sam. Mai 25th, 2024

Selon la Rapport de l’Unioncamere sur l’entreprenariat féminin 2 000 entreprises féminines de plus dans les activités professionnelles, près de 1 500 de plus dans les activités immobilières, environ 1 000 de plus dans les services de communication et les activités financières, 800 de plus dans la location, les agences de voyage et les services aux entreprises. À la fin de 2022, il y avait 1 337 000 entreprises féminines enregistrées, soit 22,21 % du nombre total d’entreprises. L’évolution des entreprises féminines au cours de l’année écoulée montre clairement un changement continu dans la participation des femmes au système de production. Certains bastions de la présence des femmes dans l’entreprise ont faibli cette année : le commerce, l’agriculture et l’hébergement et la restauration. En revanche, tous les autres secteurs, dont certains affichent historiquement un taux de participation féminine inférieur à la moyenne, ont enregistré des hausses significatives. Et nombre d’entre eux figurent parmi les secteurs les plus innovants ou à forte intensité de connaissances. Au niveau global, 2022 enregistre une incidence de  entreprises dirigées par des femmes dans le tissu entrepreneurial italien de 22,2%, soit plus de 1,3  millions d’entreprises (incidence de 22,1 %) en 2021, données Prometeia).  Un résultat significatif malgré, en raison de la longue traîne de la pandémie, une baisse de 6 000 unités (mais plus de 40 000 entreprises masculines ont été perdues l’année dernière). La répartition de l’entrepreneuriat féminin par type d’entreprise reste inchangée : plus forte dans les entreprises individuelles (28%) et plus faible dans les sociétés de capitaux (18%), les sociétés de personnes occupant une position intermédiaire et conforme au chiffre global (21%). La présence des femmes augmente toutefois fortement dans les nouveaux types d’entreprises : pme  Les entreprises innovantes et surtout les start-ups connaissent une croissance régulière à l’échelle européenne.  les entreprises dirigées par des femmes, qui représentent désormais 9 % et 16 % des formes d’entreprises respectives.  D’un point de vue géographique, le Centre-Sud se confirme comme le territoire où le taux de féminisation est le plus élevé, mais avec des résultats opposés selon le type d’activité : l’emploi indépendant a diminué (mais l’emploi global a augmenté), tandis que dans le Centre, le poids des start-ups a augmenté, mais celui des PME innovantes a diminué. L’économie sociale est un domaine dans lequel s’expriment l’esprit d’entreprise croissant des femmes et leur forte sensibilité aux questions sociales. Un monde de plus de 360 000 entreprises et institutions qui montrent déjà, par rapport aux entreprises traditionnelles, une plus grande pertinence de l’emploi féminin (près de 60%) également dans les postes de direction (plus d’une femme manager sur quatre) et dans lequel on observe un véritable boom dans l’ouverture de start-ups dirigées par des femmes (en 2022, 38% des start-ups à vocation sociale, un chiffre qui a doublé depuis 2019). En Italie, sur 23 286 000 personnes salariées, indépendantes et dépendantes, 42% sont des femmes, mais c’est le secteur tertiaire marchand qui tire la hausse de l’emploi féminin après la pandémie.  L’élaboration de laBureau d’études Confcommercio  à l’adresse Données Inps  indiquent qu’au cours de la période de deux ans allant de juin 2020 à juin 2022, l’augmentation de l’emploi salarié féminin a été supérieure à 19 % dans les services, ce qui est non seulement plus élevé que la composante masculine du secteur tertiaire (+17,4 %), mais aussi bien supérieur à la croissance de l’emploi féminin de l’ensemble de l’économie (+15,7 %). En termes absolus, sur les nouveaux emplois salariés réguliers créés au cours de la même période dans le secteur tertiaire marchand, soit près de 1,4 million, 733 000 sont dus à des femmes, qui représentent 53 % de l’ensemble des nouveaux travailleurs. « Le secteur tertiaire marchand n’est pas seulement le secteur de prédilection des entreprises féminines qui, par rapport aux entreprises masculines, sont plus concentrées dans le secteur des services (66,9 % contre 55,7 %), mais c’est aussi le secteur qui tire la croissance de l’emploi salarié féminin », explique le président national du groupe Terziario Donna Confcommercio. Anna Lapini -.  Les femmes sont particulièrement importantes pour le marché tertiaire, le marché tertiaire est important pour les femmes. Terziario Donna Confcommercio soutient non seulement l’entrepreneuriat féminin, mais aussi l’augmentation qualitative et quantitative du nombre de femmes employées grâce à des projets concrets, tels que la certification de l’égalité entre les hommes et les femmes.

Coup d’envoi du prix GammaDonna 

Le nombre de femmes entrepreneurs qui se concentrent sur l’innovation augmente, à tel point qu’en 2022, face à une baisse significative des nouvelles entreprises, l’entrepreneuriat féminin innovant s’est au contraire accéléré, porté par des secteurs à plus fort contenu de connaissances. C’est ce qu’indiquent les données du dernier rapport de l’Observatoire Unioncamere de l’entrepreneuriat féminin et ce dont témoigne le nombre de « success stories » que l’Observatoire de l’entrepreneuriat féminin de l’Unioncamere présente chaque année. Prix GammaDonna de l’entrepreneuriat féminin innovant  sélectionnées pour contribuer à combler le fossé entre les hommes et les femmes. « Il s’agit d’une évolution que nous observons depuis plusieurs années avec ce prix », souligne le président de la Commission européenne. Valentina Parenti Présidente de GammaDonna, annonçant la nouvelle édition du prix et nous rappelant que les nominations doivent être soumises au plus tard à la date limite de dépôt des candidatures. 18 mai prochain – . La croissance de l’entrepreneuriat féminin innovant est une évolution qui montre que de plus en plus de femmes choisissent d’investir leur talent et leurs compétences dans des secteurs de haute technologie stimulants, où elles sont historiquement moins présentes, tels que la science. Dans ce domaine, explique M. Parenti, « nous assistons à l’essor de ce que l’on appelle les des chercheurs-entrepreneurs », des femmes entrepreneurs issues du monde de la recherche qui transforment le savoir en affaires ». Parenti souligne que c’est précisément pour soutenir cette vocation entrepreneuriale croissante axée sur l’innovation que le GammaDonna Award est renouvelé, devenant à toutes fins utiles un parcours de valorisation, d’accélération et d’autonomisation de l’entrepreneuriat féminin, en collaboration avec d’excellents partenaires, médias et investisseurs, et donnant également lieu à une série d’événements de formation qui toucheront les villes de Rome, Milan et Turin. Les candidatures qui entreront dans le concours « liste restreinte Fab50 « disposera d’un espace dédié sur le site de la plateforme GammaDonna (www.gammadonna.it ) qui, depuis 2004, raconte et diffuse des histoires d’innovation, de leadership et de vision. Les sept finalistes  – sélectionnés par un jury composé d’experts en innovation, d’entrepreneurs et d’investisseurs, présidé par l’investisseur en capital-risque Gianluca Dettori  – sera présenté sur 29 septembre  sur la scène duSemaine technologique italienne, à l’Ogr Torino et retransmise en direct. Infos et règlements sur le site web : https://www.gammadonna.it/premio .

UniCredit réplique «  Les femmes à bord’ 

Soutien continu de UniCredit  Le concours UniCredit a pour objectif de promouvoir l’esprit d’entreprise chez les femmes et, après le succès consolidé des éditions précédentes, il réitère l’expérience de l’année dernière. Les femmes à bord également en 2023, élargissant encore le public cible et atteignant un nombre total de 64 femmes entrepreneurs, un nombre qui a doublé depuis la première édition. L’édition 2023 implique non seulement des femmes membres des conseils consultatifs d’UniCredit et des PME clientes, mais aussi des mentors appartenant à la communauté territoriale d’UniCredit et le réseau de femmes GammaDonna, déjà partenaire du projet les années précédentes, qui, avec la présence de Valentina Parenti, nous accompagnera également sur cette voie. L’objectif est de faciliter le dialogue entre le monde de l’entreprise et celui des femmes et d’offrir aux femmes des nouvelles générations d’entrepreneurs les outils nécessaires à leur croissance professionnelle et personnelle.

Mais les revenus et les pensions restent faibles 

Bien que les dernières générations aient atteint un niveau d’éducation et de performance scolaire supérieur à celui des hommes et que la législation soit l’une des plus avancées d’Europe, les femmes italiennes continuent de travailler peu, de gagner moins et d’avoir des pensions plus faibles. Sans parler des opportunités de carrière réduites. Les chiffres actualisés d’une disparité qui perdure ont émergé du séminaire Les chiffres inconfortables de l’Italie des femmes organisé par le Conseil national des actuaires  avec N Réseau des femmes de l’oi à laquelle a participé, entre autres, l’ancienne ministre du travail Elsa Fornero  et l’avocat du travail Giuliano Cazzola . En 2021, le revenu mensuel brut moyen des quelque trois millions de retraitées italiennes était de 1 321,14 euros, contre 1 970,19 euros pour les quelque cinq millions de retraités. Le « différentiel de genre » est de 32,9 : cela signifie que par rapport au total moyen des pensions de vieillesse, les hommes reçoivent 32,9 % de plus. Derrière les chiffres des pensions, les rapporteurs expliquent Liana Verzicco, Giuliana Coccia  et le président du Conseil national des actuaires Tiziana Tafaro Le taux d’emploi des femmes en Italie est de 55%, soit plus de 14 points de pourcentage de moins que la moyenne européenne et plus de 18 points de moins que les économies les plus avancées d’Europe. Malgré le changement de rythme des jeunes générations, les femmes italiennes continuent d’être employées principalement dans les services publics, notamment dans l’éducation et la santé, et dans les services personnels en général. C’est l’une des causes des revenus moyens inférieurs à ceux des hommes, ainsi que d’une plus grande exposition aux emplois précaires. En 2021, le salaire hebdomadaire brut moyen était de 603,8 euros pour les hommes et de 468,12 euros pour les femmes. Par rapport au salaire moyen total, les hommes gagnent donc – en brut – 22,5 % de plus. La difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale joue également un rôle déterminant, ce qui a une influence négative sur les carrières. Pour comprendre ce phénomène, les intervenants du séminaire Actuari-Noi Rete Donne ont fourni des données sur les mères d’enfants en âge préscolaire. Sur 100 femmes âgées de 25 à 49 ans, 73 ont des enfants en bas âge et parmi elles, 27 ne travaillent pas. Selon Fornero, en Italie, l’aide sociale est déséquilibrée sur la dernière partie du cycle de vie : les pensions : « C’est un réflexe conditionné, quand on pense à l’aide sociale, on pense aux pensions parce que, entre autres choses, c’est la partie la plus importante des dépenses sociales. En réalité, le bien-être concerne toute la vie professionnelle, parce que dans la vie professionnelle, les familles se forment ou se défont, on a des enfants et il y a la difficulté, par exemple, de concilier la vie professionnelle et la vie familiale pour les femmes. Mais il y a aussi tout ce qui précède : le bien-être doit donc être lié à la notion de vie entière. Quelle faute a un enfant s’il naît dans une famille qui, étant pauvre, ne lui donne pas une bonne alimentation ou qui n’accorde pas d’importance à la scolarisation ? La tâche de l’État-providence est donc de commencer à réduire les inégalités dès le début ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *