sam. Fév 24th, 2024

Une « responsabilité obstinée » vis-à-vis du pays qui se traduit par l’identification et l’imagination de solutions à des besoins qui n’ont pas encore émergé et par un nouveau défi pour les vingt prochaines années, centré sur le dialogue intergénérationnel. Faire en sorte que les jeunes, trop souvent absents des lieux de leadership aujourd’hui, soient les protagonistes des choix d’avenir. La vingtième assemblée générale d’Assifero, l’association italienne des fondations (familiales, communautaires et d’entreprise) et autres organismes philanthropiques, se tiendra les 15 et 16 juin à Palerme,  sera un moment de réflexion et de confrontation. L’objectif des 160 réalités associées  est d’assumer un rôle de plus en plus stratégique dans la construction de la cohésion sociale et pas seulement comme un simple « fournisseur » de fonds. La capitale sicilienne a été choisie comme cœur battant de la Méditerranée, point névralgique de la crise climatique et des mouvements forcés d’immigrants, mais aussi comme ville symbole d’un vide à combler. Ici, en effet, Assifero n’a pour l’instant aucun associé. L’urgence environnementale, les flux migratoires, la pauvreté éducative et l’égalité des sexes seront les thèmes centraux.

Un appel au dialogue entre les générations partira également de Palerme : une question cruciale sur laquelle les fondations philanthropiques au niveau international s’interrogent depuis un certain temps et qui a été traduite en une liste de six principes. L’Italie est un pays qui vieillit rapidement et où les jeunes peinent à trouver un espace et à apporter leur contribution aux tables de décision. Un exemple concret de cette « absence » est le projet « Future chair », qui sera le fil conducteur de l’assemblée des membres. Une chaise vide, symbolisant les jeunes, a été laissée dans les réunions du conseil d’administration et les débats de l’association pour rappeler cette absence des nouvelles générations. Il en va de même pour les fondations qui souhaitent la soutenir. « Nous voulons que les jeunes soient considérés comme des personnes et non comme un problème, nous voulons parler d’eux en dépassant les acronymes, comme c’est le cas pour Neet, et les valoriser comme une ressource », explique le président de l’association. la présidente d’Assifero Stefania Mancini  -Ce sont eux qui peuvent nous aider à aborder l’avenir de manière aimable et responsable, nous devons les écouter et ne pas prendre de décisions sans eux ».

Lire aussi:  Code de la route. Alcolock : ce qu'il est, qui doit l'avoir et comment il fonctionne

Le vingtième anniversaire a été l’occasion de renouveler l’engagement de l’Assifero avec une nouvelle charte de principes et de responsabilités, la refonte du statut et l’inscription au Runts (Registre Unique du Tiers Secteur), et d’assumer un rôle politique, en dialoguant avec les administrations publiques, dans la lutte contre les inégalités. D’importantes reconnaissances sont également arrivées, de l’audience avec le Pape François à la médaille du Président de la République Mattarella. Le 26 janvier dernier, lors d’une audience au Vatican, le pape François a exhorté Assifero à poursuivre sur les trois voies de la promotion du bien intégral de la personne, de la proximité avec les derniers et de l’écoute des communautés locales. Les paroles du pape ont confirmé, raconte Mancini, le sens de notre activité, notre « in-tending », c’est-à-dire notre « tendance à » servir le pays, et nous ont exhortés à poursuivre sur la voie de la lutte contre la fragilité. Un chemin emprunté en 2003, alors que les fondations privées étaient presque inconnues et que leur potentiel n’était pas exprimé. « Le noyau originel de l’Assifero est né sous l’impulsion de Felice Scalvini, avec quelques fondations communautaires de l’univers Cariplo, quelques réalités de Milan et de Brescia, et la fondation Charlemagne à Rome. La naissance d’Assifero a été une opération de système », explique Mancini.

Aujourd’hui, Assifero est membre du comité directeur du troisième secteur, du Conseil national du troisième secteur et du Conseil pour la coopération au développement. « Ces dernières années, nous avons travaillé principalement sur trois fronts : au niveau national, grâce à Felice Scalvini, aujourd’hui président d’honneur de l’Assifero, un espace dédié aux organismes philanthropiques a été reconnu dans le cadre de la réforme du troisième secteur ; nous avons également été accrédités pour le service civil universel. Au niveau international, la vice-présidence de Philea, en la personne de Carola Carazzone, notre secrétaire générale, nous permet de promouvoir le système italien auprès des institutions européennes, tout en bénéficiant d’un précieux échange de connaissances. Le paysage européen a changé ces dernières années, la philanthropie a été reconnue comme un acteur ayant un rôle central et stratégique dans le plan d’action pour l’économie sociale. Et cela aidera également les contextes nationaux et la promotion d’une culture dans laquelle les fondations et la philanthropie peuvent contribuer à la cohésion de la communauté », conclut le président Mancini. En résumé, la route est tracée, mais il reste encore beaucoup à faire.

Lire aussi:  Cgia. Deux millions de chômeurs, mais les entreprises ne parviennent pas à trouver un million de travailleurs

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *