jeu. Juin 13th, 2024

Le récupération d’une fanfare comme accompagnement musical de l’imposant paso de la Quinta Angustia a suscité l’attente et l’enthousiasme des confrères les plus mélomanes. Bien que la décision ait été approuvée en 2020, l’apparition de la pandémie a reporté la première au Jeudi saint 2022. C’est l’orchestre de Carmen de Villalba del Alcor qui a été chargé de jouer les marches processionnelles derrière le mystère de la Magdalena. près de 120 ans plus tard depuis la dernière fois.

Jesús de las Penas, Virgen del Valle, Amarguras, Marche funèbre de Chopin…. Ce sont quelques-unes des compositions qui ont été entendues au cours des dernières semaines saintes après le Seigneur de la Descente de Croix, auxquelles s’ajoute, bien sûr, la Marche funèbre (Quinta Angustia), composée par Font Marimont en 1891. Cependant, la confrérie du Jeudi Saint dispose d’un catalogue de marches processionnelles dédiées à la Descente de Croix. qui, bien qu’elles ne soient pas exécutées pour différentes raisons – surtout et curieusement en raison de leur nature – nous ne pouvons résister à l’envie de les partager en raison de leur singularité.



Nous devons commencer la liste des marches processionnelles en parlant de Rafael Cebrerospianiste cordouan qui a écrit une marche dédiée à la Quinta Angustia à la fin du 19e siècle. En outre, Cebreros a composé, en 1874, une partition intitulée Marche funèbreécrite « expressément pour la Semaine Sainte de Séville et interprétée chaque année par les fanfares militaires qui accompagnent les confréries de la capitale ». Nous parlons donc, et toujours en nous appuyant sur les amis de Patrimonio Musical, de la plus ancienne marche processionnelle connue pour être dédiée à la Semaine Sainte à Séville.

En revenant à la Quinta Angustia, et en omettant la Marcha Fúnebre de Font (qui a livré les partitions en 1895), du catalogue musical de cette confrérie nous pouvons citer Doux Nom de Jésusune marche au caractère nettement joyeux mais extrêmement élégant, composée par Pedro Morales en 1983, alors directeur de la fanfare de Soria 9. Cette marche est peut-être la plus jouée dans les différents répertoires de nos processions de la Semaine sainte et de la gloire, en particulier lors du Corpus Christi de la Magdalena. En 1990, l’ancien directeur artistique de Tejera, Antonio Pérez Funes, a composé la marche suivante Sacrée descente de croixet un an plus tard, la marche qui donne son titre à l’article et dont nous allons parler un peu plus en détail, a été diffusée pour la première fois.

Il s’agit de la marche La Quinta Angustia, composé en 1991 par Francisco Grau Vergara (Bigastro, 1947-2019), qui était colonel de la Musique de la Garde royale. Cette marche, dont l’exécution l’après-midi du jeudi saint semble impensable en raison de son style, a remporté le premier prix au concours de marches organisé pour le 5e centenaire de la découverte de l’Amérique par la Fundación Sevillana en 1992. Elle a même devancé la marche La Soledad, de Pedro Morales, un emblème de la musique processionnelle contemporaine. Grau lui-même a déclaré, dans une interview accordée il y a plusieurs années au journal Sur de Malaga, que la marche était jouée comme pièce de concert en Europe et qu’elle avait été composée sur la base des connaissances processionnelles qu’il avait acquises lors de son séjour à Malaga, en particulier lorsqu’il avait accompagné la Légion après le Cristo de Mena et la Guardia Civil lors de l’Expiración.

La marche, avec une mélodie continue et douce, est souvent entendue Il a également été joué le matin du dimanche du Corpus Christi à La Magdalena et a parfois été joué par Tejera l’après-midi du Vendredi saint, après la Virgen de Montserrat, La Oliva après le Patrocinio ou par le Liceo de Moguer à côté de la Virgen de los Dolores et de la Misericordia. Elle a même été jouée après la Virgen del Refugio sur le chemin du retour à San Bernardo. C’est une marche qui pourrait très bien figurer dans la plupart des croix de procession des confréries sévillanes. Un patrimoine musical, celui de la Quinta Angustia, méconnu mais qui revendique son propre espace dans notre festival principal.

La vidéo qui accompagne le texte fait partie de la chaîne Aires de Manigueta, et l’interprétation de la marche est réalisée par la Banda de Música del Maestro Tejera (1991).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *