ven. Mai 17th, 2024

Alors que l’inflation est à deux chiffres et que les ménages sont contraints de faire de plus en plus attention à leur consommation, les comptes de nombreuses grandes entreprises ne semblent guère en souffrir. Les gens achètent moins ? Augmentons les prix et récupérons le plus possible, augmentant ainsi le chiffre d’affaires. Si ces derniers jours, c’est Procter &amp ; Gamble qui annonçait des perspectives à la hausse pour 2023, tandis qu’Unilever soulignait que l’ère de la hausse des prix n’était pas encore terminée, hier, c’est le géant suisse de l’alimentation Nestlé qui annonçait une augmentation de son chiffre d’affaires au premier trimestre de 5,6 % à 23,5 milliards de francs suisses (23,9 milliards d’euros), un résultat encore meilleur que prévu. Un résultat dopé par les hausses de prix adoptées pour compenser l’inflation et un faible volume de ventes, en baisse de 0,5 %.

En particulier, la croissance organique, qui mesure les ventes hors effets de change et fusions et acquisitions, a atteint 9,3% grâce aux hausses de prix, qui ont progressé de 9,8% dans l’ensemble du groupe, selon un communiqué du groupe qui possède notamment les dosettes de café Nespresso, les noix Maggi et les barres chocolatées KitKat. Les résultats annoncés ont fait grimper les actions de Nestlé de 1,5 % ce matin.

Les marques de Nestlé « ont permis au géant de la consommation de faire passer des augmentations de prix assez importantes avec peu d’impact sur les volumes », a souligné Matt Britzman, analyste chez Hargreaves Lansdown. Nestlé, mais aussi d’autres fabricants multinationaux de biens de consommation, ont régulièrement augmenté leurs prix au cours des deux dernières années, en partie pour faire face à la hausse des coûts des matières premières, de la logistique et de l’énergie. Alors qu’en Europe en particulier, de nombreux ménages se sont tournés vers des marques moins chères, cela a été moins le cas sur d’autres marchés, tels que les États-Unis : les augmentations de prix ont donc compensé la réduction des volumes. Récemment, Unilever a souligné que l’industrie avait dépassé « le pic d’inflation, mais pas encore le pic de prix ». Comme pour dire que les consommateurs peuvent s’attendre à de nouvelles augmentations, même si, selon certains analystes, l’inflation pour les denrées alimentaires pourrait commencer à diminuer au cours du second semestre de cette année.

Ces derniers jours, le groupe américain de produits d’hygiène et de soins Procter &amp ; Gamble (P&G) a également publié un chiffre d’affaires de 20,1 milliards de dollars au troisième trimestre de son exercice fiscal, en hausse de 4% en glissement annuel (+7% à périmètre et taux de change constants), supérieur aux attentes des analystes, et a revu à la hausse ses prévisions de croissance du chiffre d’affaires pour 2023. Une fois encore, la croissance du groupe, qui commercialise des produits tels que les rasoirs Gillette, les couches Pampers et la lessive Ariel, a été soutenue par des prix plus élevés, qui ont compensé la baisse des volumes. Les ventes ont été soutenues en particulier par la division des produits de santé (+6%, +9% à périmètre et taux de change constants). Au dernier trimestre, le bénéfice net de P&G s’est élevé à 3,4 milliards de dollars, en légère hausse (+1%). Forte de ces résultats, l’entreprise a donc revu à la hausse ses perspectives pour 2023, prévoyant une augmentation des ventes d’environ 1% cette année.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *