sam. Avr 13th, 2024

De Ses instituts techniques supérieurs, son académie et ses fondations.  Le nom change, mais l’objectif reste celui de renforcer l’enseignement technique et professionnel pour répondre à la difficulté de trouver des candidats qualifiés de la part des entreprises. Leur origine est due au décret de la Présidence du Conseil des ministres (Dpcm) du 25 janvier 2008. Il s’agit d’une des mesures clés pour le lancement de l’Its en Italie. Seize articles qui ont plus de Il y a 15 ans définissent les premières lignes directrices pour réorganiser le système dit dual sur le modèle allemand. En 2010, les premières écoles de haute technologie étroitement liées à la système de production qui préparent des cadres intermédiaires spécialisés qui, dans les entreprises, peuvent aider à gouverner et à exploiter le potentiel des solutions de l’entreprise 4.0. Ils sont 130 Son – avec 726 cours actifs – présents sur le territoire en rapport avec vous êtes  domaines technologiques considérés comme « stratégiques » pour le développement économique et la compétitivité du pays : Efficacité énergétique ; Mobilité durable ; Nouvelles technologies de la vie ; Nouvelles technologies pour l’économie de la connaissance. made in Italy (services aux entreprises, système agroalimentaire, système domestique, système mécanique, système de la mode) ; technologies de l’information et de la communication ; technologies innovantes pour le patrimoine et les activités culturelles – tourisme. Les 21 mars 2018  l’association est alors constituée Son réseau Italie,  est un point de référence pour les associés et les entreprises et a pour objectif principal de promouvoir la croissance du système dual afin de favoriser l’emploi qualifié, en répondant au besoin de personnel hautement spécialisé que les entreprises demandent. La plus grande partie de son territoire se trouve en Lombardie (24), suivie du Latium et de la Sicile (11), de la Toscane, de la Calabre et de la Campanie (9), de la Vénétie (8), de l’Émilie-Romagne, du Piémont et des Pouilles (7), de la Ligurie (6), des Abruzzes et de la Sardaigne (5), des Marches et du Frioul-Vénétie Julienne (4), tandis que le Molise, l’Ombrie et la Basilicate n’en comptent qu’un seul. Il y a plus de 3 000 institutions publiques et privées « membres ». L’Its ont une durée de deux ou trois ans, se caractérisent par une forte composante d’expérience en entreprise (30 % des heures de formation doivent être effectuées en stage) et assurent dans plus de 80 % des cas un emploi un an après la fin de la formation.. En 2022, les entreprises recherchent près de 52 000 diplômés de Son Académie, alors que le nombre de diplômés de Ses formations a progressé lentement ces dernières années (seulement 5 280 diplômés en 2020, alors qu’ils sont environ 20 000 au total depuis 2013). C’est pourquoi, pour de nombreuses professions qui pourraient être occupées par ses diplômés, les entreprises se plaignent d’une difficulté de 56 % à les trouver. C’est ce que montre l’étude approfondie réalisée par Unioncamere sur la base des données de l’enquête 2022 de l’Union européenne. Système d’information Excelsior , réalisé en coopération avec Anpal.  Les données d’Excelsior montrent que le Nord-Ouest, avec 37% des entrées prévues, est la zone du pays qui exprime la plus forte demande pour ses diplômés, suivie du Nord-Est avec 23%, du Centre avec 21% et du Sud avec 19%. Parmi les régions, la Lombardie se distingue surtout, avec une demande de 13 700 entrées prévues, suivie du Latium avec 6 200 entrées, de la Vénétie 5 300, de l’Émilie-Romagne 4 600 et du Piémont 4 300. Ses diplômés sont demandés dans tous les secteurs, mais surtout dans ceux liés à l’industrie (18 550 demandes) et aux services aux entreprises (17 850 entrées). La mécanique reste de loin le domaine où la demande de ses diplômés est la plus forte : avec environ 14 300 entrées attendues, elle représente un tiers du total global d’environ 51 600 demandes. Viennent ensuite 8 000 demandes émanant du secteur de la communication et du développement de systèmes logiciels. Les profils les plus difficiles à trouver sur le marché sont ceux des domaines de l’électronique, de l’informatique et de la mécanique. Parmi ces profils, les plus difficiles à trouver sont les suivants techniciens en électronique  (difficulté d’approvisionnement à 74,6 pour cent des recettes prévues en 2022), la concepteurs et administrateurs de systèmes et analystes et concepteurs de logiciels  (64,6 %), les électriciens en construction civile  (63,5 %), les opérateurs de machines-outils  (61,7%). Les compétences numériques caractérisent non seulement l’un des secteurs spécifiques de l’Its, le secteur des TIC, mais sont également très recherchées dans tous les domaines technologiques, au point de concerner 72 % des entrées attendues avec un degré d’importance élevé. Même les « technologies habilitantes 4.0 » sont considérées comme pertinentes pour 46,5 % des recrutements de diplômés de l’Its (contre 13 % des entrées totales). Les compétences acquises en matière d’économie d’énergie et de respect de l’environnement sont également de plus en plus importantes pour les entreprises (un prérequis pour 48 % des candidatures attendues). En attendant de savoir comment le lycée de la made in ItalyLa croissance du nombre de personnes employées parmi celles qui ont obtenu une qualification dans le cadre des cours de l’Iefp (Education et Formation Professionnelle) se poursuit et atteint des niveaux jamais égalés auparavant. En effet, trois ans après l’obtention d’un diplôme, 67,7 % des travailleurs qualifiés et 71,5 % des diplômés ont un emploi. C’est ce qui ressort de l’enquête Quatrième enquête sur les résultats des formations de l’Ifts et de l’Iefp par Inapp  qui analyse notamment la situation des jeunes qualifiés et diplômés à la fin du mois de janvier 2020, trois ans après l’obtention de leur diplôme.

Besoins du marché du travail à l’horizon 2027 

Entre 2023 et 2027, le marché du travail italien aura besoin de 3,8 millions de travailleurs, dont 2,7 millions (71,7 % du total) pour remplacer les personnes destinées à prendre leur retraite et plus d’un million de nouveaux venus (28,3 % du total) liés à la croissance économique attendue au cours de cette période de cinq ans. En vertu de la législation actuelle, près de 12 % des Italiens quitteront donc définitivement leur emploi au cours des cinq prochaines années parce qu’ils auront atteint la limite d’âge. L’estimation provient du Bureau d’études de la Cg ia qui a traité des données provenant du système d’information Excelsior de l’Unioncamere et de l’Anpal.  Sur les 2,7 millions de salariés qui partiront à la retraite dans les années à venir, la moitié, soit un peu moins de 1,4 million, seront des salariés du secteur privé et plus de 670 000 dans le secteur public et chez les indépendants. Toutefois, si l’on calcule l’incidence de la demande de remplacement sur les besoins totaux d’emploi dans chacune des trois positions professionnelles analysées (salariés privés, fonctionnaires et indépendants), la valeur la plus élevée, 91,6 % du total, concernera la fonction publique. Si, en revanche, nous analysons les secteurs productifs/économiques les plus touchés par l’exode des salariés vers la retraite, nous trouvons, en termes absolus, la santé (331 500 salariés), les activités immobilières, la location/leasing, la sécurité/enquête, les autres services publics et privés (nettoyage, jardinage et administration publique hors santé, assistance sociale et éducation) (419 800) et, en particulier, le commerce et le tourisme (484 500). Si l’on mesure à nouveau l’incidence de la demande de remplacement sur les besoins en emploi, les secteurs les plus « en difficulté » dans les cinq prochaines années seront la mode (91,9%), l’agro-alimentaire (93,4%) et surtout le bois-meuble (93,5%). En résumé, les principaux secteurs de notre made in Italy risque de ne plus pouvoir compter sur une part importante de travailleurs de qualité et très expérimentés. Le vieillissement progressif de la population italienne pose un problème majeur au monde productif. Depuis un certain temps, les entrepreneurs – même du Sud – dénoncent la difficulté de trouver sur le marché du travail du personnel hautement qualifié et/ou des personnalités professionnelles peu connues. Si, pour les premiers, les difficultés à les trouver sont structurelles en raison du décalage qui s’est créé dans certaines régions du pays entre l’école et le monde du travail, pour les seconds, en revanche, il s’agit d’opportunités d’emploi que nos jeunes, d’ailleurs de moins en moins nombreux, refusent souvent d’occuper et qui ne sont que partiellement « couvertes » par des étrangers. Une situation qui est appelée à s’aggraver dans les années à venir : d’une part, en raison des effets de la dénatalité et, d’autre part, en raison de la difficulté chronique que nous avons à faire coïncider l’offre et la demande de travail.

Les difficultés de recrutement des entreprises 

On estime qu’entre 2023 et 2027, 34,3 % des besoins en emploi concerneront des personnels de formation supérieure (licence ou diplôme), 48,1 % des profils avec un diplôme technico-professionnel. La comparaison entre l’offre et la demande de travailleurs de l’enseignement supérieur révèle une offre globale insuffisante pour couvrir les besoins du système économique à hauteur de 9.000 unités par an, mais cet équilibre cache des différences significatives entre les différents domaines d’études. Dans le détail, on s’attend à ce qu’au cours des cinq prochaines années, l’offre de diplômés dans le domaine de la médecine et des soins de santé (il manquera 12 000 diplômés par an), dans le domaine de l’économie et des statistiques (8 000 unités par an) et de travailleurs ayant une qualification tertiaire dans les disciplines de la tige (6 000 unités par an) soit plus nettement insuffisante. Dans les disciplines scientifiques en particulier, les inadéquation les plus critiques dans les sciences mathématiques, physiques et informatiques et dans l’ingénierie.Si l’on considère l’ensemble des adresses de l’enseignement secondaire technico-professionnel, on estime que l’offre globale de formation ne pourrait satisfaire que 60% de la demande potentielle au cours des cinq prochaines années, l’inadéquation la plus critique se situant dans les domaines d’études relatifs au transport et à la logistique, à la construction, au système de mode et à la mécanique, à la mécatronique et à l’énergie, pour lesquels on prévoit qu’entre 2023 et 2027, l’offre pourrait couvrir environ moins d’un tiers de la demande potentielle. Les entreprises recherchent des profils hautement qualifiés, mais dans de nombreux cas, elles peinent à les trouver parce qu’ils n’ont pas les bonnes compétences. Ingénieurs en mécatronique et en énergie, concepteurs de systèmes informatiques, spécialistes de la cybersécurité, programmeurs et développeurs d’entreprise. tels sont les talents qui continuent à manquer pour occuper les postes vacants. C’est ce que révèle une analyse des Vertus,  Groupe italien de sociétés de conseil proposant des services intégrés pour soutenir la transformation des entreprises, des personnes et des processus. L’enquête montre que de nombreuses entreprises sont disposées à offrir des salaires supérieurs à la moyenne et des contrats à durée indéterminée, même au niveau débutant. Néanmoins, il est souvent difficile d’attirer la bonne combinaison de compétences. Un exemple : de plus en plus de ressources sont investies dans la cybersécurité et les entreprises recherchent des professionnels hautement qualifiés qui peuvent les aider à prévenir les attaques en provenance du web. Ce sont des profils au professionnalisme composite et en constante évolution qu’il est difficile de trouver sur le marché. Après plus de deux années marquées par l’urgence sanitaire et économique, des signes de reprise commencent toutefois à se manifester et, dans certains secteurs, comme celui des technologies, l’offre de travail dépasse même la demande. « Le marché du travail, bouleversé depuis au moins une décennie par la révolution numérique, est sous le coup de transformations de plus en plus brutales et disruptives, avec une nette accélération post-pandémique », explique le commissaire européen à l’emploi, à la formation et à la culture. Marco Filippo Martinengo Responsable des solutions RH chez Vertus – La population active manifeste toutes ses craintes à l’égard du changement et une grande imprévisibilité des comportements, alternant des phases de grande attention à l’offre d’emploi et d’autres de stagnation ou de résistance. Ce qui est certain, c’est que si une entreprise n’est pas en mesure d’offrir aujourd’hui des plans de carrière qui se concentrent également sur les besoins et les attentes des personnes en matière d’épanouissement personnel, en prenant largement en considération le besoin croissant d’être orienté vers l’avenir, ses candidats envisageront plus facilement et plus fréquemment d’aller chercher des perspectives ailleurs. La tendance dans les segments les plus jeunes de la population est évidente, mais pas seulement : la volonté d’amélioration et le désir de changement semblent, aujourd’hui plus que par le passé, être des questions transgénérationnelles. Sans tenir compte de l’ancienneté, ce sont sans doute les travailleurs les plus qualifiés qui auront le plus d’opportunités d’évolution professionnelle ». Ouvriers, ouvriers qualifiés, techniciens spécialisés, cadres commerciaux, installateurs de mobilier et d’architecture temporaire.  Mais aussi de nouveaux profils professionnels tels que responsable de la transformation numérique, responsable de l’innovation, responsable RSE et responsable de la transition circulaire.  Ce sont quelques-unes des figures professionnelles les plus demandées par les entreprises du meuble en bois, fleurons de l’économie de l’innovation. made in Italy dans le monde, mais souvent confrontés à la difficulté d’établir un dialogue fructueux avec le système éducatif afin de pouvoir répondre de manière adéquate à l’offre d’emploi disponible et d’être attractifs aux yeux des jeunes et de leurs familles. C’est précisément dans le but d’explorer de nouvelles formes de rencontre entre le monde de l’éducation et le monde du travail que s’est tenue, au Salone del Mobile de Milan, une rencontre entre les responsables de l’éducation et de la formation professionnelle de l’Union européenne. FederlegnoArredo  et des représentants de Son Académie  de référence pour le secteur et répartie sur l’ensemble du territoire. FederlegnoArredo s’engage à répondre aux besoins de formation et d’emploi des entreprises et a déjà activé un projet pilote au cœur de la Brianza depuis 2013, aujourd’hui. Artwood Academy,  qui doit servir de catalyseur à d’autres expériences de formation dans le secteur, réparties dans les principaux districts de l’industrie. En effet, les entreprises continuent à avoir besoin de main-d’œuvre qualifiée. Le rapport Anpal/Unioncamere 2022 estime ce besoin pour la période quadriennale 2022-2026 à plus de 40 000 unités. Selon une enquête réalisée par le Centre d’études de FederlegnoArredo sur les entreprises adhérentes, dans le secteur de l’ameublement et de l’éclairage, les chiffres les plus demandés concernent principalement la production : ouvriers généraux et spécialisés.  La demande de commerciale  pour les marchés italiens et étrangers. Il y a de nombreux recrutements dans les autres domaines avec des compétences de plus en plus numériques (à la fois dans le développement de produits et le marketing), ainsi que pour les fonctions administratives traditionnelles. Toujours dans le macro-système du bois, les profils les plus recherchés concernent les travailleurs généraux et spécialisés. Viennent ensuite ceux liés à la logistique (magasiniers, chauffeurs), ainsi que les techniciens, les commerciaux et le personnel administratif. Dans une moindre mesure, mais toujours présente, la demande de compétences liées à la conception. Une attention particulière est également portée aux questions liées à la transition écologique. D’autre part, UniCredit et le réseau Its Italy renouvellent leur accord-cadre jusqu’en avril 2024, qui « vise à renforcer l’offre de formation professionnelle post-diplôme, en soutenant et en intégrant les activités des entreprises Its sur les territoires. En particulier, la collaboration se concentrera sur les thèmes de la formation et de l’orientation vers le travail et l’entrepreneuriat, à travers l’organisation au niveau national d’événements de formation visant à promouvoir la connaissance des cours Its parmi les entrepreneurs et les entreprises et à créer des opportunités pour les étudiants de rencontrer des entreprises dans leurs régions ». La croissance de Groupe Erre Technology , tant en termes de chiffre d’affaires (objectif de dix millions d’euros dans les cinq ans) qu’en termes de personnel – de nouvelles embauches sont prévues d’ici à la fin du mois de décembre. La conception particulière du travail combinée à la centralité de l’élément humain. C’est ce qui a inspiré Académie Erre Erre Academy est un projet de formation signé Erre Technology Group, un atelier d’ingénierie actif depuis 2013 dans les secteurs de l’automobile, du design, de l’électricité et de l’électronique, et des TIC. Il s’agit d’un « hub de formation », qui forme et prépare les jeunes consultants à l’entrée dans l’entreprise, dans le but de créer une relation étroite et rentable avec les clients dès le départ. Une plateforme innovante qui équipe immédiatement les jeunes fraîchement sortis des différents cursus, en leur donnant tous les outils nécessaires pour affronter le monde du travail, et en leur permettant de transformer le savoir en expertise. Le programme de formation interne de l’entreprise se déroule au siège du groupe Erre Technology à Moncalieri (Turin), qui accueille les jeunes talents issus des instituts techniques secondaires et des universités locales. Les matières actuellement incluses dans le programme sont les TIC, l’électricité et l’électronique, les matériaux composites, la gestion de projet et l’auto-vendeur. Les principaux objectifs du projet sont les suivants : accroître les connaissances techniques, favoriser l’auto-formation, se préparer à la gestion efficace d’une réunion technique, prendre conscience de son « travail » et de son rôle, et acquérir une méthode pour surmonter les obstacles typiques du travail de consultant. Parallèlement à l’Académie, Erre Technology a également développé le modèle « Tandem », un autre atout pour répondre instantanément aux besoins des clients. Le modèle prévoit le jumelage d’un junior avec un senior ayant une grande expérience dans le domaine. Une combinaison fonctionnelle et efficace qui tire parti de l’expérience et de l’expertise de chacun. savoir-faire des ressources plus expérimentées, tout en réduisant le temps de traitement des nouvelles recrues. Pour les candidatures, veuillez consulter le site : https://erretechnology.com/it/lavora-con-noi/ . Les sélections sont également ouvertes pour dix académies destinées à 400 jeunes ingénieurs par le biais de Ingénierie intelligente  et Société Erre . Les cours sont gratuits et se déroulent de juin à la fin de l’année. d’un minimum de huit semaines à un maximum de 12 semaines. la période de formation, les chances de trouver un emploi sont élevées. La candidature doit être soumise à : https://errecompany.org/it/lavora-con-noi/ ; [email protected] . Enfin, le Région  Ligurie , Académie italienne de la marine marchande  e Costa Croisières  proposent deux nouveaux cours de formation gratuits destinés à l’emploi à bord des navires de la compagnie italienne. Les deux cours, réalisés par l’intermédiaire du Fonds social européen, offrent un total de 45 places réparties entre un cours pour cuisinier à bord  (deux éditions de 15 places chacune) et un cours de animateurs pour enfants et adolescents  (15 places). Le cours de chef à bord dure 502 heures, réparties en 486 heures de didactique et 16 heures de stage sur les navires de Costa Crociere. Il s’adresse aux chômeurs, aux inactifs, aux jeunes et aux adultes titulaires d’un diplôme d’opérateur de services de cuisine de trois ans ou d’un diplôme d’une école secondaire supérieure dans le domaine de l’hôtellerie avec une spécialisation dans le secteur de la cuisine, ou d’un diplôme générique d’école secondaire supérieure avec une expérience professionnelle d’au moins 6 mois. Le cours pour animateurs d’enfants et de jeunes dure 448 heures, dont 432 heures sont didactiques et 16 heures sont passées sur les navires Costa. Il est ouvert aux chômeurs et aux non-salariés, aux inactifs, aux jeunes et aux adultes titulaires d’un diplôme de fin d’études secondaires et ayant au moins deux expériences de travail avec des mineurs. Pour tous les profils, une bonne connaissance de l’anglais est requise et, pour les travailleurs de l’enfance et de la jeunesse, la connaissance d’une autre langue (français, allemand, espagnol) est également préférable. Les cours se dérouleront au centre de formation de la Villa Figoli des Geneys à Arenzano (Gênes). Les informations sur les cours et les formulaires d’inscription aux sélections sont disponibles à l’adresse suivante https://accademiamarinamercantile.it/avvisi-di-selezione-new   et à www.career.costacrociere.it . La clôture des appels est prévue le1 1er mai 2023 . Les candidats qui réussissent les tests de sélection sont admis aux cours de formation. Costa Crociere s’engage à embaucher au moins 60 % des personnes qui terminent avec succès le cours de formation. Lors des dernières sélections, l’entreprise a proposé un contrat de travail à environ 95%  des participants qui ont suivi les cours avec succès.

Lire aussi:  Tokyo. Japon, un technicien à la tête de la Banque centrale

Concours, bourses, cours et auto-entrepreneuriat 

Schneider Electric  ouvre les inscriptions pour l’édition 2023 du Go Green, le concours international pour les étudiants universitaires  du monde entier, inscrits en licence ou en master dans les domaines de l’économie, de l’ingénierie, du marketing et de l’innovation. Cette année, l’entreprise propose un thème unique : comment transformer l’utilisation de l’énergie et des ressources, en appliquant les principes de l’économie de marché. circularité et efficacité énergétique  dans le monde du bâtiment – c’est-à-dire dans les maisons, les bâtiments commerciaux et industriels et plus généralement dans les villes. La création d’efficacités dans les bâtiments est la clé d’un avenir à zéro émission : les bâtiments produisent environ 30 % des émissions de CO2 mondial  – et le calcul n’inclut pas les émissions « intégrées » dans les matériaux, dans les processus de construction. Particulièrement important d’intervenir sur ce qui a déjà été construit :  80 % des bâtiments qui existeront en 2050, lorsque les objectifs des Accords de Paris devraient être atteints, existent déjà aujourd’hui. Les participants sont invités à présenter une idée ambitieuse et innovante, afin d’entamer un parcours qui mènera les gagnants à la reconnaissance, à des prix en espèces, à des opportunités de réseautage et de mentorat de la part d’experts de Schneider Electric et à des possibilités de carrière dans l’entreprise. Après l’inscription, les participants – formant des équipes composées de personnes étudiant dans le même pays – participeront à une première phase de sélection, décrivant le projet à l’aide d’une présentation ; ensuite, les équipes sélectionnées pourront affiner le projet et sa présentation lors d’une phase de mentorat avec des experts de Schneider Electric, puis participeront à la finale de leur région géographique (l’Italie participe naturellement à la région Europe). Il y a huit régions et tous les gagnants régionaux participeront à un événement de clôture international, au cours duquel ils présenteront leurs projets à un jury d’experts. L’initiative se déroule entièrement en anglais et l’Italie a déjà obtenu d’excellents résultats en 2022, puisqu’une équipe italienne – Aidroponic – a remporté le concours pour l’Europe l’année dernière. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’à 10 mai  sur :  https://gogreen.se.com/en . Le programme de formation a officiellement démarré Formation à la circularité – Bourses d’études (édition Weee)  promu par Erion Weee Erion System Consortium dédié à la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), Cdca –Centre de documentation sur les conflits environnementaux, EconomiaCircolare.com  et Aeneas- Département de la durabilité des systèmes productifs et territoriaux.  Dans la phase de sélection, qui s’est ouverte avec le lancement de l’appel à candidatures 97  de toute l’Italie, l’association dix  profils gagnants  de bourses d’études  – deux garçons et huit filles  issus de différentes facultés universitaires (de l’ingénierie aux sciences de l’environnement, du design industriel au marketing) – qui ont commencé leur formation. Le projet, qui s’adresse aux nouveaux professionnels du secteur des DEEE, comprend cinq volets différents parcours d’alternance d’une durée de  12 mois . Huit des dix étudiants au profil plus technique ont commencé leurs études au Centre de recherche Enea, Casaccia à Rome, tandis que les deux autres boursiers sont accueillis, également à Rome, par la Cdca. Les inscriptions sont ouvertes pour participer au cours de formation. Renouvelables : cours avancé sur l’énergie éolienne organisé par l’Anev du 23 au 26 mai au siège de Rome.  Le cours, qui se compose de trois jours de cours et d’une journée consacrée à la visite d’un parc éolien, vise à aborder les thèmes centraux liés au fonctionnement du secteur de l’énergie éolienne, tant du point de vue technique que réglementaire, et représente un moment de formation important pour les professionnels, et pas seulement, ainsi qu’une occasion de haut niveau pour entrer en contact avec le monde des énergies renouvelables grâce à l’expertise des conférenciers, qui sont des opérateurs très prestigieux. Un simulateur de réalité virtuelle pour la gestion d’une éolienne, développé par Anev dans le cadre du projet européen SimulWind, sera également utilisé. Pour plus d’informations et de détails : [email protected] . Enfin, cil reste jusqu’au vendredi 12 mai pour poser sa candidature à l’édition 2023 de la ReStartApp Le Campus de formation, d’incubation et d’accélération pour les entreprises du secteur de la santé. jeunes entreprises innovantes et durables du territoire italien des Apennins, promu par Fondation Edoardo Garrone  en collaboration avec Fondation Compagnia di San Paolo.  A Sassello (Savona), au cœur du parc Beigua, du 26 juin au 6 octobre 2023  (avec une interruption intermédiaire des cours du 28 juillet au 1er septembre),  ReStartApp fournit dix semaines de formation intensive, dont deux à distance, pour  de peaufiner leur projet entrepreneurial dans les Apennins,  avec le soutien d’une équipe qualifiée de conférenciers, d’experts et de professionnels. Formation en classe, atelier de création et de développement d’entreprise, expériences, témoignages et success stories.  seront axé sur les idées commerciales spécifiques des participants,  pour traduire les projets en plans d’affaires complets, structurés et économiquement viables. Les formule résidentielle – avec logement gratuit  fourni par les organisateurs – offre aux participants une expérience de socialité  et de comparaison  avec le territoire et la communauté locale. A la fin du travail sur le Campus, il y aura également une phase de soutien et conseil a distance  Les cours sont dispensés par les enseignants pour finaliser la rédaction du plan d’affaires. Afin de faciliter la réalisation des trois meilleurs projets, la Fondazione Edoardo Garrone fournira enfin trois prix de démarrage d’une valeur totale de 60 000 euros  et un service de conseil post-campus gratuit pendant un an pour les plus méritants. Quinze places sont disponibles pour les jeunes de moins de 40 ans de toute l’Italie,  en possession d’idées d’entreprises ou de start-ups créées il y a moins de 18 mois dans le domaine de l’économie. chaînes de production typiques de la montagne : agriculture, élevage, agroalimentaire, gestion forestière, tourisme, artisanat, culture, fabrication et services, innovation sociale.  Les participants seront sélectionnés sur la base de leur expérience réelle la contribution réelle de l’idée d’entreprise à la valorisation, à la revitalisation et au développement du contexte des Apennins italiens. de la faisabilité technique niveau de innovation et durabilité  l’impact économique, environnemental et social de l’entreprise à moyen et long terme, le potentiel de croissance et de pérennité de l’entreprise. l’évolutivité et la reproductibilité  du modèle d’entreprise dans d’autres territoires ou marchés. L’appel à idées est disponible en ligne sur le site de la Fondazione Edoardo Garrone :  https://fondazionegarrone.it/progetto-appennino/campus-restartapp/ .

Lire aussi:  Les jeunes et le travail. Une formation qui vous aide à trouver un emploi

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *