mar. Avr 16th, 2024

Au son de la pluie et des castagnettes. C’est la bande-son de ce jeudi de Corpus à Séville. Une solennité dépourvue de processions, de laîche et de romarin dans les rues et de longues représentations de confréries. Une année très sèche, les pluies ont obligé à suspendre la procession.. Une décision prise par le Chapitre de la cathédrale Mercredi après-midi, alors que l’on n’annonçait que du mauvais temps, celui-ci s’est réalisé au cours d’une matinée où le sujet bien connu a paradoxalement brillé par son absence.

A déjà vu. Le Saint Sacrement traverse les nefs de l’église métropolitaine sous un dais (certains d’entre nous ne comprennent toujours pas pourquoi il n’est pas placé dans la nef de l’église métropolitaine). Ostensoir d’Arfequi est décoré pour ce jour). L’image rappelle celle d’il y a quelques années, lorsque la pandémie de Covid avait privé les Sévillans de culte extérieur. Rien ne laissait présager que l’on reverrait cette image au moment où la normalité était censée revenir dans nos vies. Et encore moins à cause d’un élément inhabituel à cette époque de l’année : la pluie.



En ce premier semestre 2023, l’élément liquide a été le protagoniste de nombreux titres. Beaucoup d’entre eux sont alarmants et alarmistes. Les réservoirs sont en dessous de la moitié de leurs réserves et plusieurs cultures sont déjà à l’agonie à cause du manque de pluie. On a tellement demandé à Dieu, à la Vierge et aux saints l’arrivée des pluies – avec des processions historiques de rogations dans la province – que les prières ont porté leurs fruits. Elles l’ont fait en un jour très spécial, où la capitale de Séville et plusieurs municipalités de l’archidiocèse célèbrent la solennité du Corpus Christi, à sa date ancestrale. Et si l’on en croit l’Évangile du jour : « le pain tombé du ciel ».

La pluie dans une année sèche

Paradoxes pour les statistiques historiques. Au cours d’une année extrêmement sèche, la pluie a empêché l’habituelle procession avec le Saint-Sacrement organisée par le chapitre de la cathédrale. La décision a été prise le soir de la veille – avec un centre ville bondé pour regarder les processions et profiter des concerts sur la Plaza de San Francisco sans les habituels Virgen de la Hiniesta– alors qu’il n’y avait que de mauvaises prévisions. Les pourcentages de risque étaient très élevés. Des chiffres qui se sont réalisés. À l’heure où le Conseil pontifical (aujourd’hui appelé le messe saisonnière) Il pleut sur la ville. Il pleut depuis le début de la matinée. C’est une eau constante, qui pénètre profondément.

L’avenue offre une image inhabituelle pour ce jour. Un sol mouillé. Les membres des confréries portant, sous des parapluies, des hampes et des bannières avec des housses. L’autel dressé par les Confrérie de Valme (Dos Hermanas) est à moitié démantelée. Seule une partie de sa structure subsiste, protégée par une bâche en plastique. C’est la fin d’une veille qui aurait pu être appréciée. In ictu oculi. A la Porte du Baptême, il y a une file d’attente pour assister à la messe. Les entrées s’ouvrent après 7h30. L’aube s’est levée depuis plus d’une heure, bien que le soleil soit caché.

Lire aussi:  Premier vendredi de mars

À cette heure, certains cafés du quartier de la cathédrale sont ouverts. Ils connaissent un demi afflux de personnes. La plupart des clients sont des participants à la messe. Les costumes et les vestes se succèdent, ainsi que les robes noires des femmes. Le code vestimentaire d’un jour où l’on n’a pas besoin de ventilateur. Le jeudi, il n’y a pas lieu de s’inquiéter si la température dépasse les 35 degrés.

Une cathédrale pleine de fidèles

La cathédrale commence à se remplir. Tous les sièges sont occupés. Le bruit de la pluie se fait entendre. Les représentants des confréries sont convoqués à l’église. Patio de los Naranjosqui est loin d’être le lieu où l’affluence est aussi importante que dans d’autres corpus. Seuls trois membres de chaque corporation sont présents, ceux qui portent l’étendard et les bâtons qui l’escortent. Ils sont progressivement placés autour du périmètre de l’itinéraire que suivra la procession du Corpus Christi. Procession cloîtrée avec le Saint-SacrementLa procession ira de la chapelle de San Francisco à la chapelle des Docenllas, qui encadrent l’autel du Jubilé, où se déroule actuellement l’office religieux.

La messe, qui commence à 8h30, est présidée par l’archevêque, Monseigneur José Ángel Saiz. Il est accompagné des deux nouveaux évêques auxiliaires, Teodoro León et Ramón Valdivia.. Une heure et quart plus tard se déroulait l’un des moments les plus traditionnels de la journée eucharistique : la danse des six devant le Saint-Sacrementavec leurs costumes sacramentels rouges et leur carillon caractéristique de castagnettes, qui semblent prendre le rythme du soniquete de la pluie.

Une danse séculaire pour un Corpus Christi historique, qui s’achève par la procession qui conclut l’office religieux. Elle dure une demi-heure. Elle commence à 10 h 10, une fois que le maire (par intérim), Antonio MuñozLe rite de la remise du doublon aux six enfants est accompli.

La procession du cloître

La procession est évidemment beaucoup plus petite que lorsqu’elle sort dans la rue. Elle est tout à fait supportable à pied. Elle commence par le enfants carrancains pour continuer avec la bannière de San Fernando, les ordres religieux, le clergé, le chapitre de la cathédrale et le Saint-Sacrement, portés par l’archevêque et sous un dais brodé, de l’Église catholique. Sacramental del Sagrario. Il est porté, à parts égales, par des frères de cette corporation et des membres de l’association. Conseil des confrériesdont son président, Francisco Vélez.

Derrière elle, sous des macarons, se trouve la représentation de la Conseil provincial (avec six membres) et celui du Conseil municipal (avec 16). Il s’agit de la dernière participation à un acte religieux de la corporation locale actuelle, avant son remplacement le samedi 17 juin.

Lire aussi:  La Esperanza de Triana prévoit une nouvelle saya conçue par Gonzalo Navarro

La procession met 10 minutes à passer. Cette fois, il n’y a pratiquement pas de temps pour saluer les membres avec l’inclinaison décorative de la tête. On est loin des plus de deux heures où elle se déroule dans des circonstances normales. Le son de l’orgue de la cathédrale et la lecture de versets accompagnent la procession. Des stations sont effectuées dans la chapelle de la Nativité (à côté de la porte Saint-Michel) et dans la chapelle royale, où l’on peut entendre le chant de l’orgue de la cathédrale. Notre-Dame des Rois et Saint Ferdinand. La représentation des confréries, le long du périmètre du parcours, atteint pratiquement la porte d’accès au Patio de los Naranjos.

Bénédiction et réservation

Avant 10 h 45, le Saint-Sacrement est replacé sur l’autel du Jubilé pour la bénédiction et la réservation. bénédiction et réservation. De nombreux participants profitent ensuite de l’occasion pour contempler la les étapes de la processionqui n’ont pas pu sortir dans la rue et qui sont en place avec des fleurs depuis hier après-midi.

Il conclut ainsi , un jeudi de Fête-Dieu atypique à Séville. Avec son traditionnel écho de castagnettes. Et marqué par la pluie dans une année sèche. Le pain tombé du ciel.

L’archevêque se souvient des quartiers les plus pauvres lors de la Journée de la Charité.

L’archevêque de Séville, Monseigneur José Ángel Saizdans son homélie à l’occasion de la messe de saisonl à l’occasion de la solennité du Corpus Christitenue dans le Cathédralefait ce jeudi un appel à l’unité. « Une relation uniquement verticale avec le Seigneur, en oubliant les frères, n’est pas valable. Ni une relation horizontale, purement humaine », a averti le prélat de Séville.

Don José Ángel a fait allusion à des questions d’actualité, telles que la nécessité de la paix pour mettre fin à la guerre (qui se poursuit en Ukraine) ; la défense de la vie humainede la conception à la mort naturelle » (en relation avec les lois adoptées par le gouvernement sur l’avortement et l’euthanasie) ; et l’avenir d’un système d’information sur les droits de l’homme. jeunesse qui, à de nombreuses occasions et dans de nombreuses circonstances, « n’a pas grand-chose à attendre ».

Par ailleurs, dans ce Journée de la charitéa fait référence aux quartiers de Séville qui restent dans le classement de l’Union européenne. des quartiers les plus pauvres d’Espagnemalgré les tentatives des administrations publiques, des associations et des particuliers de les retirer de la liste. Un appel à l’attention qui va dans le sens de celui exprimé mardi dernier par le président de Cáritas Diocesana de Sevilla, Mariano Pérez de Ayala. Néanmoins, Monseigneur Saiz nous a exhortés à « ne pas perdre espoir, car le Seigneur est resté avec nous dans l’Eucharistie ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *