lun. Juin 24th, 2024

Je ne sais pas si beaucoup de gens ont la même perception, mais ces derniers temps, nous avons remarqué une nouvelle tournure du phénomène du « bandismo », dénoncé pour la première fois il y a vingt-cinq ans lors d’une conférence donnée au siège du Conseil par l’inoubliable José Sánchez Dubé. Il s’agissait de mettre en garde contre l’émergence de groupes musicaux, principalement ceux du « paso de Cristo », au détriment des images sacrées. C’était une époque où l’on déplorait déjà que le personnel soit plus attentif à ceux qui se trouvaient en dessous (les costaleros) et à ce qui s’entendait derrière eux (les musiciens). Les années ont passé et il ne s’agit plus d’une notoriété excessive qui s’apprécie dans la rue, mais tout au long de l’année et qui accentue des aspects qui ne sont plus secondaires, mais de moindre importance. Il s’agit du marché des quavers dont nous avons parlé dans cette rubrique l’été dernier. Chaque jour, nous voyons de plus en plus d’annonces de groupes qui s’engagent pour une confrérie ou qui se désolidarisent d’une autre. Et les polémiques qui en découlent. Mais il y a déjà des communiqués croisés d’un groupe avec une confrérie. Cela rappelle plus le football qu’autre chose. Peut-être ne devrions-nous pas nous en étonner, car le football et les confréries sont présents en permanence dans les médias, que nous soyons ou non dans les médias. en saisonOu est-ce le cas ? Il n’y a qu’un pas à franchir pour faire de la publicité à la signature d’un cornet d’un groupe à un autre, au fait que les formations s’arrachent le gars à la grosse caisse et qu’il y a même des clauses de formation obligatoire dans certaines signatures. Don José ne pouvait pas imaginer que sa dénonciation tomberait à l’eau avec le temps.

Les années de sécheresse ont cimenté la boom Le boom de la Semaine Sainte, avec trois éditions complètes dans les années 90, et l’amour de la musique ont consolidé une croissance plus que considérable d’une manière qui aurait été inimaginable il y a quelques décennies. Comme tout phénomène, il a ses avantages et ses inconvénients. Ce qui est indéniable, c’est qu’il s’agit d’une réalité qui semble être à son apogée. Dans le passé, les jeunes entraient dans la vie fraternelle par la priostía et l’acolitaje. Aujourd’hui, ils entrent de plus en plus dans la fraternité par la musique. A tel point qu’ils choisissent les confréries pour la musique.




Le bonheur d’Andrés Martín

Ce ne pouvait pas être (pour l’instant) la magna de glorias, mais quel cadeau Andrés Martín et tous les bergers de Séville ont reçu. La Vierge sera couronnée en septembre 2025. Une invocation de gloire vraiment historique pour laquelle ce frère aîné et ses partisans inconditionnels travaillent plus qu’admirablement. Nous avons toujours soutenu qu’avec Andrés et des confréries comme François Segura, il n’y aurait pas eu le déclin de ces confréries, qui sont essentielles pour comprendre la religiosité populaire au cours des siècles. Monseigneur Saiz a voulu faire ce cadeau spécial à une confrérie qui s’occupe comme aucune autre de la dévotion à la Bergère. Elle a été la première à descendre dans la rue après les mois de pandémie, un événement marquant pour la corporation. Dans un an, elle sera couronnée.

À propos de Rome

À Malaga, on affirme clairement que les nominations de Francisco Vélez et de José Roda, respectivement président et vice-président du Conseil, à la commission chargée de préparer les événements du Jubilé des Confréries de 2025 à Rome ont été faites pour compenser le « poids » qu’avait jusqu’à présent la représentation de la ville jumelle dans la conception des événements. Eh bien, ils n’ont pas tort ! À César ce qui appartient à César. Et il y a le cas de l’influence décisive de Paloma Saborido, professeur à l’Université de Málaga. Il est logique que les confréries de Séville soient représentées. L’important, du moins le suppose-t-on, est que les choses soient bien faites. Le « tachiro » pour le « tachiro » est un risque important. Certains d’entre nous ne doutent pas que la Virgen de la Esperanza à Malaga et le Cristo de la Expiración à Séville sont deux grandes icônes de la religiosité populaire, mais cela sera-t-il vraiment apprécié à Rome ou s’agira-t-il d’un acte de plus ? Il faut faire attention à ce qu’il ne nous arrive pas la même chose qu’aux communautés autonomes qui sont allées à New York pour se promouvoir en tant que destinations touristiques et qui, en fin de compte, ont emmené dans l’avion les mêmes journalistes d’ici, qui ont été les seuls à assister aux événements. Ceux de là-bas n’ont même pas pris la peine de le faire. C’est le seul risque que certains d’entre nous voient dans cette initiative. Nous ne nous préoccupons pas des autorisations des communes, ni du coût ou de la sécurité des transports. Il ne reste plus qu’à se laisser absorber par la grandeur du Vatican, qui éclipse tout le reste.

À propos des étudiants

Il a fallu beaucoup de travail et d’efforts à Jesús Resa, le frère aîné de la confrérie de l’Université, pour que le programme des événements du centenaire du centenaire soit mis en place ! L’autorité ecclésiastique avait émis des réserves quant au retour des deux saints titulaires dans leurs chars respectifs depuis l’église de l’Annonciation. Mais l’archevêché peut être assuré qu’il n’y aura pas de retour matinal ou d’excès similaires.

À propos du Baratillo

Le couronnement de la Pietà sera célébré dans la cathédrale selon un schéma classique. Le pari le plus original pour l’instant serait celui du retour triomphal, très triomphal. Le cortège pourrait partir de la Puerta de San Miguel en direction de la mairie et se diriger ensuite vers la rue Pureza pour saluer La Esperanza, avec laquelle elle a une charte de fraternité, et les représentants des corporations de Triana avec lesquelles elle est liée en raison de la salutation qui a lieu pendant la Semaine Sainte dans la chapelle de la rue Adriano. Il ne faut pas non plus exclure une salutation avec la Carretería, l’autre confrérie avec laquelle elle entretient une relation fraternelle. Ce seraient deux beaux gestes pour un jour heureux.

Restauration importante

La Virgen del Rocío, patronne d’Almonte, fera l’objet d’une importante restauration. Elle sera retirée du culte pendant trois mois au cours desquels le village ressentira à nouveau un grand vide, phénomène déjà subi lorsque la pandémie a retardé le retour de la Vierge à Almonte. La responsable de la restauration, Fuensanta de la Paz, n’est peut-être pas très connue des simples confrères, mais elle a un CV impressionnant qui montre que la Matriz a confié la tâche à une professionnelle de grand prestige. Elle a travaillé sur tout, de la Macarena, lorsqu’elle était l’élève de Francisco Arquillo, au Cristo de la Clemencia, en passant par des peintures à l’huile comme la Virgen de la Servilleta.

Et le crieur public ?

L’option la plus solide et la plus sûre est celle d’un journaliste chevronné aux talents oratoires avérés. Il est grand temps de le nommer, car il n’a que trop tardé. Il y a aussi quelqu’un qui a prononcé le discours des Glorias il n’y a pas si longtemps et qui a fait bonne impression. Et ceux qui recherchent une femme pour le pupitre (elle serait la deuxième en plus de quatre-vingts ans d’histoire) ont la possibilité d’avoir une rédactrice en chef. Les autres noms qui circulent ne sont pas encore assez forts pour figurer dans la liste des candidats à l’élection présidentielle. pools de paris. Il y aurait sans doute des candidats solvables au sein du Conseil d’administration lui-même. Bien sûr, il ne faut jamais exclure les surprises, comme les conseillers nous ont surpris plus d’une fois. À propos, avons-nous déjà eu un acteur comme crieur de la Semaine Sainte ? On a parlé d’actrices, oui. Mais un acteur… il y en a de très bons qui savent se débrouiller. Avec maîtrise et grâce.

Le portier

Premier coup. Un grand choc. Le décès soudain de Pablo Sampalo, un jeune homme de 23 ans originaire de Jerez, a été un choc pour de nombreux confrères. Il était aussi un habitué de Séville. Il était le fils de Tomás Sampalo, bien connu dans le monde des capataces. Deuxième coup. Entendu sur la Plaza Nueva : « Je vous assure que Luis Gordillo était disposé à peindre l’affiche des Fiestas Mayores de 2024, mais cela n’a finalement pas été possible. Par ailleurs, Salustiano García est un très bon choix pour l’affiche du Conseil. C’est formidable que l’artiste ait dit qu’il ne comprenait pas pourquoi il n’avait pas été désigné plus tôt. L’équipe de Vélez a été très bonne, mais pas l’équipe du Conseil municipal dans la manière dont elle a géré son processus de nomination. Troisième coup dur. La mairie facturera 116 euros pour les mariages dans le Salón Colón à partir de 2024. Connaissez-vous le tarif de l’archidiocèse pour l’enregistrement d’un mariage ? 200 euros. Et des chandeliers à l’étage. Entendu : « Comme elles sonnaient bien, Fiscal, les marchas macarenas choisies par Mario Niebla del Toro pour planter le décor du dîner de remise des prix Escaparate qui s’est déroulé dans le Patio de Banderas ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *