jeu. Avr 18th, 2024

La chapelle de l’université, siège de la Confrérie des étudiantsa accueilli ce mercredi soir la présentation de l’exposition de la monographie sur Juan de Astorgasculpteur né en 1777 à Archidona. Cette monographie est l’œuvre d’Alicia Iglesias Cumplido, qui propose une étude exhaustive de la vie et de l’œuvre de ce sculpteur, qui a travaillé dans tous les types d’art, religieux et profane. L’événement, auquel a assisté Jesús Resa, le frère aîné de la société, a été présenté par Andrés Luque Teruel, auteur du prologue du livre, dont le sous-titre est « El ideal de belleza en la nueva escultura del siglo XIX » (L’idéal de beauté dans la nouvelle sculpture du XIXe siècle). Édité par dArte.

Dans le livre traite de l’ensemble de la production d’Astorgadepuis ses images mariales documentées (l’Esperanza de la Trinidad, la Virgen del Buen Fin et la Virgen de la Angustia, l’image titulaire de Los Estudiantes, ainsi que la Virgen de la Soledad et l’Esperanza de San Ildefonso) jusqu’à celles qui sont encore attribuées à sa gouge, comme la Dolores de Camas et la Presentación del Calvario. Le titre comprend également une série de typologies de représentations religieuses, comme les crucifix et les saints. Il explore également sa facette de restaurateur, puisqu’il a travaillé sur plusieurs images telles que la Virgen de la Soledad de Castilleja de la Cuesta et la Victoria de Las Cigarreras.



À l’intérieur, il y a de nombreuses photographies avec des signatures connuescomme celles de Fran Santiago et Daniel Salvador-Almeida, réparties dans un volume de près de 300 pages. Il s’agit d’un ouvrage essentiel pour connaître l’œuvre de ce personnage clé dans la compréhension de l’esthétique du XIXe siècle, un siècle très convulsif dans la sphère sociale des confréries. Avec son style, il a réussi à apporter un nouveau canon de beauté qui est aujourd’hui incontournable.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *