ven. Juil 19th, 2024

En l’espace de dix ans, l’ambition de devenir archéologue, journaliste, avocat, juge, chanteur ou youtuber diminue. Au contraire, celle de médecin ou d’infirmier augmente, mais encore plus celle d’influenceur, de nutritionniste ou de psychologue. Tandis que la profession d’enseignant et plus encore de professeur connaît une nouvelle vague de préférence.  C’est le résultat d’une recherche menée par Adecco qui montre une progression très significative de l’intérêt pour les activités de soins de santé et, en général, celles liées au bien-être psychophysique. Des changements profonds sont observés dans le secteur du spectacle et de l’animation et dans les professions des sciences humaines, tandis que les professions juridiques et celles liées à la sécurité et à l’application de la loi en général connaissent un désarroi particulier. « Les données sur Neet et les abandons scolaires soulignent que le travail est de moins en moins perçu, surtout par les jeunes, comme un ascenseur social, contrairement à la perception des générations précédentes. Restaurer cette perspective tout en stimulant les travailleurs doit être l’un des principaux objectifs du pays », explique-t-il Andrea Malacrida Directeur général d’Adecco Italie – Nous nous engageons à placer nos employés dans des conditions de travail optimales et à leur donner les moyens de s’épanouir. formation continue e requalification et en offrant des incitants dans le paquet de salaire à ceux qui sont embauchés sur une base permanente pour chaque cours de formation suivi. De plus, nous menons quotidiennement des activités d’orientation et de projet avec les écoles, ce qui nous permettra d’embaucher plus de 500 personnes à titre permanent en 2023″. L’intérêt pour le métier de médecin, par exemple, augmente de +85% et celui d’infirmier de +39%. Les professions liées au bien-être psychologique et physique sont également en plein essor : le psychologue croît de +148%, le nutritionniste de +349%. Cette augmentation est en parfaite adéquation avec la sensibilité accrue enregistrée au fil des ans à l’égard de tous les aspects de la santé mentale et du rôle central d’une alimentation équilibrée pour une vie saine. À l’opposé de cette tendance, l’intérêt pour la profession d’entraîneur personnel a diminué de 5 %. Exploit plutôt pour les professions humanistes, en contraste avec la progression de la technologie et de l’Intelligence Artificielle. Le nombre d’Italiens intéressés par une carrière d’écrivain augmente de 75 %, celui des professeurs de 78 % et celui des enseignants de 123 %. Au contraire, l’intérêt pour la profession d’archéologue a chuté de 51 % et celui pour la profession de journaliste a diminué de 9 %. L’étude de la constitution et de la législation ne semble plus exercer la fascination qu’elle exerçait autrefois sur le grand public. Seule la profession de notaire résiste, avec un intérêt pour elle en hausse de +116% par rapport à il y a dix ans. Les professions de juge, qui reculent de -20%, et d’avocat, avec -28%, sont les plus touchées. Si le métier de footballeur est, en Italie, un métier à part entière, il n’en est pas de même pour le métier d’avocat. éterneldont l’intérêt croît de +27%, n’est pas la profession sportive dont la croissance est la plus rapide. La première place revient au pilote, qui connaît une croissance de +44% par rapport à il y a dix ans. Moins appel génère plutôt la profession d’entraîneur, qui diminue de -9%. L’intérêt des Italiens pour une carrière au service de la loi et de l’ordre semble particulièrement en crise par rapport à il y a dix ans. L’intérêt pour la carrière de policier diminue de -21%, celle de pompier de -32%, celle de carabinier de -42%. Quant au monde du spectacle et du divertissement, c’est l’un des secteurs qui a connu les plus grandes transformations au cours des dix dernières années. L’essor des réseaux sociaux d’une part, qui a conduit à la création de nombreuses nouvelles plateformes, et l’avènement de la télévision en streaming ont en effet complètement remodelé le scénario. D’un côté, on observe une baisse de -50% des personnes souhaitant devenir chanteurs et une baisse de -13% des personnes souhaitant devenir youtubers. Enorme boom de +505% de ceux qui veulent devenir Influenceurs, mais il faut tenir compte du fait qu’en 2013 la profession en était encore à ses balbutiements. Enfin, il y a quelques différences entre les hommes et les femmes : alors que chez les hommes ceux qui veulent devenir Mannequin augmentent de +41% et ceux qui veulent être Acteur baissent de -39%, chez les femmes c’est l’inverse, avec la profession de Mannequin qui baisse de -17% et celle d’Actrice qui augmente de 5%.

Le créateur de contenu attire quatre personnes sur dix 

Loin d’être une tendance passagère, celle de la créateur de contenu  est un « vrai travail » pour une personne sur deux. Et il a attiré, au moins une fois, jusqu’à quatre professionnels sur dix. Tels sont les résultats d’une enquête menée en 2022 par Short Youtube  e OnePall  auprès de 2 000 Américains : si 58 % des personnes interrogées ont déclaré considérer qu’il s’agissait d’un métier comme un autre, 41 % ont même envisagé de le devenir. créateur de contenu au moins une fois, motivés par les opportunités de gain (39%), la possibilité de partager leur passion (37%), l’autonomie (35%), l’opportunité d’apprendre ou de créer des liens sociaux (33%) et la célébrité (30%). Des données qui ne sont pas surprenantes, étant donné que les créateurs de contenu sont plus de 50 millions dans le monde (dont plus de deux millions sont considérés comme des professionnels à plein temps). A tendance qui concerne également l’Italie, où les créateurs de contenu sont au nombre de 350 000 et augmentent de 20 % chaque année, dans une évolution constante vers la professionnalisation et la réglementation. . Alors que sur les marchés plus matures, comme les États-Unis, le travail du créateur de contenu est déjà sur la voie de la consolidation pour devenir une profession à part entière, en Italie, le scénario est encore très fragmenté », souligne le commissaire européen à la culture, à la jeunesse et à l’éducation. Tommaso Ricci , directeur général de Mambo La première communauté italienne de créateur de contenu nés précisément pour agréger, former et professionnaliser, en les aidant à monétiser leur créativité -. Ceux qui choisissent cette voie sont principalement des jeunes (Millennials ou GenZ), qui parlent « nativement » le langage des plateformes et sont dotés d’une grande créativité, mais qui ne sont pas préparés à tout ce qui est nécessaire pour transformer cette créativité en un emploi. Ce qui manque, c’est un pont qui facilite la communication entre les créateurs et les entreprises prêtes à payer pour leur créativité. Nous les aidons à relever le défi de transformer leur passion en travail et à saisir les opportunités offertes par le marché : nous les mettons en relation avec des marques, nous les aidons à interagir avec les entreprises, nous interprétons une brefpour optimiser le contenu et les processus de production en fournissant des outils, de l’espace et une structure humaine. Mais ce n’est pas tout. Le métier de créateur de contenu est un métier délicat : il expose en permanence sur les réseaux sociaux et n’a pas une évolution linéaire. C’est pourquoi nous proposons également un coaching et un soutien psychologique ».

La fuite de l’artisanat 

Pendant ce temps, le nombre d’artisans en Italie continue de diminuer. Depuis 2012, il a diminué de près de 325 000 (-17,4 %) et, au cours des dix dernières années, ce n’est qu’en 2021 que le nombre total a augmenté, quoique légèrement, par rapport à l’année précédente. Selon les dernières données mises à disposition par leInps il y avait 1.542.2991 artisans en 2022, on peut donc dire – selon une analyse de la base de données de l’Inps – qu’il y avait 1.542.2991 artisans en 2022. Cgia  – que non seulement les jeunes sont de moins en moins intéressés par le travail dans ce secteur, mais aussi que ceux qui ont exercé la profession pendant de nombreuses années et n’ont pas encore rempli les conditions pour prendre leur retraite, préfèrent souvent fermer leur numéro de TVA et continuer à rester sur le marché du travail en tant que salarié qui, par rapport à un artisan, a certainement moins de soucis et plus de sécurité. « Dans nos villes de province, beaucoup d’entreprises artisanales sont en train de disparaître. En bref, non seulement le nombre d’artisans diminue, mais le paysage urbain change de visage. Les ateliers artisanaux qui abritent les cordonniers, les encadreurs, les forgerons, les menuisiers, les photographes, les teinturiers, les horlogers, les maroquiniers, les réparateurs d’appareils électroménagers et de téléviseurs, les tailleurs et les tapissiers sont aujourd’hui réduits à peau de chagrin », commentent les analystes de la Cgia, pour qui il s’agit « d’activités très majoritairement familiales ». Au contraire, les secteurs artisanaux qui connaissent une phase d’expansion sont ceux du bien-être et de l’informatique : dans le premier cas, on observe une augmentation constante des coiffeurs, esthéticiens et tatoueurs ; dans le second, en revanche, on observe une expansion certaine des ingénieurs système, des travailleurs du webmarketing, des vidéastes et des experts en médias sociaux. L’augmentation de ces activités ne suffit toutefois pas à compenser le nombre de fermetures dans le secteur historique de l’artisanat. Les causes de cet « effondrement », selon la Cgia, sont la forte augmentation de l’âge moyen, causée notamment par un renouvellement générationnel insuffisant, la concurrence féroce exercée par la grande distribution et, depuis quelques années, par le commerce électronique, l’explosion des coûts de location et des taxes nationales/locales. Les consommateurs ont également changé leur façon de faire des achats. Au cours des dernières décennies, ils ont adopté une culture du jetable, préférant les produits de masse livrés à domicile. Malgré la crise et les problèmes généraux de l’artisanat, de nombreux entrepreneurs de ce secteur ont longtemps fait état de la difficulté à trouver du personnel désireux d’approcher ce monde. Partout dans le pays, les jeunes désireux de travailler comme chauffeurs, réparateurs de voitures, tailleurs, confiseurs, boulangers, coiffeurs, esthéticiennes, plombiers, électriciens, chaudronniers, tourneurs, fraiseurs, peintres et batteurs de lames sont difficiles à trouver sur le marché du travail. Sans compter que dans le monde de la construction, il est de plus en plus difficile de trouver des charpentiers, des monteurs et des ferblantiers. Mais plus généralement, l’artisan de demain sera celui qui relèvera le défi de la technologie pour faire revivre même les « vieux savoirs ». Au cours de la dernière décennie », conclut l’étude, « Vercelli et Teramo sont les provinces qui, avec -27,2 % chacune, ont enregistré la plus forte variation négative en Italie. Elles sont suivies par Lucques avec -27%, Rovigo avec -26,3% et Massa-Carrara avec -25,3%. Les provinces qui, en revanche, ont subi les plus faibles baisses sont Trieste avec -3,2, Naples avec -2,7 et, enfin, Bolzano avec -2,3%. En termes absolus, les provinces qui ont enregistré les « pertes » les plus importantes sont Bergame avec -8.441, Brescia avec -8.735, Vérone avec -8.891, Rome avec -8.988, Milan avec -15.991 et, en particulier, Turin avec -18.075 artisans. Enfin, en ce qui concerne les régions, les diminutions les plus marquées en termes de pourcentage concernent le Piémont avec -21,4, les Marches avec -21,6 et les Abruzzes avec -24,3%. En revanche, en termes absolus, les pertes les plus importantes concernent l’Emilia Romagna (-37.172), la Veneto (-37.507), le Piémont (-38.150) et surtout la Lombardie (-60.412).

Un jeune sur quatre prêt à travailler gratuitement pour une entreprise prestigieuse 

Une enquête réalisée par Spot et web dément le cliché des jeunes voulant à tout prix un emploi fixe. Au contraire, un sur cinq serait prêt à travailler gratuitement, même pour une durée limitée, à condition que ce soit auprès d’employeurs prestigieux qui garantissent un retour en termes d’image à valoriser dans le CV. Après avoir interrogé plus de 600 jeunes hommes et femmes récemment diplômés dans des disciplines très variées (ingénierie, mode, design, littérature, langues, mathématiques, architecture, communication, agriculture, entre autres), les données suivantes ont été obtenues. 18 % – ce qui est surprenant – ont répondu « Oui, je suis prêt à travailler gratuitement mais sous certaines conditions ». Moins de la moitié de l’échantillon (44 %) était contre. Enfin, un tiers de l’échantillon, soit 15 %, a déclaré ne pas pouvoir répondre à la question. Alors, à quelles conditions les jeunes interrogés travailleraient-ils gratuitement ? 33% ont répondu « Tant que l’emploi est garanti après 6 mois ». Pas moins de 22 % des jeunes interrogés (l’un des pourcentages les plus élevés) accepteraient « Si l’employeur avait un nom prestigieux et garantissait les frais de déménagement à engager ». 13 % pourraient travailler gratuitement pendant un an si l’employeur garantissait également des cours de recyclage réguliers et ne figurent donc pas parmi les options préférées des Italiens. Les jeunes ont montré l’importance du nom de l’entreprise dans laquelle ils pourraient travailler et accepteraient de le faire gratuitement « si on leur permettait de travailler aux côtés de grands noms de l’industrie ou de l’entrepreneuriat afin d’enrichir leur CV » (34 %, première place). Enfin, si l’entreprise permettait également de suivre une formation à l’étranger, les jeunes diraient oui à un travail non rémunéré pour une durée limitée (32%). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ceux qui sont prêts à travailler gratuitement ne sont pas de statut socio-économique élevé, bien au contraire : 34% de l’échantillon qui a répondu de la sorte appartient aux classes sociales inférieures. Quant aux personnes issues de milieux aisés, elles ne sont prêtes à travailler que dans 10 % des cas. Mais voici les dix entreprises italiennes les plus recherchées qui « font des CV » et pour lesquelles les personnes interrogées accepteraient de travailler gratuitement pendant une période limitée. En tête, l’entreprise Ferrari  (15%), deuxième place pour Armani  (14%), ferme le podium Brembo  (12%). Légèrement en dessous de Mediaset (10%), Finmeccanica (9%), Dolce &amp ; Gabbana (7%), Lamborghini (6%), Barilla (5%), Banca Intesa (4%) et Ferretti spa. (3%). Mais combien de temps l’échantillon serait-il prêt à travailler sans être payé ? 53% ont répondu « Pour six mois », 23% le feraient également pour un an. Seuls 10 % accepteraient « pour quelques mois ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *