mer. Mai 22nd, 2024

Il y a quelques mois, nous avons reçu la très heureuse nouvelle que la mairie de Séville a cédé gratuitement à la Hermandad de los Gitanos le terrain sur lequel est construit le Sanctuaire.. Ainsi, pour la première fois depuis près de trois cents ans, cette confrérie de la Madrugada a obtenu son propre siège canonique, à part entière.

Près de deux cent soixante-quinze ans de vie qui ont été marqués, d’une manière ou d’une autre, par l’itinérance. Depuis sa fondation, la Hermandad de les Tsiganes a résidé dans différents sièges dans la ville de Séville. Après avoir abandonné Triana – un lieu où elle n’est jamais allée en procession, bien qu’il s’agisse du quartier où elle est née – la confrérie s’est installée au Convento del Pópulo, où elle est restée jusqu’à la confiscation de Mendizábal. Les Augustins furent expulsés et tous leurs biens expropriés.



De là, il se rendit à San Esteban, où il arriva en 1837. Des années plus tard, à la fin de 1860, le frère aîné de l’époque, José de Campo y Tinoco, écrit à l’archevêché pour lui faire part de la demande de transfert de la confrérie à la paroisse de San Nicolás. Le document, conservé dans les archives générales de l’archevêché, est ainsi rédigé : « Noticioso el Sr. Cura y los individuos de la Hermandad del Santísimo Sacramento de la parroquia de S. Nicolás de Bari de nuestro estado, se han avistado con la nuestra y manifestado el deseo que tienen, de que en este templo se coloque las imágenes de nuestra cofradía. por carecerse en ella de una imagen de Jesucristo, para lo que nos facilitan un buen retablo en el centro de una de las naves… ».

A tout cela le curé de San Nicolás est d’accord, et c’est ainsi que la confrérie s’installa dans cette église, où d’autres confréries de notre ville sont passées. Cependant, le malheur a de nouveau plané sur l’histoire de cette confrérie attachante et, disons-le, survivante. Les images furent déposées dans un retable marbré dans la nef de l’épître qui existe encore aujourd’hui, où l’on vénère Notre-Dame de Grâce. Pendant les vingt ans qu’il y est resté il n’a jamais pu faire sa procession pénitentielle pendant la Semaine Sainte pour une raison simple : il n’y avait pas de place pour faire passer les chars par la porte.. En remplacement, la confrérie organisait différents exercices du triduum au mois de décembre, des messes ou des adorations du Saint-Sacrement, qui étaient étroitement liées à la confrérie depuis l’époque du Pópulo. Par conséquent, bien qu’elle n’ait pas fait de procession, la confrérie a maintenu une certaine activité interne dans un siècle assez complexe pour les confréries sévillanes. José Luis Dorado et Juan Carlos Vázquez rapportent tout cela en détail sur la page De Triana à San Román.

Tant de la dévotion a réveillé le Seigneur de la santé chez les paroissiens Lorsque la corporation déménagea à San Román en 1880, on demanda à l’archevêché de transférer à San Nicolás un Nazaréen qui était le saint patron des Antigua y Siete Dolores, qui reçut le titre de Salud y Siete Dolores, qui reçut le titre de Salud y Siete Dolores, qui reçut le titre de Salud y Siete Dolores. Il est aujourd’hui le saint patron de la confrérie de La Candelaria.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *