sam. Mai 18th, 2024

Le secteur de l’habillement et des accessoires a souffert du mauvais temps en mai, ce qui a freiné la consommation par rapport à la même période l’année dernière. 

L’Observatoire permanent de Confimprese-Jakala  a recueilli des données sur l’évolution de la consommation dans les secteurs de la restauration, de l’habillement et des autres commerces de détail, enregistre une baisse du marché qui se termine à -4,9 %. Outre le facteur inflationniste, c’est le secteur de l’habillement-accessoires qui, avec -16,2 %, tire la consommation vers le bas, bien que la restauration poursuive la tendance positive des mois précédents avec +8,7 % et les autres commerces de détail avec +4,8 %.

Si l’on compare les cinq premiers mois de 2023 à la même période de 2022, le marché total clôture à +11,5 %, soit un peu plus que l’inflation . Ce chiffre est de bon augure : la baisse du mois n’est due qu’à des événements extemporanés qui n’auront toutefois pas d’influence réelle sur les tendances de consommation dans les mois à venir. Les canaux de vente ont également montré la même dynamique, les centres commerciaux clôturant à -4,9%, les rues principales à -2,4%, tandis que les voyages ont continué leur progression à deux chiffres.

« Après des mois de croissance soutenue au cours des années précédentes, mai est le premier mois négatif depuis 2022  – explique Mario Maiocchi, directeur du Centre d’études Confimprese – La reprise de la consommation serait-elle donc bloquée en raison des effets redoutés de l’érosion du pouvoir d’achat des consommateurs ? En réalité, une analyse plus fine des données de l’observatoire Confimprese-Jakala montre que la baisse ne concerne que le secteur de l’habillement-accessoires  -16,2%, tandis que le secteur de la restauration à +8,7% et les autres commerces de détail à +4,8% ont confirmé une bonne tendance à la croissance.

Pour l’habillement-accessoire en revanche, le repli n’est pas un signe inquiétant, car le secteur est lié à la dynamique saisonnière et météorologique, ce n’est donc un secret pour personne que l’année dernière nous avons eu un été précoce avec un mois de mai très chaud et la forte croissance conséquente des ventes de +19% en 2022 par rapport à 2019. Cette année, en revanche, la saison a démarré lentement jusqu’à la mi-juin, d’où un mois difficile pour la mode qui a toutefois enregistré des niveaux très proches de la pré-pandémie avec -2,0% par rapport à 2019″.


Les recettes moyennes sont en hausse mais la fréquence d’achat est en baisse en raison de la hausse des prix à la consommation.
Les consommateurs recherchent des promotions et des réductions : on assiste à un retour vers des magasins physiques plus éloignés.


Pour les accessoires d’habillement, il reste à voir comment les consommateurs se comporteront avec le début des soldes le 6 juillet et si ceux-ci donneront un coup de fouet aux ventes. 
« Les chiffres de mai, explique Alessandro Olivari, associé principal chez Jakala, montrent que l’écart entre les ventes au détail avant la pandémie et celles de cette année s’est réduit à -2 % pour l’année 23 par rapport à l’année 19. Les dépenses moyennes augmentent, avec un ticket de caisse moyen en hausse de +9% par rapport à 2019, mais la fréquence d’achat est plus faible en raison de la hausse des prix à la consommation. . Les consommateurs dépensent plus mais effectuent moins de transactions -12% en 2023 par rapport à 2019. L’impact de l’inflation émerge également et on assiste à un retour vers des magasins physiques plus éloignés, il y a +15% de kilométrage par rapport au T2 2021, peut-être aussi parce que les consommateurs sont à la recherche de promotions et de réductions’.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *