mar. Mai 28th, 2024

La Cantillana pastoreña se prépare à clôturer l’été avec les derniers cultes en l’honneur de la Divina Pastora, qui comprennent à la fois le culte de la Divina Pastora et le culte de la Divina Pastora. et le traditionnel « besamanos » (baiser de la bergère). Tout au long de la semaine, des festivités populaires, des concerts et des spectacles musicaux ont été organisés. Le point culminant de la semaine est le pèlerinage avec le simpecado de la Divina Pastora au village de Los Pajares et l’acte de dévotion consistant à embrasser la Vierge dans sa chapelle le dimanche soir.

La coutume de fin de mois des pasteurs avec un baiser de la Divine Bergère le 30 septembre a été institutionnalisé au début des années 1930 en signe de dévotion et de gratitude envers la Vierge. C’est en 1952 que la journée des besamanos a été complétée par un pèlerinage dans un lieu rural sur l’autre rive du fleuve Viar. Ce pèlerinage devint de plus en plus populaire jusqu’à ce qu’il soit d’abord consolidé le 30 septembre, puis déplacé au dernier dimanche du mois et, en raison de sa croissance notable, accompagnée de la construction de l’ermitage et du village qui l’entoure, au dernier week-end de septembre, tel qu’il est célébré aujourd’hui. La confrérie de la Divina Pastora célébrera son pèlerinage et le baiser de la Vierge les 23 et 24 septembre.



Vendredi soir dernier, les Romeras de la Pastora ont été couronnées. Proclamation du pèlerinage, qui cette année a été faite par Carlos Valera Bastida.. Le rugissement des fusées et des feux d’artifice dès l’aube du samedi 23 septembre annonce la Romería pastoral. À 10 heures, le simpecado de la Divina Pastora quittera l’église paroissiale.pour être placé sur le chariot d’argent et commencer le pèlerinage. Une marée humaine – avec des centaines de cavaliers et de voitures hippomobiles, des milliers de pèlerins et les traditionnelles charrettes de papel picado – accompagnera le simpecado. La coutume veut que, depuis les balcons qui jalonnent le parcours, on chante au passage de la Divina Pastora des sevillanas composées expressément pour ce moment chaque année.

À midi, dans la rue Martín Rey, à l’endroit où l’on enlève le chapeau de la Vierge le 8 septembre, l’Angélus sera prié. Vers 14 heures, le chariot traversera le fleuve Viar, un moment d’émotion au cours duquel le Salve sera chanté. Une fois la procession arrivée au village de la Divina Pastora, populairement connu sous le nom de Los Pajares, le simpecado sera placé dans l’ermitage, et à partir de là, les festivités commenceront, les maisons étant ouvertes pour accueillir les voisins et les visiteurs pendant ces jours de fête autour de la Divina Pastora.

À 19h30, le sera célébrée dans le sanctuaire de la Divina Pastora. À 20 h 30, à la fin de la messe, les confréries de bergers de différentes régions d’Andalousie seront accueillies devant le sanctuaire. Ensuite, avec leur participation, le Saint Rosaire sera chanté dans les rues du village. Le dimanche 24 septembre, à 11h30, la messe des Romeros aura lieu à l’ermitage. La fête se poursuivra dans le village jusqu’à 20 heures, heure à laquelle le simpecado trônera à nouveau sur la charrette pour entamer le voyage de retour. Vers 22 heures, la charrette arrivera à la rivière Viar, où la nuit sera illuminée par des centaines d’étincelles et de feux d’artifice.

Au même moment, l’église paroissiale et la chapelle de la Divina Pastora resteront ouvertes pour permettre aux fidèles de s’approcher de la Vierge, qui sera exposée avec vénération et « besamanos ». Le char entrera dans la ville accompagné d’un feu d’artifice sur l’avenue Guadalquivir, qui se répétera sur l’avenue d’Andalousie et l’avenue Nuestra Señora de la Soledad. Le char se dirigera ensuite vers la Plaza del Llano, où aura lieu l’offrande de fleurs au simpecado. De là, il poursuivra son chemin dans les rues du centre jusqu’à l’église paroissiale et, comme toujours, la montée de la Cuesta del Reloj sera une apothéose de ferveur, au son de la marche militaire « El Turuta », si caractéristique de l’ascension de cette pente, tant de la Vierge le 8 que des chapelets de la Víspera et du dernier jour de la neuvaine et de la charrette de la Romería. À l’arrivée à l’église paroissiale, le simpecado sera retiré du chariot et placé dans l’église, où il sera conservé tout au long de l’année.

Pendant pendant tout ce temps, les baisers continueront, qui durera jusqu’aux premières heures du matin, après l’entrée du simpecado et sans heure de fin. Cette incomparable touche finale, laissant le baiser de dévotion dans les mains de la Vierge, clôturera un mois dédié à la Vierge, la Divine Pastora de las Almas (Divine Bergère des âmes).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *