mar. Oct 3rd, 2023

La musiquela musique, comme tout autre art cultivé par l’humanité, a servi de moyen pour d’exprimer des émotions et de représenter des idées. un moment précis d’une clé sociale ou culturelle. De la fin du Moyen Âge aux nouvelles technologies de notre époque, la musique s’est adaptée et continue d’explorer des voies insoupçonnées depuis sa conception.

Le La musique de procession, comme tout le reste de la Semaine Sainte, n’est pas étrangère à l’histoire de l’Eglise.. Ce genre, qui s’étend notamment à la musique de cornet et de tambour, a connu au cours des dernières décennies un essor qui échappe à toute étude ou synthèse : de la musique des pompiers de Malaga à la musique de chambre, il n’y a qu’un pas à franchir. aux partitions narratives de groupes tels que Las Cigarreras. Cette formation, l’un des emblèmes du style au niveau national, ; a créé la marche Gath Shemânîm pendant le Carême.une œuvre de Cristóbal López Gándara, qui se renouvelle sans cesse.   La composition, dont la structure était jusqu’alors inconnue en raison de son message et de sa complexité, a nécessité des mois de travail.



Le compositeur lui-même a expliqué ce qu’il voulait transmettre avec cette marche. Tout d’abord, son nom, qui signifie Gethsémani en araméen, le lieu où Jésus-Christ a prié avant la trahison de Judas et de son Prendimiento (elle est dédiée à la corporation de la Calle Orfila). La marche comporte deux blocs Le prélude, une première partie de nature évocatrice et fantaisiste. Gándara veut représenter ici le moment où l’Ange réconforte Jésus qui, pour la première fois, doute de sa mission. C’est l’un des moments les plus dramatiques de la Passion.

Lire aussi:  Lorsque le peintre Joaquín Sorolla a représenté le Jeudi Saint à Séville sur ses toiles

Il est dans cet instant, cet espace de terreur et d’angoisse, que la fugue apparaît, un dispositif musical en prise directe avec l’univers de la fugue. théorie de la éthos. Selon les classiques, explique Gándara, l’état émotionnel de l’être humain est influencé par la musique qu’il écoute. Il y a des compositions qui transmettent la bravoure, le courage, la joie, et d’autres qui transmettent la peur ou le malaise. Dans ce cas, l’auteur donne un coup de pouce : à travers cette fuguequi est d’abord jouée par les cornets avant d’être rejointe par les autres instruments.Gándara entend transmettre la terreur que Jésus a subie aux musiciens eux-mêmes, et, de là, au public.

Dans d’autres de ses compositions pour cette formation, comme la célèbre « tétralogie » (Avant Caïphe, Avant Hérode, Avant Pilate, Avant Annas), le compositeur s’attarde sur la description d’espaces ou de personnages de la Passion. Cette fois-ci, le chaos ordonné de la fugue touche directement le musicien, qui se retrouve dans une situation d’urgence. est introduit dans la peau de Jésus lui-même dans cet épisode définitif où il accepte son destin et affronte directement la mort pour nous sauver tous. C’est l’horreur musicale vacui : une musique en mouvement constant, selon des tonalités baroques.

Dernier Mercredi Saint, sur les rives du Sauveur, ; nous semblions dominer les collines de Jérusalem, aux confins de la Méditerranée,   avec le sang chaud de Dieu piquant nos tempes, il y a plus de deux mille ans.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *