ven. Mai 24th, 2024

En ces jours d’août, au cours d’une conversation affable après le dîner, avec le grondement serein de la mer au loin ou dans le silence sauvage de la sierra, notre esprit commence à rembobiner notre fraternité, parce que c’est là qu’il s’arrête et se repose, qu’il fait une pause. Cela ne fait que quelques mois – pas même un semestre – mais il est déjà étrange d’aller sur les réseaux sociaux et de ne trouver aucun souvenir graphique du Santo Entierro Grande, parce que c’est fondamentalement impossible. D’un point de vue subjectif, nous dirions qu’il s’agit du premier Santo Entierro Grande du XXIe siècle, qui, en 2004, n’en était qu’à ses débuts.

De ce jour, il y a presque vingt ans, il nous reste quelques témoignages visuels de la Carrera Oficial, etc. ; ne serait-ce que quelques enregistrements du mystère des Trois Nécessités à travers le Postigo, de Las Siete Palabras à travers Castelar ou de San Isidoro à travers Orfila. Tous, oui, mais à des moments précis. Deux décennies plus tard, en tapant Santo Entierro Grande 2023 dans n’importe quel moteur de recherche, nous trouverons instantanément un nombre infini de vidéos de chacune des confréries participantes à de nombreux moments de leur parcours, ce qui nous permet de d’avoir une idée globale de ce qu’a été cet après-midi.



Ce même samedi matin, nous avons découvert, de manière insoupçonnée, un fragment du cours de la Christ du Calvaire le long de la rue Riojaà la recherche de la Campana en plein jour. Une scène qui, bien qu’attendue chaque matin du Vendredi saint, n’avait pas été connue par nos générations de confréries. Du moins pas depuis 1898, première et dernière participation du crucifix d’Ocampo à cet événement, alors que la confrérie résidait encore à San Gregorio. Et, une fois de plus, nous contemplons son passage en faisant taire tout ce qui se trouve sur son chemin – une atmosphère difficile à atteindre, nous avons été frappés par l’idée d’être véritablement les témoins d’un événement extraordinaire, dans lequel ni les canons ni les protocoles ne sont répétés, ce que nous considérons comme presque irrépétable. à cause de tout ce que cela implique : le jour, l’heure, le cortège, le contexte… Il ne s’agit peut-être que de quelques heures, plus qu’il n’en faut pour entrer dans les annales de la fête à part entière.

Car l’éternel se réalise à travers certains détails dans un océan de circonstances. Le tableau formé, dans l’ordre chronologique – malgré l’absence de San Bernardo, un autre candidat qui participera sûrement tôt ou tard – par le Cristo del Calvario et le mystère de la Quinta Angustia, comme une toile en mouvement, comme des millénaires concentrés en à peine une demi-centaine de pavés, (et le Cachorro qui divise) sera difficile à récupérer à nos yeux. Le Christ du Calvaire n’est pas seulement la pâleur de l’aube, le marbre des étoiles fines : il est, nous l’avons vu, chair humaine latente, pure vivacité expressive, pure mort baroque sur les lèvres et sur le flanc. Pure Semaine Sainte arrêtée à jamais dans le temps.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *