mar. Sep 26th, 2023

Un accord a été conclu entre les États membres pour réglementer le secteur des « riders », les travailleurs des plateformes numériques, la « Gig Economy », de Deliveroo à Uber, de MyMenu à Glovo.  Un accord est intervenu hier à Luxembourg, dans le cadre du Conseil des ministres des Affaires sociales de l’UE, qui fait suite à celui conclu en février par le Parlement européen, l’autre institution législative. En décembre 2022, une précédente tentative d’accord entre les Vingt-sept avait échoué. Hier, les ministres ont surmonté leurs divergences et les négociations interinstitutionnelles (trilogue) en vue de l’approbation finale peuvent maintenant commencer.

La base est le texte présenté par la Commission européenne le 9 décembre 2021, avec l’idée de mettre fin au far west dans un secteur qui génère des revenus qui sont passés de 3 milliards d’euros en 2016 à 14 milliards d’euros en 2020, avec un total attendu de 48 millions d’employés en 2025 .  » La Gig Economy a apporté de nombreux avantages à nos vies, mais cela ne doit pas se faire au détriment des droits des travailleurs « , a déclaré la ministre suédoise de l’égalité des genres et de la vie professionnelle, Paulina Brandberg, pour la présidence de l’UE. L’accord, a-t-elle ajouté, « établit un bon équilibre entre la protection des travailleurs et la sécurité juridique pour les plateformes qui les emploient ».

Le point clé est tout d’abord la bonne classification des travailleurs. Selon la Commission, 5,5 millions de travailleurs du secteur sont actuellement classés comme « indépendants » avec enregistrement à la TVA. Cependant, un grand nombre d’entre eux sont en fait traités comme des employés, puisque, souligne une note du Conseil des ministres de l’UE, « ils doivent se conformer aux mêmes règles que les employés ». Cela « indique qu’il existe en fait une relation de travail et qu’ils doivent donc bénéficier des mêmes droits et de la même protection sociale que les salariés en vertu du droit national et du droit communautaire », par exemple en matière de congés payés, de négociations collectives, de salaire minimum ou d’indemnités de licenciement.

Lire aussi:  Téléphonie. L'antitrust sanctionne quatre entreprises pour des factures émises après leur retrait

Afin d’assurer la sécurité juridique, la Commission avait indiqué cinq critères, dont deux devaient être remplis pour affirmer qu’il existe effectivement une relation de travail. Les États membres ont porté ces critères à sept, avec un minimum de trois pour établir une relation de travail. Il s’agit notamment d’un plafond de revenu pour le coureur, de restrictions sur la possibilité de refuser une mission, de règles vestimentaires et d’un code de conduite. L’accord des États membres a confirmé une nouveauté que le texte du Parlement européen avait déjà introduite : le renversement de la charge de la preuve. En d’autres termes, selon le communiqué du Conseil de l’UE, « dans le cas où la présomption d’une relation salariale s’applique, il incombera à la plateforme numérique de prouver qu’une telle relation n’existe pas ». Une règle qui a suscité des critiques de la part de plusieurs entreprises du secteur. Sur le texte du Parlement européen, pour mémoire, les partis de gouvernement s’étaient divisés : le FdI et la Lega étaient pour, tandis que Forza Italia avait voté contre.

A noter, entre autres, la demande d’une plus grande transparence dans l’utilisation des algorithmes utilisés pour la gestion des ressources humaines. Actuellement, dit le Conseil de l’UE, « les travailleurs des plateformes sont confrontés à un manque de transparence sur la manière dont les décisions sont prises et dont les données personnelles sont utilisées ». L’UE, quant à elle, indique la note, « veut s’assurer que les travailleurs sont informés de l’utilisation de systèmes automatisés de suivi et de prise de décision ». Le texte exige que « ces systèmes soient contrôlés par du personnel qualifié qui bénéficie d’une protection spéciale contre les traitements hostiles ». Une supervision humaine est également requise pour certaines décisions importantes telles que la suspension d’un compte ».

Lire aussi:  Stations de recharge. Conseils pour se défendre contre les cyberattaques

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *