ven. Mai 24th, 2024

Rester pauvre tout en travaillant. Il y a 30 ans, c’était peut-être l’exception à la règle, aujourd’hui ce n’est plus le cas. La pauvreté au travail touche environ 13 % des travailleurs en Italie, soit près d’un sur sept. Et un travailleur sur quatre, soit 25 %, a un salaire considéré comme bas (c’est-à-dire inférieur à 60 % du salaire médian). Pourtant, il y a peu, des données de l’OCDE ont fait sensation, montrant que l’Italie est le seul pays de l’UE où les salaires réels ont baissé entre 1990 et 2020 : nous avons perdu environ 3 %, alors que l’Espagne, avant-dernière du classement, a enregistré une hausse de 6 % et la France et l’Allemagne une hausse de plus de 30 %, pour rester dans le peloton de tête de la vieille Europe.

L’arrêt du nouveau gouvernement .

Dans ce contexte, le débat a mûri ces dernières années sur l’introduction d’un salaire minimum légal dans notre pays également, qui est actuellement prévu dans 21 des 27 États membres de l’UE. Une nécessité renforcée aujourd’hui par la forte perte de pouvoir d’achat des salaires causée par la superinflation. Une mesure qui, « si elle est introduite avec l’équilibre nécessaire, peut répondre à des besoins non négligeables de justice sociale », a déclaré hier Ignazio Visco, gouverneur de la Bankitalia.

La possibilité concrète d’une intervention législative a toutefois été brusquement interrompue par la victoire de la majorité actuelle aux élections politiques. Dès la fin du mois de novembre, une motion parlementaire d’adresse a rejeté l’hypothèse d’une loi ad hoc sur le sujet.

Et le Premier ministre Giorgia Meloni a exprimé à plusieurs reprises son opposition, la dernière fois il y a quelques jours : « Il vaut mieux couper la poire en deux que de faire le salaire minimum légal, qui est bon sur le plan philosophique mais qui, dans son application, risque d’être un boomerang », a déclaré le Premier ministre au Festival d’économie de Trente, sans plus de précision. Comme si les deux choses, la réduction du coin et le salaire minimum, étaient nécessairement alternatives.

Les propositions avancées. 

Le salaire minimum était déjà mentionné dans le Jobs act de Matteo Renzi en 2014, mais il est resté lettre morte à cet égard. Les années suivantes, c’est surtout le M5 qui a brandi le drapeau du salaire minimum. La première signataire d’une proposition de loi a été la députée Nunzia Catalfo en 2019 : elle a fixé la limite horaire minimale à 9 euros. Le PD a également présenté des propositions sur le sujet.

Et avec le gouvernement Draghi l’année dernière, une proposition était sur la dernière ligne droite sur laquelle travaillait le ministre du Travail Orlando pour réglementer les salaires minimums par le biais d’une loi qui aurait étendu… erga omnes les niveaux prévus dans les contrats de travail les plus représentatifs.

Cette formulation aurait mis d’accord la CGIL, la CISL et l’UIL, qui craignent d’affaiblir la négociation avec l’indication d’un taux horaire minimum national. Et qui restent cependant divisés sur la certification par la loi de la représentation syndicale.

Avec la nouvelle législature, la fenêtre d’opportunité semble toutefois fermée. Nonobstant l’invitation de Bankitalia. Il faut dire que la lutte contre le travailleurs pauvres ne peut être réduite à l’activation ou à la non-activation d’un salaire minimum légal.

Selon les experts, le niveau insuffisant des salaires en Italie s’explique également par la faible productivité du travail, l’augmentation des formes de travail précaires, l’extension du travail à temps partiel involontaire, la persistance d’un vaste secteur de travail non déclaré et un taux d’emploi des femmes parmi les plus bas d’Europe.

L’UE et l’Italie a.

Cependant, la réglementation par la loi des minima contractuels est un élément important que l’UE exige également par une directive spécifique approuvée il y a quelques mois. Mais Bruxelles n’impose pas la fixation d’un salaire horaire minimum aux pays où les négociations collectives couvrent au moins 80 % des travailleurs. Un seuil que l’Italie dépasse largement. Certes, en Italie, la multiplication des contrats pirates tire les salaires vers le bas. Mais les contrats nationaux signés par les syndicats confédéraux couvrent encore 97 % des travailleurs sous contrat (hors agriculture et travail domestique).

Néanmoins, selon les données de l’Inps relatives à l’année 2019, 18,4 % des travailleurs italiens, soit environ 4 millions, se trouvent sous le seuil de 9 euros bruts de l’heure, en considérant le salaire de base plus le 13e mois. La faute, dans certains cas, à des accords contractuels insuffisants ou non renouvelés : c’est le cas dans des secteurs tels que les services de nettoyage, la sécurité et le travail domestique et agricole.

Il n’en reste pas moins qu’une grande partie des travailleurs pauvres reste en dehors des contrats : stagiaires, travailleurs occasionnels, numéros de TVA, économie souterraine.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *