jeu. Mai 23rd, 2024

Le maire et son équipe gouvernementale ont tout à fait raison d’expliquer clairement et avec tact à la confrérie des Valme qu’il n’y a pas de ressources disponibles pour garantir la sécurité du transfert prévu de la Vierge de la cathédrale à la Plaza Nueva le dimanche 26, comme le souhaitait la corporation pour faire officiellement ses adieux à la ville après les événements survenus dans la cathédrale. Nous souffrons d’une saturation de processions extraordinaires dans une ville avec ressources limitées. ; Il y a des jours où la ville ne peut pas faire face.  . L’atmosphère des rues surchargées n’est pas non plus supportable pendant de nombreux jours. L’autorité ecclésiastique est attachée à un modèle de piété populaire chargé de processions de plus en plus nombreuses qui, ne l’oublions pas, oblige les autorités civiles à être sur leurs gardes. C’est un vrai respect, par exemple, d’imaginer le plan de sécurité qui sera exigé par le Conseil de l’Europe. magna qui viendra couronner (éclipser) le IIème Congrès des Confréries, prévu en 2024. Nous ne sommes plus qu’à un pas de la constitution d’une commission mixte entre l’Archevêché et la Mairie pour se mettre d’accord sur les processions. Ce que promeut le chapitre ecclésiastique se répercute sur le conseil municipal. Il est frappant que la mesure de retenue, de savoir dire non, vienne du conseil municipal. La ville n’a pas la capacité de tolérer que les confréries de la province, si respectées, précieuses et aimées, s’inscrivent également dans un calendrier de processions tirées de la capitale. Les trésors de la province méritent également le plus grand respect et les meilleures conditions. Si nous ne pouvons pas les garantir, il vaut mieux dire la vérité dans le meilleur style. Et c’est ce qui s’est passé.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *