ven. Juin 14th, 2024

La La paroisse de San Jacinto retrouve une partie de son histoire qui n’aurait jamais dû être perdue.e. Au cours des dernières heures, il a été la Vierge de Candelaria a été rendue au culte, La Vierge de Candelaria, qui a donné son nom à l’ermitage primitif et à l’hôpital qui occupaient l’espace de l’actuel couvent avant l’arrivée des Dominicains en 1679, a été rendue au culte. Ainsi, cette sculpture primitive a été rendue au culte après plusieurs décennies d’entreposage au couvent de Santo Tomás, et a occupé provisoirement le presbytère de l’église paroissiale.

L’image est en cours de restauration depuis le mois de mai dernier, par un groupe interdisciplinaire formé par le laboratoire de l’Université Pablo de Olavide Sanitarte et AmbuLab ; HT Médica ; le sculpteur Augusto Morilla et les archives de la Hermandad de la Estrella, sous la coordination du conservateur et restaurateur José Luis García. Plus précisément, une étude stratigraphique a été réalisée pour identifier les couches de polychromie, ainsi qu’une analyse chimique. Dans le cadre de ces études préliminaires, il convient également de souligner l’échantillonnage radiologique destiné à analyser l’état du support et la documentation historique de la sculpture.

Les sLa contribution image était en très mauvais état, instable et attaquée par des insectes xylophages. Il a donc été décidé de la remplacer par un nouveau chandelier et des armoiries réalisées par Augusto Morilla. Après les différentes analyses, la polychromie a été nettoyée physiquement et chimiquement dans l’atelier Ágora Conservación del Patrimonio, avec un test de solubilité préalable.

Les travaux suivants ont été réalisés les réintégrations appropriées des lacunes ont été effectuées, afin de rétablir l’interprétation originale de l’œuvre. Le sculpteur Augusto Morilla a réalisé la nouvelle sculpture de l’Enfant Jésus, qui avait disparu ces dernières années.

La sculpture a été habillée pour l’occasion par le brodeur Joaquín Salcedo. Le tout sous la coordination de José Luis García González, conservateur et restaurateur d’Ágora Conservación del Patrimonio.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *