ven. Mai 24th, 2024

Trois cents euros d’augmentation répartis sur quatre ans, une réduction du temps de travail de quatre heures et des mesures structurelles pour éviter les accidents du travail. . Telles sont les revendications des syndicats de l’industrie alimentaire. Aujourd’hui à Rome, les plus de 700 délégués de l’Assemblée nationale de la Fai, de la Flai et de l’Uila ont approuvé les demandes des syndicats de l’industrie alimentaire. les plates-formes pour le renouveau de l’industrie alimentaire et la coopération Ccnl expirant le 30 novembre prochain et impliquant plus de 450 000 travailleurs. Ceci met fin à un processus de consultation qui a vu la participation de plus de 150 000 travailleurs dans 10 000 entreprises du secteur.

La demande salariale moyenne, face à la croissance soutenue des prix depuis un an et demi, dépasse les 300 euros par mois pour la période de quatre ans. Ils ont demandé – explique une note du syndicat – 230 euros, au paramètre 137, d’augmentation sur le Tem, le traitement économique minimum, 70 euros sur le Iar (Augmentation Supplémentaire de Salaire) pour permettre à tous les travailleurs de bénéficier de la performance exceptionnelle que le secteur alimentaire dans son ensemble a réalisé et réalise ; 40 euros d’augmentation pour le Traitement Économique pour manque de négociation de deuxième niveau. Les syndicats demandent également la réduction de la semaine de travail de 40 à 36 heures avec un salaire égal et la lutte contre la précarité avec des restrictions sur les contrats temporaires et à durée indéterminée.

Les plateformes visent également à rendre le système de relations de travail plus participatif et continu, et à renforcer les protections présentes dans le secteur pour relever les défis de l’innovation, de la numérisation et de la compétitivité mondiale, en commençant par la révision du système national de classification, en parvenant également à une meilleure conciliation des temps de vie et de travail, tout en augmentant la santé et la sécurité dans l’entreprise et en améliorant l’outil de formation. Tout cela en gardant à l’esprit les questions émergentes telles que la durabilité environnementale, qui doit toujours être combinée avec la durabilité économique et sociale. En ce qui concerne la sous-traitance, nous demandons d’augmenter le nombre d’activités qui ne peuvent être sous-traitées, de renforcer les protections en cas de changement de contrat et d’identifier les instruments contractuels utiles à la réinternalisation et à l’inclusion dans le contrat national de tous les travailleurs qui exercent leurs activités de manière continue au sein d’un même site.

« Avec ces plateformes, nous voulons placer les personnes et leurs besoins au centre », déclarent-ils. les secrétaires généraux Onofrio Rota (Fai Cisl), Giovanni Mininni (Flai CGIL), Stefano Mantegazza (Uila Uil) . « Nous poursuivrons nos propositions avec conviction, confortés par le consensus des nombreux travailleurs que nous représentons et par le contenu même de nos propositions, qui redistribuent la richesse produite et répondent aux différentes spécificités sectorielles de manière innovante, flexible, solidaire et inclusive : nous espérons un démarrage rapide des négociations qui nous permettra de renouveler les contrats dans des délais courts », concluent les trois syndicalistes.

La demande d’augmentations corporelles est l’enfant de ces temps où l’inflation dévore le pouvoir d’achat des salaires. Une inflation qui ralentit, mais pas aussi vite que nous l’espérions tous et qui motive la revendication salariale de plus de 300 euros, indispensable pour récupérer ce qui a été perdu en 2022 et 2023 et pour garantir, même pour les 4 prochaines années, les salaires, expliquent les syndicalistes. Parmi les priorités figure la question de la santé et de la sécurité dans l’entreprise, avec la demande de mesures structurelles pour faire de l’objectif « zéro décès au travail » une réalité.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *