter cette année à un grand changement d’un point de vue tactique par rapport à la saison dernière où nous avions comme principaux points de référence Laksa, une joueuse extérieure, et Gruda, une joueuse longue, une Lettone et une Française. Maintenant, nous avons deux Américains, Mabrey et Howard, qui sont deux joueurs extérieurs avec un jeu et une mentalité différents. Au début, c’était compliqué, on a travaillé dur, je me suis investi et aujourd’hui, ça se passe très bien.« ,

Lire aussi:  A2 Coppa Italia | Cremona retrouve Pecchia et bat le GTG Pistoia

Y a-t-il un joueur contre lequel vous avez défendu qui vous a particulièrement mis au défi et qui vous a impressionné ?

« Oui. J’y ai joué l’année dernière en Euroleague : Teja Oblak, meneur de jeu, garde, tireur, polyvalent de Prague. Une joueuse folle, qui ne fait rien de tape-à-l’œil mais qui, à la fin du match, vous a épuisé et souvent détruit. Très bien.« .

Comment passez-vous votre temps libre ?

« Étudier, bien sûr. Mais lire des livres et écouter de la musique sont aussi mes autres passions. Et regarder des séries télévisées, ma préférée étant Friends. Ensuite, lorsque j’ai besoin de me déconnecter complètement et qu’il n’y a peut-être pas d’entraînement le lendemain matin, j’aime sortir et cela se passe souvent avec mes coéquipiers.« .

Diplômée en sciences du sport, Costanza Verona fait un master en gestion du sport. Parce que le futur…

« Mon avenir, c’est le basket. Pour l’instant et, je l’espère, pour longtemps à Schio où je me débrouille très bien. De plus, je suis à 40 kilomètres de ma sœur, qui entre-temps est devenue avocate, alors je ne peux vraiment pas faire mieux. Un jour, le basket-ball prendra fin, mais je ne pense pas à ça maintenant. Je n’exclus pas la possibilité d’aller jouer à l’étranger, mais ce n’est pas une idée fixe ou récurrente. Je suis ici maintenant et c’est bien. Demain, nous verrons.« .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *