mer. Mai 22nd, 2024

rcedes-Benz  célèbre son premier cinquante ans d’activité  officielle dans notre pays : une véritable histoire d’amour avec l’Italie, où l’entreprise de Stuttgart a vendu plus de 2 millions d’unités à ce jour, y compris des voitures et des véhicules utilitaires. Un mariage réussi dans lequel « le principal mérite revient à la grande entreprise que nous avons l’honneur de représenter », a-t-il déclaré. Piero Boccanelli,  président de Mercedes-Benz Italie de 1973 à 1981 -, à sa capacité à produire des voitures d’excellence, aux hommes qui la dirigent, à notre effort constant pour anticiper les évolutions et les changements socio-économiques, à notre volonté constante d’affirmer et de perpétuer les valeurs fondamentales de la marque Mercedes-Benz et de son image ». Cinquante années qui soulignent combien l’industrie automobile, plus que d’autres secteurs, a su appréhender les mutations sociales et le développement économique en créant des produits et des solutions de mobilité en phase avec la culture, les besoins et les attentes d’une société qui, au fil des ans, a complètement changé sa façon de se déplacer et de communiquer.

Les années 1970-1980.  Mercedes-Benz Italia fête ses noces d’or, marquées par le lien entre deux cultures, l’allemande et l’italienne, qui se sont intégrées au fil des ans, avec une présence sur le territoire qui va bien au-delà d’une simple vocation commerciale. Une histoire qui a commencé le 18 avril 1973 à Rome, lorsque le constructeur automobile allemand, surfant sur la vague de changement et d’innovation qui frappait le secteur de l’automobile et de la mobilité en général, a fondé Mercedes-Benz Italia. La succursale officielle de la Star est ouverte à Rome, Via degli Abruzzi 3, et se consacre d’abord exclusivement à la vente de véhicules commerciaux et industriels. Elle est détenue à 75 % par la société mère et à 25 % par Autostar, importateur de voitures particulières depuis 1959 et architecte du réseau de vente italien. L’achat d’une Mercedes-Benz était un privilège : un traitement de luxe, une longue attente, un prix plus élevé, et il n’était pas question de remises, et encore moins de reprendre une voiture qui n’avait pas l’étoile.

Pour Mercedes en Italie, les années 70 représentent la croissance de l’organisation, des processus, du réseau de service et, à partir de 1978, la naissance de Merfina, la société de financement captive officielle. Hans Breithaupt premier à diriger Mercedes-Benz Italie en tant qu’administrateur délégué, était également l’un des principaux promoteurs de ce nouveau pari italien, à tel point qu’il a ouvertement accepté le défi lancé par le président de l’époque, M. Boccanelli : « Laissez-moi faire à ma façon pendant un an et voyons les résultats ; s’ils ne viennent pas, je démissionnerai ». Et tout s’est passé pour le mieux. Dans les années 1980, Mercedes a triplé ses volumes en Italie par rapport à la fin des années 1970. Ce sont les années des chefs-d’œuvre de l’Italien Bruno Sacco, responsable du centre de style de la Star, qui conçoit des lignes à succès, immortelles. Le réseau de vente et de service, et toute l’organisation ont bien géré l’élargissement de la gamme vers le haut avec la nouvelle S, la SEC et la légendaire G. Mais surtout vers le bas, avec l’arrivée de la Baby Benz. La 190 de 1982 a d’abord été contestée en interne car on craignait qu’elle ne dilue l’exclusivité de la marque auprès d’une clientèle moins fortunée et moins blasonnée. Rien n’aurait pu être plus faux : la 190 est instantanément devenue une voiture à la mode et à succès, préfigurant et fixant la tendance à la croissance pour les deux décennies suivantes.

Les années 1990. 

Les années 90 sont celles de l’affirmation et de la croissance de Mercedes-Benz en Italie : de 40 000 voitures et camionnettes en 1989, on passe à plus de 80 000 en 1999. Les offensives de produits ont élargi la gamme dans toutes les directions. Du facteur K du moteur KOMPRESSOR qui rend les nouvelles Stars puissantes même en dessous de deux litres, aux SLK et CLK qui renouvellent le mythe du Roadster et du Coupé à l’étoile, en s’adressant directement au cœur d’un public plus large sensible aux performances. Et puis la Classe A, la Smart, le ML, sans oublier le Vito, la Classe V et le Sprinter qui marquent la transformation des véhicules utilitaires en Vans premium. Mais pour cela, le produit ne suffit pas. L’organisation a été mise en place. Les marges des concessionnaires sont passées de fixes à variables en fonction des résultats. Un secteur dédié aux véhicules d’occasion et à la gestion de flotte a été créé pour accompagner la croissance vers les nouveaux objectifs. Le marketing et la communication ont joué un rôle fondamental, rendant les nouveaux modèles arrivant sur le marché encore plus désirables grâce à un positionnement clair. Entre-temps, en 1995, le nouveau, actuel et futur siège de Mercedes-Benz Italie a été inauguré à Rome, Via Giulio Vincenzo Bona.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *