ven. Mai 24th, 2024

Investir dans la numérisation, l’innovation et la transition énergétique : voilà ce que doivent faire, dans un contexte mondial compliqué, nos entreprises pour renforcer la compétitivité internationale.

Dit le 17e Rapport Sace Export 2023 « L’avenir, c’est maintenant. Ensemble  selon lequel l’année sera caractérisée par des perspectives macroéconomiques faibles, bien que positives, qui seront suivies par une année 2024 plus dynamique, avec une croissance du PIB mondial attendue à +1,7 % cette année et à +2,5 % l’année prochaine ; la même tendance s’appliquera au commerce international des biens, tandis que celui des services sera déjà dynamique cette année. Le degré d’ouverture commerciale – calculé comme l’incidence du commerce total sur le PIB mondial – est considéré comme stable, sans recul du processus d’intégration des marchés ni fin de la mondialisation : ce qui fait dire aux techniciens de Sace que nous assisterons à une « re-mondialisation », c’est-à-dire à un ajustement des chaînes de valeur mondiales en vue d’une plus grande diversification des fournisseurs et des marchés de débouchés.

L’étude souligne que les exportations sont un « solide moteur de développement économique » en Italie. Après la performance de l’année dernière (+20%), principalement due à la composante prix, les exportations augmenteront cette année de 6,8%, dépassant les 660 milliards. Un rythme qui restera soutenu (+4,6%) l’année suivante et qui s’établira à une moyenne de +3,8% les deux années suivantes..  

« Révolution technologique et transition durable sont les défis auxquels nous sommes tous confrontés aujourd’hui pour concevoir le monde de demain.Ad of Sace, Alessandra Ricci . « Les entreprises qui investissent dans la durabilité et la numérisation sont aussi celles qui exportent plus et mieux » D’où l’invitation aux 40 000 partenaires à « investir dans cette voie ».

En entrant dans les détails, il a déclaré que cette année les ventes transfrontalières de marchandises dépasseront les 660 milliards avec une croissance de 6,8%, pour se poursuivre à un rythme plus lent au cours des trois prochaines années, le rapport souligne l’importance de la transition énergétique et de la révolution numérique, qui « apparaissent de plus en plus clairement comme des phénomènes destinés, à des rythmes différents, à affecter profondément la capacité des entreprises à présider les marchés étrangers ». Les investissements dans les nouvelles technologies telles que le 4.0 et l’intelligence artificielle sont fortement « encouragés », mais « la formation et de nouveaux modèles d’entreprise sont nécessaires ». pourquoi les entreprises qui investissent dans le 4.0 et innovent leur modèle d’entreprise ont trois fois plus de chances d’exporter que celles qui investissent sans changer de modèle. L’étude analyse pour la première fois les exportations de biens environnementaux et note que les investissements substantiels pour la transition en cours soutiendront nos exportations de ces biens « qui augmenteront de 9,3 % cette année, de 9,7 % l’année prochaine et s’accéléreront pour atteindre environ 14 % par an en moyenne en 2025-26″. En ce qui concerne les marchés, les pays du Golfe – dont l’Arabie saoudite (+15,6 %) et les Émirats arabes unis (+10 %) -, la Chine (+10 %) et les États-Unis (+10 %) offrent d' »excellentes perspectives ». (+17%), Inde (+10,3), Thaïlande (+13,5%) et Vietnam (+8,1%), ainsi que le Mexique (+8,4%) et le Brésil (+7,2%), qui se distinguent sur la voie de la transition énergétique et de la transformation numérique, , sans oublier les États-Unis (+6%). Enfin, la Croatie (+14,4 %), nouvelle entrée dans le classement des pays de l’Union européenne. de la zone euro et porte d’entrée des marchés de la région des Balkans.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *