jeu. Juil 18th, 2024

Une capsule temporelle. Cette expression peut être utilisée pour définir ce que l’on entend par « capsule temporelle ». Notre-Dame-de-Grâcepatronne de Carmonaen ce qui concerne la dévotion et l’étendue de son patrimoine. Un résumé précis que les personnes qui visitent Carmona aujourd’hui peuvent tirer de ce qui suit exposition Carmona et sa Virgen de Gracia qui, à l’occasion de l’année jubilaire, se tient dans le bâtiment de l’université de Carmona. Couvent des Descalzas et l’église Prieuré de Santa Maria de cette ville monumentale des Alcores. L’exposition restera ouverte jusqu’au samedi 16 septembre, de 10h30 à 13h00 et de 19h00 à 22h30.

L’exposition commence par l’origine de l’image sacrée, se poursuit avec son évolution iconographique et continue avec son patronage sur Carmona, sa relation avec cette ville et, enfin, la vaste collection de bijoux anciens qu’elle possède.



Le commissaire de l’exposition est Antonio GarcíaDocteur en histoire de l’art. Il y a collaboré José Leóndiplômé en histoire de l’art, il a réalisé une étude complète sur la transformation des images gothiques en vêtements, dont la Vierge de Gracia est un exemple flagrant. Cette étude est facilitée par le fait qu’il conserve des pièces dont l’histoire remonte à plusieurs siècles et qui permettent d’analyser les changements et les modes de présentation des icônes mariales.

Une origine légendaire

L’origine de la Vierge de Gracia, comme celle de tant d’autres dont la dévotion est née après la Renaissance chrétienne et la formation du Royaume de Séville, est entourée de légendes. Dans ce cas, elle a été découverte par un chasseur dans une grotte, où elle était cachée après l’arrivée des musulmans au VIIIe siècle. Cette « apparition » a un double objectif.

D’une part, elle répond à la diffusion du culte marial qui a lieu au XIIIe siècle, à la suite de divers conciles dans lesquels l’Église donne à la Vierge le rôle de médiatrice auprès de Dieu. À partir de cette époque, les images qui la représentent deviennent plus naturalistes et dialoguent avec son Fils, qu’elles ne placent plus au centre (comme dans la Théotokos romane), mais sur le côté gauche. Il s’agit sans doute de la représentation originale de la patronne de Carmona. L’autre objectif est d’asseoir l’idée que les monarques sont les vicaires de Dieu sur terre et que la Vierge agit en tant qu’intercesseur direct. Ont contribué à cette idée Alphonse X le Sage lorsqu’il rédigea le Partidas et le célèbre Cantigas de Santa Maria.

Dans sa disposition originale, cette image est une sculpture en bois polychrome de 55 centimètres de haut. Elle représente la Vierge assise avec l’Enfant original (disparu lors du premier changement iconographique) sur son genou gauche. Afin de donner au visiteur une idée de l’aspect original, une simulation est montrée, qui a été réalisée par Francisco Berlanga en 1997. Ces caractéristiques la rapprochent des œuvres contemporaines de Navarre, du Pays basque et de Castille-Léon, d’où elle a été apportée par les Castillans qui ont repeuplé ces terres lorsqu’ils ont constaté l’absence d’ateliers indigènes après des siècles de domination musulmane. En ce sens, la Vierge de Gracia est très proche, par sa technique et sa physionomie, de celle qui se trouve à l’intérieur de l’église. Valvaneraà La Rioja.

Le premier changement

La première transformation pour devenir une image de robe. a dû avoir lieu entre 1477, date à laquelle l’ermitage où elle était vénérée est passé sous le patronage des Hiéronymites (par privilège d’Isabelle Ire), et 1504, date du tremblement de terre de Carmona, qui a causé d’importants dégâts au temple. Au cours de cette période, le l’Enfant actuel, dans le style dit de Malines, sculpté en Flandre.. Prototype du Divino Infante largement produit et distribué au XVIe siècle, similaire au modèle du Niño montañesino du siècle suivant. Un chandelier est ajouté à la base de l’image mariale, ce qui lui donne plus de hauteur.

L’une des pièces les plus intéressantes de l’exposition est le la chemise maure du XVIe siècle qui est encore conservée et qui, selon la tradition, a été cadeau d’Isabelle I. Récemment restauré par CyrtaCe vêtement est en toile, avec un plastron et des manches décorés. La broderie frontale, d’origine musulmane, est particulièrement remarquable. Elle est basée sur une composition de mailles avec des fils d’or et des contours en soie cramoisie. La reine catholique et sa fille Juana possédaient des centaines de chemises de ce type. Dans un portrait de Jean de Flandre le monarque castillan porte ce vêtement. Cette pièce est mentionnée pour la première fois dans le trousseau de la Vierge en 1649lorsque le chandelier est à nouveau changé.

Il ne faut pas non plus l’abandonner une réplique miniature de la Vierge de Gracia, datant de la fin du XVIe siècle.dans laquelle l’image est déjà vêtue d’un « mode espagnole ».. Cette tendance est née après l’union des royaumes de Castille et d’Aragon, incorporant des influences flamandes. Ainsi, les tissus luxueux, la dentelle et les bijoux s’ajoutent à la rigidité formelle. Cette reproduction utilise la basquiña, qui prolonge la forme conique de la saya ; les manches rondes avec un prolongement du même tissu du dos jusqu’aux pieds ; le manteau, disposé à partir des épaules, comme une cape ; et la cofia de papos, une coiffe typique de ce siècle qui retenait la coiffure. De petites broderies dorées et des nœuds de velours bordeaux sont utilisés comme ornements.

Un deuxième chandelier

Les peintures de la deuxième salle montrent l’évolution de la présentation de la Vierge. Au XVIIe siècle, la basquiña est remplacée par la guardainfante, qui donne à l’image une forme ovale. La pointe de la dentelle du manteau est relevée, ce qui lui confère une silhouette latérale qui aboutira aux pleines bouffées d’orfèvrerie. En 1649, un nouveau chandelier à huit lames est installé pour faciliter l’utilisation du miriñaque. À cette fin, le curé de Santiago est convoqué, Andrés de Navarra y Bernalqui est reconnu comme l’habilleur de l’image. Il s’agit peut-être de la première trace écrite de cette responsabilité. Ce manuscrit est inclus dans l’exposition. Dix ans plus tard, l’un de ses bijoux les plus célèbres a été donné, le filipino, la chaîne en or particulière qui est portée dans la partie centrale du sac.

L’ensemble qui fait l’objet de cette salle appartient également au XVIIe siècle : le sac, les manches et le manteau brodés d’or, ainsi que le templete de procession, utilisé lors des transferts de la chapelle au prieuré et qui est actuellement utilisé dans les processions de procession. processions du saint patron de Carmona, comme celle qui se déroulera le lendemain 24 septembre prochain. Les textiles sont enrichis de perles de rivière. Les broderies, dont le dessin s’inspire de la Le Cantique des Cantiquessont constitués d’un matelassage et d’un pointillé. Ces vêtements établissent définitivement la représentation iconographique de la Vierge de Grâce, telle qu’elle apparaît dans les tableaux.

L’influence du XIXe siècle

La salle suivante contient une collection de robes qui représentent le dernier changement vestimentaire, fruit du XIXe siècle, lorsque les serveuses des familles bourgeoises ont adopté cette tenue, symbole du nouvel ordre établi dans la société espagnole. Parmi ces robes, on trouve la figure de María del Carmen Brionesqui a fait don d’un grand nombre de bijoux (inventoriés en quantité et classés dans un tableau). Le plus célèbre est le rosace en argent et brillants de 1815qui est exposée (bien que sans cartouche pour l’expliquer) dans la salle de cette exposition située dans le Patio de los Naranjos de la Prioral. Le fond de cette pièce précieuse est une coiffe barbue beige avec de la dentelle qui, placée en forme de vagues, crée une véritable silhouette du visage. Cet ensemble est connu sous le nom de « soleil » et, pendant un demi-siècle, il a été réalisé par… Sœur Maria de Graciadu couvent de Santa Clara à Carmona.

Le vêtement marial s’imprègne au XIXe siècle – c’est au cours de ce siècle que la Vierge est définitivement transférée au Prieuré – de la mode parisienne et victorienne qui, tout en respectant l’iconographie baroque, étend l’utilisation des couleurs et ajoute au sac de la dentelle faite à la main, sous forme de volants. L’éclatement en forme de huit est ajouté. Le XXe siècle a également laissé son empreinte sur le trousseau, avec des pièces de broderie de Juan Manuel et des ensembles composés de points de mantille, symbole du régionalisme dominant de ces décennies.

Du pop art

Les salles suivantes du couvent contiennent d’anciens vœux picturaux sur les miracles de Notre-Dame de Grâce, des représentations en céramique et la collection d’œuvres de peintres contemporains, comme celles de… Nuria Barrera ou une vision très intéressante qui Denis Due réalise cette image mariale à partir du pop art.

La dernière salle est consacrée au couronnement de la Vierge et est présidée par l’ensemble textile récemment donné à la patronne de Carmona, qui résume parfaitement l’évolution de la tenue de cette image, dont l’héritage – comme l’affirme l’historien de l’art – a été le résultat du travail de l’artiste, Ignacio Sánchez Rico– est digne de figurer dans une exposition dans le même musée. Musée des Beaux-Arts pour sa grande valeur artistique.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *