ven. Mai 17th, 2024

Dans le contexte d’un marché du travail en constante évolution, Confindustria Moda et la Fédération CNOS-FAP des Salésiens travailleront ensemble pour promouvoir l’emploi des jeunes dans un secteur manufacturier de haute qualité. Aujourd’hui déjà, les entrepreneurs éprouvent des difficultés à trouver sur le marché du travail des opérateurs possédant les compétences nécessaires, et la situation est appelée à s’aggraver. Avec un exode prévu de 1,9 million de travailleurs d’ici 2030 (dont environ 6 % dans le secteur de la mode et des accessoires), la question de la formation et du changement de génération devient d’une importance vitale, surtout si l’on considère la crise démographique actuelle qui conduira à une réduction estimée d’environ 1,3 million d’étudiants au cours de la même période. C’est pourquoi Confindustria Moda (qui regroupe les sept associations italiennes de la mode et des accessoires, avec plus de 61 000 entreprises membres, un chiffre d’affaires total de 108 milliards d’euros et 600 000 travailleurs) et CNOS-FAP, la Fédération nationale des centres salésiens de formation professionnelle, ont signé un accord de partenariat de trois ans, dans le but de combler le déficit de compétences dans l’un des secteurs les plus actifs et les plus renommés de l’industrie made in Italy, en se concentrant principalement sur une formation de haute qualité pour les jeunes et les adolescents en Italie, y compris ceux provenant d’autres pays.

Il s’agit d’un partenariat contemporain, dynamique et flexible, qui vise à stimuler l’intérêt des jeunes pour les carrières dans l’industrie, à élever le niveau de compétence des étudiants et des formateurs, et à développer des programmes de formation sur mesure dans les différentes régions italiennes. D’autre part, il y a quelques jours, à l’occasion de la Journée européenne des fondations, le président d’Acri Francesco Profumo a lui aussi réaffirmé à Pistoia, au siège de la Fondazione Caript, l’existence d’une « inadéquation » entre l’offre et la demande de travail : « Je crois, a-t-il ajouté, que si l’on renforçait le lien entre l’école et le monde du travail, on pourrait peut-être y remédier en partie, même s’il faut garder à l’esprit qu’aujourd’hui plus que jamais, la rapidité des changements exige des personnes ayant une formation plus large que par le passé ». L’hyperspécialisation n’est probablement pas un enfant de notre temps ».

L’accord entre Confindustria moda et Cnos-Fap durera jusqu’en 2026 avec possibilité de renouvellement et vise non seulement à former des jeunes dans l’industrie de la mode, mais aussi à attirer de nouveaux talents vers des formations spécialisées. Le projet a également une composante internationale : un réseau de centres de formation salésiens, appelé DBTech, favorisera l’insertion professionnelle de jeunes de différentes nations, en vue d’une véritable intégration. « Aujourd’hui, nous faisons un grand pas en avant », a déclaré Ercole Botto Poala, président de Confindustria Moda, « et nous aidons les entreprises à relever leurs défis quotidiens. Nous représentons l’excellence de l’industrie manufacturière italienne, dont les exportations représentent plus de 73 % du chiffre d’affaires. Le marché du travail évolue et il faut un langage innovant. Cet accord peut être un exemple vertueux de la manière dont il est possible d’accueillir les personnes venant de l’étranger de la bonne manière, en donnant un véritable espoir aux personnes arrivant en Italie ». L’initiative trouve son origine dans la Commission Formation de la Confindustria Moda, présidée par Paolo Bastianello, qui s’est engagée depuis longtemps à faire dialoguer la demande de compétences des entreprises avec l’offre du système éducatif, et sera suivie en permanence par un comité mixte, composé de représentants des deux organisations impliquées. Les nouvelles générations, conclut le père Giuliano Giacomazzi, directeur général de la Fédération CNOS FAP, ne trouvent pas toujours des propositions de formation qui les qualifient pour un professionnalisme de haut niveau. Il ne suffit pas d’allouer des ressources économiques, il faut aussi des compétences. Dans toutes les régions, la formation professionnelle est financée par les régions, mais elle devrait devenir un système bien organisé, avec des parcours d’insertion professionnelle et un accompagnement coûteux et bien structuré ».

Pour les jeunes, surtout les plus fragiles, elle peut être l’alternative la plus précieuse au décrochage scolaire, à la rue, voire à la délinquance. « Avec notre réseau, conclut le père Giacomazzi, nous sommes présents dans 133 pays du monde. Nous sommes des interlocuteurs sérieux des entreprises et des organismes publics et, en tant que Salésiens, nous pouvons ainsi continuer à mettre en œuvre, de manière significative, la proposition éducative de Don Bosco ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *