sam. Juil 20th, 2024

« Le boom de la monnaie électronique . En 2022, la consommation payée par carte de crédit ou de débit a dépassé les 300 milliards, soit une croissance de 20 % par rapport à 2021 et de près de 100 milliards par rapport à 2020. Un rythme de croissance qui pourrait permettre aux paiements en monnaie électronique de dépasser les paiements en espèces dès 2025. « .

Ce chiffre est estimé par Confesercenti, sur la base d’une analyse des données de Polimi, Istat, Banque d’Italie et Cer. « Pour accélérer la croissance des paiements par carte – souligne-t-on – il faut certainement une plus grande diffusion des Pos de nouvelle génération pour les paiements rapides sans contact et, en général, une plus grande utilisation des cartes de crédit. une plus grande propension à utiliser l’instrument de la part des consommateurs mûris à la suite de la pandémie. .

Prévisions

À ce rythme, la consommation de cartes et de guichets automatiques devrait atteindre 367 milliards d’euros en 2023 et 529 milliards d’euros dès 2025, dépassant ainsi les paiements en espèces, qui passeraient de 769 milliards d’euros actuellement à 387 milliards d’euros au cours de la même période ».
« Ces dernières années, commente Confesercenti, les transactions de monnaie électronique ont augmenté à un rythme environ deux fois supérieur à celui enregistré avant la pandémie. Un signe de la progression de la modernisation du système de paiement, mais aussi de l’essor de la monnaie électronique. la nécessité de réduire le coût de la monnaie électronique Selon nos estimations, entre les commissions, les frais d’utilisation et d’installation des points de vente, des cartes et des distributeurs automatiques de billets coûtent déjà plus de 5 milliards d’euros par an aux commerçants. Une ponction destinée à augmenter au fur et à mesure que la valeur globale des paiements par carte et DAB augmente, puisque les commissions ont un coût en pourcentage sur la transaction. Il est donc nécessaire de réduire les frais d’acceptation de la monnaie électronique, en particulier pour les petits commerçants. . L’espoir est que la table mise en place à cet effet par le gouvernement avec les banques de services de paiement parvienne à un accord le plus rapidement possible : le délai pour l’ajouter a expiré il y a maintenant deux mois ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *