jeu. Juin 20th, 2024

Les entreprises italiennes sont au premier rang dans le processus de transformation du système économique vers un paradigme plus durable et régénérateur, attentif à mesurer l’impact de leurs performances non seulement en termes de productivité mais aussi en termes de répercussions environnementales et sociales sur le territoire. Il y a 231 entreprises B-Corp dans notre pays.  ce qui le place en deuxième position dans le classement de l’Union européenne, immédiatement après la France (304 entités) et avant les Pays-Bas (212). A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, le mouvement B-Corp italien a analysé les données du mois de mai et a donné un aperçu des secteurs où le nombre d’entreprises engagées sur ce front est le plus élevé.

L’industrie alimentaire arrive en tête avec 16 entreprises, suivie par le conseil aux entreprises avec 15 B-Corps et enfin les services aux personnes avec 10 entreprises. Le secteur qui obtient les meilleurs scores (c’est-à-dire dont l’impact social et environnemental est rendu public) est celui des services aux personnes, suivi du conseil aux entreprises et des produits alimentaires. En ce qui concerne la répartition géographique, la Lombardie est la région qui compte le plus grand nombre de B-Corps avec un total de 88 réalités, suivie par l’Émilie-Romagne avec 32, la Vénétie avec 29 et le Latium avec 24. C’est toutefois le Latium qui affiche les meilleures performances en termes de scores, suivi de l’Émilie-Romagne et de la Vénétie. En résumé, les données témoignent d’une attention constante de la part des entreprises à aborder et à mesurer l’impact de leur propre comportement, en cherchant année après année à intervenir pour améliorer les pratiques et les processus, notamment grâce aux outils fournis par B-Lab, l’organisation internationale à but non lucratif fondée en 2006 qui travaille à la transformation de l’économie mondiale et à la diffusion de la vision d’un paradigme économique inclusif, équitable et régénérateur. B-Lab a créé la certification B-Corp et travaille avec les gouvernements, les universités et les entreprises pour faire de cette transformation une réalité. Il est actuellement actif dans 90 pays. Pour devenir B-Corp, les entreprises doivent mesurer certains paramètres dans cinq domaines : la gouvernance, la communauté, les personnes, l’environnement et les clients. Ce n’est que lorsque 80 points sur 200 sont atteints que l’entreprise peut demander une vérification du score, qui, si elle est certifiée par B Lab, lui permettra d’obtenir la certification B-Corp. À ce moment-là, il est possible de modifier les statuts de l’entreprise pour y inclure les nouveaux objectifs, une étape qui, en Italie, coïncide avec le passage au statut de Benefit company, un niveau plus élevé. Tous les trois ans, B Lab procède à une nouvelle évaluation des performances des entreprises.

Aujourd’hui, il existe plus de 6 800 entreprises certifiées B-Corp dans le monde et plus de 240 000 entreprises utilisent ses outils pour mesurer et améliorer leur profil de durabilité. En Italie, cette voie d’amélioration continue de l’engagement social et environnemental est confirmée par l’augmentation des scores obtenus par 59% des entreprises qui ont renouvelé leur certification, démontrant ainsi une voie claire d’évolution même une fois qu’elles sont devenues B-Corp. De plus, pour le mouvement B-Corp, l’amélioration continue doit également passer par la mise à jour des normes de certification utilisées. C’est précisément avec cet objectif en tête que B Lab, avec plus de 1 000 parties prenantes et experts, mène une opération visant à affiner les normes B Corp, afin que les paramètres prennent en compte l’évolution de la culture, de la technologie et des connaissances dans le paysage en constante évolution de la durabilité. En Italie, l’univers des B-Corps continue de s’étendre. Parmi les principales, on peut citer : Illy, Eolo, Chiesi, Florim, Fratelli Carli, Save The Duck, Panino Giusto, North Sales, Cortilia, Nespresso, Davines, MIP, Aboca, Danone. Sur les cinq premiers mois de 2023, ce sont d’ailleurs 30 B-Corps qui ont rejoint le mouvement. Une accélération sur les nouveaux entrants qui s’est avérée décisive pour permettre à l’Italie de consolider sa deuxième place en Europe.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *