mar. Juin 18th, 2024

Les soi-disant paradis fiscaux sont en concurrence les uns avec les autres pour attirer les milliards de dollars d’actifs des fonds spéculatifs et des super-riches du monde entier. Les îles Caïmans, en particulier, organisent une contre-offensive pour contrer les tentatives de Singapour et de Hong Kong de s’emparer des actifs des riches d’Asie. Le ministre des services financiers des îles Caïmans, André Ebanks, se rendra prochainement à Singapour et à Hong Kong dans le but d’établir une « base » dans l’une ou l’autre de ces villes. Le Financial Times souligne que cette initiative fait suite à l’approbation par Singapour et Hong Kong de nouvelles structures de fonds qui offrent aux investisseurs internationaux un moyen de mettre leur argent à l’abri dans des instruments à faible taux d’imposition, les subventions gouvernementales couvrant une partie des coûts.

Par exemple, l’utilisation des nouvelles « sociétés à capital variable » de Singapour a explosé depuis leur introduction en 2020, avec 889 unités créées jusqu’à présent, en grande partie grâce aux capitaux de la Chine. Les îles Caïmans n’ont jamais été confrontées à une telle concurrence », souligne un analyste basé à Hong Kong. Une délégation des îles Caïmans rencontre donc des dirigeants de fonds spéculatifs, des représentants de cabinets d’avocats et d’entreprises pour « réagir », et la mission du ministre Ebanks et l’ouverture d’une « base » dans la région s’inscrivent également dans ce cadre. Les représentants de l’archipel caribéen tentent de souligner que leurs fonds représentent une stabilité « testée et fiable », sans oublier que les îles Caïmans sont « loin du longa manus du gouvernement de Pékin ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *