jeu. Avr 18th, 2024

Interdiction de conduire en ville. A Milan  c’est l’objectif affiché pour 2050, mais le monde entier se prépare à un bouleversement total qui part de l’idée que l’on ne peut plus se passer de l’énergie solaire. motorisation de masse  – telle que nous l’avons connue et vécue jusqu’à présent – est destinée à disparaître.  Telle est la thèse principale du document intitulé « The Urban Mobility scorecard tool : benchmarking the transition to sustainable urban mobility » présenté en mai dernier par l’Agence européenne pour l’environnement. Forum économique mondial . En partant de l’hypothèse que dans les 25 prochaines années, 70 % de la population vivra dans des zones urbaines si le monde veut résoudre le problème du réchauffement climatique, il ne suffira pas de remplacer le moteur thermique par le moteur électrique, une opération qui est déjà en cours depuis un certain temps. La seule façon de se rapprocher de l’objectif, selon le document, est de réduire de 75 % le nombre de voitures particulières  du moins dans les grandes villes.

Il faudra donc se faire à l’idée que dans un délai plus ou moins court, ceux qui conduisent seront éjectés hors des murs de la ville . La question est de savoir comment cela se fera, et avec quelles conséquences pratiques et économiques sur le tissu social. Car le risque évident de ce choix extrême est de d’accroître l’embourgeoisement en « chassant » du centre les personnes qui n’ont pas les moyens de s’offrir la dernière génération de voitures coûteuses ou qui viennent travailler dans des quartiers moins prisés. L’opération de désincitation à l’utilisation des véhicules motorisés conventionnels est manifestement déjà en cours presque partout, avec des stratégies différentes. L’imposition de limites à l’utilisation de la voiture dans les villes peut se faire de plusieurs manières : par des interdictions qui touchent tout le monde, par des taxes d’entrée élevées, par des limitations liées à la classe environnementale du véhicule, ou encore par un mélange de ces trois types de mesures. Ou avec un mélange des trois, plus des frais de stationnement élevés, des zones piétonnes de plus en plus grandes, des limites horaires, une réduction drastique de la vitesse.

D’une manière générale, la tendance est partout d’augmenter l’utilisation des transports publics.  Mais pour frapper, indépendamment des offres alternatives, les portefeuilles de ceux qui insistent pour utiliser leur voiture privée pour se rendre au centre et de ceux qui ne peuvent de toute façon pas s’en passer. Le maire de Milan, Giuseppe Sala, a déclaré que 49 voitures pour 100 habitants – le taux de motorisation actuel de la ville – c’est trop. Et qu’il travaille à le réduire à 40 dans les dix ans, même au prix de mesures impopulaires et classistes comme la zone B, qui exclut déjà les véhicules plus anciens du cercle urbain.

Chaque ville prend des mesures différentes, même si elles semblent décalées dans le temps, comme c’est le cas pour la France. Genève , Suisse, qui, dans le cadre d’un plan de piétonisation progressive du centre ville, a réintroduit ces jours-ci les voitures à cheval. Londres  en revanche, a déjà créé l’une des plus grandes zones de circulation restreinte au monde, qui s’ajoute à deux tendances actuelles : celle d’un droit d’entrée, quel qu’il soit, et celle qui lie le montant à payer aux émissions. En fait, il existe deux péages différents qui s’additionnent si l’on passe d’une zone à l’autre. Le Congestion Charge est la grande zone de péage, en vigueur depuis 2003, valable tous les jours, y compris les samedis et dimanches. Il coûte 15 livres, soit près de 20 euros par jour. Mais dans l’Ultra Low Emission Zone, créée dans le but de faire baisser le niveau de pollution par les poussières fines, à partir du 29 août 2023 dans tous les arrondissements de Londres, 24 heures sur 24, les conducteurs de véhicules polluants sont soumis à la taxe supplémentaire de 12,50 livres pour les voitures, les motos et les camionnettes. Les conducteurs peuvent donc facilement payer l’équivalent de plus de 32 euros par jour simplement pour circuler dans la ville.

A New York  Le feu vert a récemment été donné par la Federal Highway Administration et l’administration Biden : la première taxe sur la circulation va être mise en place, probablement d’ici le printemps 2024. Les automobilistes qui veulent entrer dans Manhattan devront payer de 9 à 23 dollars aux heures de pointe et 5 dollars le soir. Le plan vise à réduire de 15 à 20 % le nombre de voitures entrant dans Manhattan, avec une amélioration de la qualité de l’air, une augmentation des transports publics locaux et des recettes estimées entre 1 et 1,5 milliard de dollars par an.

Conduire en Paris et dans d’autres villes françaises, n’est pas tant chère que compliquée. En effet, le gouvernement français a mis en place depuis plusieurs années un système de vignettes qui subdivise les voitures en fonction de leur classe environnementale, et les touristes doivent également en obtenir une. Il n’est pas facile de comprendre ce que l’on peut faire et ce que l’on ne peut pas faire, surtout si l’on est de passage. Pour aider les citoyens qui ne savaient plus comment se rendre au travail, le gouvernement a décidé l’été dernier de reporter d’un an l’application de l’interdiction des véhicules classés Cri’Air3 et moins dans la Métropole du Grand Paris (MGP), qui concerne les diesels d’avant 2011 ainsi que les essence d’avant 2006, soit pas moins de 14,3 millions d’unités en France, c’est-à-dire 41% du parc automobile. L’objectif de la métropole parisienne est cependant d’interdire toutes les voitures à essence et diesel d’ici 2030.

Le choix de Singapour où la taxe routière fait partie de la taxe sur la propriété du véhicule et où chaque véhicule immatriculé doit avoir une taxe routière valide. Singapour est donc la ville la plus chère du monde pour l’achat d’une voiture (selon le rapport « Mapping the world’s prices » de la Deutsche Bank) : plus de 86 000 dollars. Pour ce qui est d’apporter une voiture de l’extérieur, avant d’entrer à Singapour, vous devez disposer de tous les documents requis et satisfaire aux exigences en matière de permis, et si vous souhaitez conduire un véhicule étranger à Singapour à long terme, vous devez l’importer et l’enregistrer.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *