jeu. Avr 18th, 2024

La population européenne vieillit et les services de soins sont de plus en plus demandés.  Selon les dernières données de la Commission européenne, 46,5 % des citoyens de l’UE sont des personnes âgées de plus de 65 ans qui ont de grandes difficultés à conserver leur indépendance et à faire face à leurs besoins en matière de soins. Les infirmières et les aides-soignantes ne suffisent cependant pas à prendre soin de tout le monde.

D’ici 2050, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans augmentera de 88 %. Le besoin de soins augmentera en conséquence. Mais les dépenses publiques peuvent-elles suivre ? Pas à l’heure actuelle. Ce problème du vieillissement et du manque de soins en Europe – le « Vieux Continent », plus seulement pour des raisons historiques – est appelé à s’aggraver et à toucher également les 40-50 ans d’aujourd’hui. Caritas Europe décrit la situation actuelle et complexe dans le rapport « Vieillir dans la dignité » : au centre se trouve l’analyse de 13 pays européens et l’expérience de service des agences Caritas nationales avec les personnes vivant dans des conditions vulnérables.


Le nombre de personnes nécessitant des soins dans l’Union européenne devrait passer de 30,8
millions en 2019 à 38,1 millions en 2050

La description détaillée de cette situation délicate, actuelle et complexe a été faite par la Commission européenne. Caritas Europe avec un rapport intitulé « Vieillir dans la dignité ». . Au centre 13 pays européens  et l’expérience de service des agences nationales Caritas avec les personnes vivant dans des conditions vulnérables.

« Respecter la dignité des personnes âgées signifie leur permettre de vivre de manière indépendante le plus longtemps possible, en leur offrant des services communautaires et un soutien adaptés à leurs besoins et à leurs souhaits », a expliqué le président de la Commission européenne. la secrétaire générale de Caritas Europe Maria Nyman . Les personnes peuvent être soignées de différentes manières : à domicile, dans des structures communautaires ou dans des établissements de soins gérés par l’État.

Nyman a également souligné que Les États membres de l’UE devraient investir davantage dans les soins de longue durée sans nécessairement penser à faire des profits. Mais en soutenant et en finançant les prestataires de services qui peuvent répondre – de manière digne et personnalisée – à la demande croissante de services de soins.

En examinant également les données de l’Istat L’Italie est en ligne avec les 13 pays considérés par le rapport de Caritas Europe en ce qui concerne le vieillissement démographique. : la population diminue, passant de 59 millions en 2021 à 57 en 2030, à 54 en 2050 et à 47 millions en 2070. Et le rapport entre les personnes en âge de travailler (15-64 ans) et les personnes en âge de ne pas travailler (0-14 ans et 65 ans et plus) passera d’environ trois pour deux en 2021 à environ un pour un en 2050. Aujourd’hui déjà, en termes absolus, environ 6,4 millions de personnes ne sont pas en mesure de mener une vie pleinement indépendante. Parmi ces personnes âgées ayant des difficultés à s’occuper de leur personne ou de leur domicile, seules 6,9 % bénéficient d’une prise en charge publique dans le cadre d’un RSA, tandis que 21,5 % bénéficient d’une prise en charge à domicile . Par ailleurs, 50 % d’entre elles bénéficient souvent de services insuffisants ou inadaptés à leur état de santé.

La conséquence est que la prise en charge des personnes âgées doit nécessairement sortir de la sphère publique, en passant par l’aide directe aux familles et le soutien aux aidants, ce qui ouvre toute une série d’autres questions. Parmi elles, le fait que le travail de soins n’est souvent ni qualifié ni suffisamment rémunéré, qu’il se transforme en exploitation ou en travail non déclaré  (le taux d’irrégularité pour les travailleurs domestiques atteint 52,3 %, contre une moyenne nationale de 12,0 % – Observatoire Domina).

Comme l’indique également le rapport de Caritas, les infirmières et les travailleurs sociaux de Cologne, en Allemagne, commencent leur service très tôt et, en trois heures, ont déjà rendu visite à sept patients, en se rendant dans différents quartiers de la ville. Ils lavent les patients, les habillent et leur brossent les cheveux, leur administrent différents types de médicaments et, bien sûr, des injections, vérifient leur taux de glycémie et leur tension artérielle. Elles s’assurent que les personnes âgées ont pris leurs médicaments quotidiens et ceux de la veille, et si nécessaire, elles aident à la préparation des repas et à d’autres tâches, comme la collecte du courrier.
Pourtant, les heures allouées ne sont pas suffisantes pour s’occuper de toutes les personnes qui ont besoin de soins et de soutien médical, à Cologne comme dans tant d’autres villes européennes où Caritas travaille depuis longtemps avec une approche des soins centrée sur la personne et orientée vers le service. De plus en plus de personnes âgées de plus de 65 ans ont besoin de soins tout au long de la journée, alors que le temps que les infirmières peuvent consacrer à chaque personne diminue : « Il y a un million de raisons pour lesquelles ce travail n’est pas attrayant pour les jeunes », déclare une infirmière de Caritas Allemagne. Et en même temps, il est extrêmement difficile de recruter et de retenir les travailleurs des soins de longue durée. 
Que peut-on faire ? Les législateurs et les pouvoirs publics devraient déployer des efforts plus importants pour remédier à cette pénurie de main-d’œuvre en cherchant à renforcer le secteur des soins de santé et des services sociaux. Comment ? Sans aucun doute en garantissant des salaires plus élevés, mais aussi davantage de possibilités d’emploi à temps plein et de meilleures conditions de travail avec des jours de congé et du temps pour concilier vie privée et vie professionnelle.

En d’autres termes, Caritas Europe considère que ces mesures sont parmi les plus urgentes et les plus nécessaires pour garantir des soins de qualité, accessibles et abordables à toutes les personnes âgées d’aujourd’hui et de demain.

Comment le besoin de travail creuse le fossé Est-Ouest dans l’Union européenne et crée des fractures sociales
 

La régularisation des travailleurs de l’aide informelle est la solution encouragée par Caritas Europe également pour limiter les risques d’exclusion des travailleurs de l’aide informelle. dans l’UE, le fossé Est-Ouest continue de se creuser : De nombreux travailleurs, en particulier des femmes, quittent leur pays d’origine, comme la Roumanie, pour travailler comme soignants dans des États membres plus riches, comme l’Autriche et l’Allemagne, où les salaires sont plus élevés. . Les conséquences de cette « fuite des soins « dans le pays d’origine peut être dévastateur, d’une part des centaines de milliers d’enfants en Moldavie, en Roumanie, en Ukraine et en Bulgarie grandissent sans leurs parents, ce sont les « orphelins blancs ».  souvent pris en charge par des grands-parents, des oncles, des frères et sœurs plus âgés et, dans certains cas extrêmes, même abandonnés dans des orphelinats. D’autre part, les orphelins laissé seul  il y a également les parents, les personnes âgées qui n’ont pas la proximité et les soins de leurs enfants et qui travaillent à l’étranger. 

Selon le rapport de Caritas Europe, les soins de longue durée sont sous-développés en Roumanie. « Plus de 95 % des personnes âgées sont prises en charge de manière informelle. Les services de soins sociaux réguliers sont rares, voire inexistants dans les zones rurales et les petites villes ». On retrouve des situations similaires dans les pays voisins, tels que la Moldavie et l’Ukraine. En 2005, deux psychiatres ukrainiens, Andriy Kiselyov et Anatoliy Faifrych, ont inventé la formule « syndrome d’Italie » pour définir une forme particulière de dépression qui touche de nombreuses femmes de retour d’Italie, où elles ont travaillé pendant des années comme soignantes, souvent 24 heures sur 24 dans des conditions d’isolement : la souffrance de ces femmes est surtout alourdie par la douleur des familles divisées.

Ainsi, si les flux migratoires réguliers sont de plus en plus perçus comme une solution clé pour remédier aux pénuries de main-d’œuvre des pays européens plus riches Bien qu’elle démontre l’importante contribution des migrants aux sociétés européennes, cette mobilité de la main-d’œuvre n’est  » que  » le fruit d’un travail de longue haleine.un pansement sur un problème plus important et définitivement structurel » : la nécessité de réformer le système de soins de longue durée afin de mieux répondre au problème du vieillissement de la société européenne. . « Les pays européens devraient s’engager, explique Shannon Pfohman, directrice du plaidoyer chez Caritas Europe, à mettre un terme au travail de soins non déclaré afin d’éviter l’exploitation et de fournir aux soignants une formation spécialisée, et à trouver des moyens d’éviter que toutes les conséquences sociales de l’éloignement du domicile, de l’éclatement des familles et des vies passées en transit par les soignants et les aides domestiques travaillant dans les pays plus riches ne retombent sur les pays de l’Est.
Investir dès maintenant et à long terme dans un système de protection sociale respectueux de la dignité et des droits de chacun peut réellement contribuer au bien-être de nos sociétés.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *