sam. Avr 13th, 2024

Une institution de San Lorenzo. Manuel Rodríguez est décédé ce jeudi à Séville. Frère de Silencio et de Gran Poder, il était également un membre éminent du Conseil des Confréries, où il était délégué pour le Lundi de Pâques et la Madrugada. Récemment, il a occupé le poste de secrétaire de la Fundación Benéfico Asistencial del Casco Antiguo, dont l’économat bénéficie à des milliers de familles.

Manolo Rodríguez appartenait à ce type de confrérie en grand danger d’extinction. Avec sa mort, nous perdons une façon de comprendre la fraternité comme s’il s’agissait d’une famille. Le respect de la tradition héritée. De privilégier le bien commun au détriment de l’individu. Des valeurs qui me manquent dans les confréries d’aujourd’hui, ; comme il l’a reconnu dans une interview publiée par ce journal  .



C’est peut-être pour cette raison qu’il n’était pas un frère aîné de la Hermandad de San Lorenzo, où il a passé toute sa vie de frère. Frère de La Soledad depuis sa naissance, il a toujours vécu dans la rue Cardenal Spínola, et c’est José de Rueda Carrión qui l’a appelé à faire partie du Conseil d’administration en tant que deuxième secrétaire. C’était au début des années 70 et il n’était pas facile de devenir membre du gouvernement officiel. Plus tard, il est devenu intendant, promoteur des sacrements et lieutenant du frère aîné. Il a été le commissaire de l’exposition organisée à l’occasion du 450e anniversaire de la fondation.

Son prestige l’amène à occuper des postes de responsabilité au sein du Conseil des confréries. D’abord avec Antonio Ríos, entre 1992 et 2000, en tant que délégué du Lundi de Pâques. Au cours de ces années, il a commencé à mettre en garde contre les problèmes liés aux horaires, principale pierre d’achoppement logistique de la Semaine Sainte aujourd’hui.

Lire aussi:  Rosario de Cádiz accompagnera le Mystère de l'Étoile le dimanche des Rameaux 2024

Lors de sa deuxième étape au sein du Conseil, avec Manuel Román entre 2004 et 2008, il a été délégué de la Madrugada, le jour le plus complexe, avec un problème majeur au niveau des croix. Au cours de ses quatre années, il a étudié en profondeur les possibilités de remodelage de la journée et a proposé une série de solutions qui ont été écartées parce qu’elles n’étaient pas soutenues par toutes les confréries.

Son aisance en matière de logistique l’amène à défendre comme seules solutions viables un changement d’ordre ou que la journée se déroule dans l’autre sens, c’est-à-dire en commençant par la cathédrale.

Son travail au sein du Conseil l’a amené à vivre l’un des moments dont il se souvient le plus : la réunion des Esperanzas en 1995. Il était alors délégué pour le lundi de Pâques. Il était de service dans le palquillo de la Puerta de los Palos. Il a tout vécu de près, y compris la façon dont un certain contremaître s’est caché dans un confessionnal.

Un membre unique de la confrérie qui n’avait pas besoin de brandir le bâton d’or pour être plus que respecté dans sa confrérie et dans la confrérie de Séville.

L’enterrement aura lieu ce vendredi, à 11h30, en l’église paroissiale de San Lorenzo.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *