mer. Avr 17th, 2024

Les entreprises de distribution moderne – plus de 17 400 points de vente et 225 000 employés – sont de plus en plus engagées dans le développement durable. 95% des entreprises utilisent des énergies renouvelables, 89% autoproduisent de l’électricité à partir de sources renouvelables et 58% achètent de l’énergie « verte » à des fournisseurs tiers. C’est ce qui ressort de l’étude Rapport sur le développement durable du secteur V édité par Federdistribuzione  avec le soutien de Altis de l’Université catholique de Milan  présenté ce matin au Sénat. En outre, outre la lutte contre le gaspillage, l’éducation et la sécurité alimentaire, la réduction du plastique et des emballages, une plus grande attention est portée aux employés et aux consommateurs. « La croissance durable, la responsabilité sociale et l’attention portée à l’environnement sont des valeurs de référence pour les entreprises de distribution modernes », explique le président de Federdistribuzione Carlo Alberto Buttarelli -.   La présence sur le terrain et la valeur générée dans les communautés locales par ces entreprises sont de plus en plus importantes. Tout cela se reflète dans le service essentiel dont bénéficient chaque jour des millions de personnes, ainsi que dans le rôle fondamental qu’elles jouent dans le soutien de l’économie mondiale. made in Italy et dans le développement d’initiatives qui contribuent à l’économie circulaire et à la réduction des émissions. Notre secteur est tourné vers l’avenir et investit dans l’innovation. La distribution moderne continuera donc à jouer un rôle de premier plan dans la croissance et le développement durable du pays ». Pour le Vice-président du Sénat Gian Marco Centinaio Notre pays est à l’avant-garde de la durabilité. Nous parlons souvent de durabilité environnementale, mais il n’y a pas que ce type de durabilité. Il existe d’autres types de durabilité : sociale et économique, et ce sont les deux faces d’une même pièce. En matière de durabilité environnementale, l’Italie est active et proactive, mais en Europe, nous devons dépasser le débat idéologique qui, dans certains cas, sape un système économique. Le Pnrr, par exemple, est une ressource et une opportunité.

Si le public ne peut pas le gérer, nous devons collaborer avec des entreprises privées ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *