ven. Juin 14th, 2024

Imposant, beau et très cher (mais avec une conscience écologique, grâce au câble et à la prise qui le relient à la station de recharge), le parfait représentant de ce luxe sportif que les gens aiment aimer. C’est ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous sortez de la nouvelle Jeep Grand Cherokee 4xe . Mais la vraie question est autre. Pourquoi ceux qui choisissent une Jeep veut Jeep  à la fois. Elle n’admet aucun compromis, elle aspire à la tout-terrain  dur et pur, même s’il n’abandonnera peut-être jamais l’asphalte dans la vie, il utilise sa voiture presque exclusivement pour conduire ses enfants à l’école, se garant au deuxième rang, mais rêve encore d’obstacles à franchir et de gués à négocier dans l’esprit d’Indiana Jones. Et depuis avec  la cinquième génération  le Grand Cherokee s’est converti à l’électrification hybride rechargeable  sans admettre de variantes, le doute qu’il ait perdu quelque chose de son esprit d’aventure serait plus que fondé.

Mais avant de le vérifier, rembobinons la bande. La Jeep Grand Cherokee est née en 1993.  et depuis lors, il est devenu un modèle pour tous les SUV de luxe  suivants. Le nouveau, qui arrive plus de dix ans après la génération précédente, au moins trois ans plus tard que la moyenne, probablement parce que la transition vers l’hybride a nécessité un calendrier et des méthodes prudentes. Ou peut-être était-ce simplement parce que l’on attendait partager des plateformes et des technologies avec celles des autres modèles Stellantis . En fait, il a profondément changé à l’intérieur et à l’extérieur, devenant monomoteur depuis le début de l’année. la seule disponible est celle à essence+électricité avec la prise. . Le système combine un moteur quatre cylindres 2,0 litres turbocompressé avec deux moteurs électriques, une batterie 400 volts de 17,3 kWh et la transmission automatique TorqueFlite à 8 vitesses. La puissance totale est de 380 ch, l’autonomie électrique maximale déclarée est de 50 km en cycle urbain.

Lors de notre essai, réalisé en Espagne dans les environs de Malaga, nous avons apprécié le comportement du Gran Cherokee, qui démarre quand il ne faut pas trop le solliciter : docile dans les premiers mètres avec du son et zéro émission, réactif et nerveux quand on lui demande de la puissance et de l’allonge. La masse se fait sentir et c’est inévitable, étant donné que le vaisseau amiral de Jeep, avec sa 4,92 mètres de long  pour 2 500 kg  n’est certainement pas facile à déplacer. Mais dans les virages rapides, elle ne perd pas son sang-froid et sur l’autoroute, c’est une voyageuse de grande classe. Le mode de conduite disponible offre différents modes de fonctionnement, qui peuvent être sélectionnés à l’aide des boutons appropriés sur le tableau de bord. Le mode de conduite Mode hybride  est celui qui offre la meilleure combinaison d’efficacité et de performance. En ville, il est préférable de passer en mode modalité électrique : dans ce cas, le 4 cylindres est relégué au second plan, mais il faut avoir le pied ferme sur l’accélérateur et un niveau de charge suffisant pour pouvoir se l’offrir. La Le mode eSave  Enfin, au contraire, il économise la batterie pour une utilisation ultérieure : c’est-à-dire que vous roulez exclusivement à l’essence, en sacrifiant le surplus de couple électrique et en consommant plus de carburant, mais en pouvant récupérer avec intérêt une fois que vous voudrez utiliser le moteur électrique.

À l’intérieur, plus qu’une voiture, c’est un penthouse de magazine d’architecture. I les sièges avant sont réglables en 16 positions, avec soutien lombaire et fonction mémoire, chauffés et ventilés avec trois niveaux de configuration. La vision est améliorée par la caméra extérieure à 360° avec système d’autonettoyage. Ils sont 110 systèmes d’aide à la conduite :  nous croyons sur parole parce qu’il faudrait une semaine pour les tester tous. En général, la qualité perçue est très élevée, avec leset les feux LED personnalisables avec réglage jour/nuit et le système d’éclairage d’ambiance avec cinq couleurs disponibles (pour les versions Overland et Summit Reserve). Enfin, l’écran optionnel pour le passager avant.

Mais nous arrivons au test le plus intéressant, le test de l’écran de contrôle. loin de l’asphalte . Je reste convaincu qu’une voiture comme celle-ci ne mérite pas la boue, ni n’admet le danger d’être écrasée par des branches d’arbre (le portefeuille surtout), mais les jeepers les plus endurcis ne sont pas d’accord avec moi et exigent des performances dignes de l’ADN historique de la marque. A ceux-là, nous pouvons dire que le nouveau Grand Cherokee peut se targuer de conserver un système de quatre roues motrices mécaniques et non électrifiées, comme c’est le cas pour ses frères Renegade et Compass 4xe. Les performances tout-terrain sont assurées par deux systèmes distincts : le Quadra-Trac II (qui répartit la traction entre les essieux avant et arrière, c’est-à-dire longitudinalement) et le Quadra-Drive II avec différentiel arrière à glissement limité électronique (eLSD), qui équilibre la traction transversalement. Le système est évidemment 4×4, avec un petit coup de pouce du couple électrique qui donne tout son sens à l’hybride rechargeable. Le reste est assuré par la suspension pneumatique Jeep Quadra-Lift, désormais dotée d’un amortissement électronique semi-actif qui, sur la version Trailhawk, offre jusqu’à 28,7 cm de garde au sol et 61 cm de capacité de franchissement.

La réponse est donc oui : nous n’avons pas escaladé l’Everest, ni traversé l’Amazone en crue, mais l’impression est que même le volumineux gagne-pain de la marque est encore et toujours… une Jeep à part entière potentiellement capable de se désengager sur n’importe quel terrain et fière de ne rougir devant aucun obstacle. Le seul, décisif pour la plupart des humains, est le prix. En effet, la liste commence à 82 000 euros, et dépasse les 105 pour les versions les plus riches et les plus équipées. Du grand n’importe quoi, en effet.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *