mer. Mai 29th, 2024

Plus d’un mois s’est écoulé, mais cela semble une éternité. Ce 8 avril reste dans l’esprit de nombreuses confréries de toute l’Espagne. à cause de ce qui a été vécu dans la ville de Séville. La dixième édition de la Santo Entierro Grande, avec la participation d’une quinzaine de confréries invitées qui ont formé un cortège inimaginable. En visite sur le plateau de Sentir Cofrade, sur PTV Sevilla, Fermín Vázquez a expliqué tout ce qui s’est passé ce jour-là et comment cela a été vécu de l’intérieur.

« Cette nuit-là, j’ai très peu dormi. » le frère aîné en plaisante. « C’était une accumulation de sentiments, d’événements concaténés…. Lorsque nous nous en sommes rendu compte, nous étions déjà dans la cour et nous brûlions les scènes. Nous n’avons rien vu, juste le Cachorro quand il a franchi la porte. Nous avons regardé dans la rue pour en voir passer quelques-uns, mais pas grand-chose d’autre. On s’assurait juste que ça se passait bien, que c’était le bon moment… ».



À cet égard, Vázquez a tenu à remercier toutes les confréries invitées pour leur collaboration. « L’implication a été totale, Tout était parfaitement coordonné. Il y avait jusqu’à dix-huit minutes d’avance…. Et à les grands frères de l’époque Je leur ai envoyé un message de remerciement pour l’effort fourni. C’est grâce au travail de tous.

Le plaisir se savoure après coup. « Pendant les premiers mètres, les gens nous levaient le pouce pour nous dire que tout allait bien, ils nous rassuraient…. Et de ce point de vue, nous avons respiré. On était déjà ému par le regard des gens, parce qu’on est passé d’un choc à l’autre… On a marché sur la gloire pendant quelques heures. Nous avons marché sur des nuages.

Big Brother s’est également attardé sur la réaction générale de la ville, qui a été massive. « La ville a fait de son mieux. C’est un succès pour tout le monde, pour la ville. Il y a eu une confluence d’efforts de part et d’autre, et tout s’est mis en place de telle manière que cela a bien fonctionné. Et l’esthétique de certains pasos, qui recréent des images anciennes, le Señor de Pasión avec les chardons, le Señor de la Victoria comme dans les années quarante… ».

Le format du Santo Entierro Grande a également été défendu. Carlos Cabrera, censeur de la Junte, intervient dans l’interview : « Pourquoi dit-on qu’il est dépassé alors qu’une quarantaine de confréries ont proposé de venir ? S’il y a autant d’intérêt, cela ne peut pas être dépassé. L’intérêt s’est ensuite manifesté dans la rue et la réaction a été extrêmement positive, tant pour la procession dans la Carrera Oficial qu’à l’extérieur de celle-ci. Car c’est aussi cela le Santo Entierro Grande : le Cachorro avec Margot, la rencontre sur la Plaza del Triunfo… Nous pensons que l’objectif a été atteint et que la confrérie a été soutenue, car elle en avait besoin. Tout le monde peut rejoindre la confrérie et sera très bien accueilli. Nous voulions que cet événement soit un grand événement pour les jeunes…. Pour les occasions futures. Nous aurions pu faire plus de choses, pour être ponctuels, mais aussi moins ».

Enfin, Fermín a montré son côté le plus intime et le plus grand cadeau de cette journée, au-delà de la station pénitentielle : « Les larmes me sont montées aux yeux, surtout sur le chemin du retour. Beaucoup de gens se sont approchés de nous, des gens de l’extérieur de Séville, qui nous ont félicités et remerciés. Je ne pense pas que nous soyons conscientsde ce que ce jour a signifié pour la ville ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *