lun. Juin 5th, 2023

En Italie, trois personnes sur quatre ne connaissent pas les bases de la finance, une statistique alarmante qui montre que 75 % des Italiens sont non seulement incapables de saisir les opportunités d’investissement potentielles, mais plus grave encore, sont exposés au risque de fraude et de tromperie. Il s’agit d’une grave lacune dans la culture financière, qui a inévitablement des répercussions sur la croissance de l’économie de notre pays. A cela s’ajoute la difficulté de trouver les profils professionnels les plus demandés dans l’écosystème financier : responsable de l’innovation numérique, spécialiste de la technologie numérique, analyste de données commerciales, chef de projet numérique, développeur d’activités sur le canal numérique, analyste de la cybersécurité.  De ces considérations et d’autres encore découlent IlValoreConta.it IlValoreConta.it est un portail de formation et d’information sur l’investissement dont l’objectif est de donner accès au monde de la finance à tous, et en particulier à ceux dont les possibilités sont limitées en raison des coûts de formation élevés. Le processus d’apprentissage des utilisateurs du portail se déroule grâce à l’utilisation des outils de communication et d’information les plus innovants : podcasts, cours en ligne, contenus et chroniques audio/vidéo en direct et en différé, séminaires en ligne, bulletins d’information et autres contenus – auxquels il est possible d’accéder facilement, même pendant le temps libre, à l’aide de smartphones ou de son propre ordinateur. L’objectif principal des deux fondateurs du portail – Roberto Russo et Francesco Azzollini  – est de transmettre la passion pour ce sujet complexe mais passionnant – avant tout aux jeunes utilisateurs et aux profanes de la finance – à travers une approche multidisciplinaire et créative, en utilisant également des métaphores et des liens avec d’autres disciplines, telles que la psychologie, la philosophie, l’art, l’économie et la musique.

Un master qui forme les profils les plus recherchés 

Le master de Cetif-Università Cattolica del Sacro Cuore  en Innovation financière : FinTech, IA, blockchain, cybersécurité et métavers est renouvelé pour former les profils professionnels parmi les plus demandés dans l’écosystème financier et les startuppers du monde FinTech. Avec des taux de placement de plus de 90% pour la version postgraduate et des taux d’obtention de diplôme de plus de 92% pour la version executive, le master est le premier cours universitaire qui voit la participation active de professeurs invités, de startuppers et d’entrepreneurs israéliens ; les professionnels de Startup Nation ajouteront de la valeur au cours de formation grâce à leur culture profonde et à leur vision sur l’innovation numérique et offriront aux étudiants la possibilité d’étendre leur réseau grâce à des voyages d’études en Israël. La demande de compétences numériques en Italie ne cesse de croître, au point que notre pays est, avec l’Espagne, celui qui a la plus forte demande de professionnels dans ce secteur. Selon l’indice Desi-Digital Economy and Society Index 2022 de la Commission européenne, seuls 54 % des citoyens européens possèdent aujourd’hui des compétences numériques de base, soit 26 points de pourcentage de moins que l’objectif moyen fixé par l’Union européenne d’ici à 2030. Les banques et les compagnies d’assurance, en raison de leur rôle moteur dans l’économie, ne sont pas seulement à la recherche de jeunes professionnels du numérique,  mais sont également appelées à améliorer considérablement les compétences de leur personnel pour faire face à l’innovation dans leurs produits et services. Dans ce scénario, il est nécessaire de former des professionnels à l’intelligence artificielle, à la blockchain, à la cybersécurité, au métavers et à l’économie des jetons, au big data et à l’analytique avancée, au marketing numérique et au commerce numérique. En fait, les institutions financières devraient investir davantage dans la technologie et, selon les réélaborations du Cetif, les professionnels les plus recherchés dans le secteur au cours des prochaines années devraient être des spécialistes du Machine Learning, du Big Data et de l’intelligence artificielle. Ils sont suivis par les spécialistes de la cybersécurité, de l’internet des objets, de l’innovation numérique et des FinTech, et du marketing numérique. Dans un contexte d’innovation ouverte, il est également essentiel de connaître les nouveaux acteurs du numérique : FinTech, InsurTech et RegTech, que les étudiants auront l’occasion d’étudier à travers des cas pratiques et des témoignages italiens et internationaux, ainsi que de mettre en pratique leurs compétences entrepreneuriales à travers des ateliers spécifiques dédiés. Le cours verra également d’importantes innovations dans le format et les méthodologies d’enseignement qui permettront d’accélérer la carrière des étudiants. Le master bénéficie également de la collaboration de professionnels, de cadres supérieurs et de dirigeants qui apporteront leur témoignage sur les principales évolutions du secteur et de la contribution de plus de 30 partenaires de premier plan qui contribuent activement à la réalisation du master en offrant des stages et des opportunités de collaboration aux étudiants, en fournissant des bourses et en partageant des cas pratiques et des expériences. Des bourses sont disponibles pour les étudiants méritants et des avantages économiques pour les anciens étudiants de l’Université Cattolica ainsi que pour les professionnels appartenant au réseau Cetif. Les inscriptions sont ouvertes sur la page dédiée au lien suivant : https://www.unicatt.it/master-digital-innov-and-fintech-la-trasf-dig-nel-set-ban-e-assic-network#sep .

Lire aussi:  Voitures électriques. La plus grande station de recharge Ionity d'Europe à Affi (Vérone)

L’éducation financière à l’école et dans les territoires 

Selon des données récentes, les89,1%  des Italiens sont favorables à l’introduction de l’éducation financière dans les écoles et le 79,5%  demande l’accès à des formations sur des sujets financiers sur le lieu de travail. Dans ce contexte Soyez malin avec l’argent un projet de formation réalisé par la start-up ed-tech Vik School en collaboration avec Investing.com,  plateforme des marchés financiers, et Centre d’innovation de Giffoni qui a accéléré l’école Vik. Deux  sont les principaux objectifs  du projet : intégrer l’éducation financière dans les programmes d’éducation civique  à l’école ; permettre à tous les élèves de l’école obligatoire de recevoir une formation gratuite à l’économie et à la finance éthiques . Notre objectif est très ambitieux et consiste à alphabétiser 250 000 élèves d’ici 2025. Pasquale Battaglia ,  PDG et cofondateur de l’école Vik. A mentionner également  ile projet Save- Sustainability Action Journey Museum Experience  Sauver Save, créé pour rapprocher les jeunes des thèmes de la durabilité, de l’économie circulaire, de l’inclusion sociale et de l’éducation financière, ouvre son activité à l’étranger avec une initiative conjointe destinée aux élèves du secondaire (âgés de 16 à 18 ans) d’Albanie, de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, d’Égypte, de Hongrie, de Moldavie, de Roumanie et de Serbie. Il s’agit d’un concours visant à développer des propositions pour une approche de la vie qui soit cohérente avec les objectifs de durabilité économique et environnementale. Le projet a été promu par le nouveau réseau Flitin-Financial literacy international n Réseau du groupe Intesa Sanpaolo  par l’intermédiaire de ses ambassadeurs. Le Musée de l’épargne est l’initiative d’éducation financière d’Intesa Sanpaolo. Il est ouvert depuis 2012 et est un membre fondateur de l’initiative « Savings Museum ».Iffm-Fédération internationale des musées de la finance L’Iffm est un réseau international de musées, privés et publics, consacrés à la finance et à l’éducation financière. Il est né de l’idée de créer un lieu unique, innovant et ludique dédié aux familles, aux adultes et aux enfants. Un espace où il est possible d’aborder les concepts d’épargne et d’investissement dans un langage clair et simple, afin d’améliorer son niveau d’éducation financière. Le musée s’adresse à un public varié – adultes, adolescents et enfants – et souhaite stimuler la participation active de ses visiteurs. Il ne s’agit pas d’un musée traditionnel, mais d’un projet « ludo-éducatif » unique, où la technologie et l’interactivité sont utilisées pour surprendre les visiteurs. Des supports audiovisuels et interactifs (vidéos en 3D, documentaires, interviews, animations théâtrales) constituent la base des différents parcours de visite. Chacun d’entre eux a été créé spécifiquement pour satisfaire la curiosité des visiteurs et leur besoin d’informations approfondies. Pour plus d’informations : www.museodelrisparmio.it . Enfin, un accord a été signé entre Alleanza Assicurazioni et Aief-Associazione italiana educatori finanziari (association italienne des éducateurs financiers) pour diffuser la culture financière et d’assurance sur tout le territoire, en soutien aux familles et aux communautés. L’entreprise poursuit ainsi son engagement à soutenir la diffusion de l’éducation sur les questions d’investissement, d’épargne, de prévoyance et de protection, un pilier central de la stratégie d’entreprise d’Alleanza Assicurioni. Plan national d’éducation financière  et d’assurance  de l’Alliance . Après le lancement de Index Edufin premier observatoire sur la connaissance et le comportement des Italiens en matière de finances et d’assurance, la société confirme son engagement en lançant deux initiatives distinctes visant à sensibiliser davantage les Italiens à ces questions. En plus de cette initiative, la société a lancé deux autres initiatives visant à sensibiliser les Italiens à ces questions. accord signé avec Aief démarrage de l’activité concours en ligne Edufin vous récompense . Les deux initiatives visent à impliquer davantage la communauté, convaincue que l’éducation financière et à l’assurance est un levier pour l’équité sociale et le bien-être de la population. L’accord avec l’Aief, pour la première fois dans le secteur de l’assurance, permet à 1 500 conseillers en assurance, qui remplissent les conditions requises, d’adhérer au Registre des éducateurs financiers professionnels. Les conseillers, qui se sont distingués en tant que les plus performants pour leur activité professionnelle dans la diffusion de contenus éducatifs sur les médias sociaux, disposeront d’une véritable « licence » et seront inscrits.  au Registre : une valeur ajoutée pour leur professionnalisme et leur rôle qui les confirme comme point de référence pour la communauté et les clients. En 2023 également, le Groupe Credem en coopération avec FEduF La FEduF promeut une série de réunions consacrées à l’éducation financière et destinées aux élèves des écoles secondaires d’Émilie-Romagne. Les événements représentent une opportunité de réflexion, de sensibilisation et d’apprentissage sur les thèmes de l’économie circulaire et de la gestion consciente des ressources, ainsi qu’une étude approfondie des modèles de développement durable et des nouveaux paradigmes économiques, de la finance durable à l’économie civile. Les étudiants seront amenés à travailler sur les thèmes de l’Agenda 2030 de l’ONU et sur les modèles, les approches économiques et les bonnes pratiques qui peuvent accompagner et favoriser le développement durable. Le se dérouleront en ligne et les élèves de différentes écoles pourront participer directement depuis leur salle de classe avec le soutien des enseignants. Le programme fait partie d’un projet plus large entrepris par le Credem dans le but de soutenir le développement des compétences en matière d’éducation financière, notamment grâce à un portail dédié qui permet aux élèves de participer à des activités d’éducation financière. a enregistré plus de 3 600 abonnés au cours de l’année 2022.  

Lire aussi:  Observatoire de Domina. Seuls 4 % des retraités peuvent s'offrir les services d'une personne soignante.

Plus de 20 000 femmes victimes de « violence économique 

Il ressort de l’enquête que Facile.com  commissionnés les instituts mUp Recherche  e Norstat plus de deux femmes interrogées sur trois (67,3 %) ont déclaré avoir peu ou pas de connaissances sur le sujet. Trente-six pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles considéraient les finances personnelles comme un sujet trop difficile, 20 % ont simplement répondu qu’elles n’étaient pas intéressées par le sujet et, en ce qui concerne les femmes vivant avec un partenaire, 12 % ont même admis qu’elles n’étaient pas intéressées par le sujet parce que l’autre moitié s’en occupait. En fait, en parcourant les chiffres de l’enquête, on s’aperçoit que 1,4 million d’Italiennes souhaiteraient combler cette lacune, mais n’y parviennent pas pour diverses raisons : 54 % parce qu’elles n’ont pas le temps, 44 % parce qu’elles n’ont pas les ressources économiques nécessaires (un pourcentage qui dépasse les 53 % chez les femmes du Sud et des Îles). Beaucoup plus grave est la situation des presque 20.000 femmes qui déclarent ne pas pouvoir aborder le sujet parce que leur partenaire ne veut pas le faire.  Si, au niveau national, le pourcentage de femmes qui déclarent avoir des connaissances dans le domaine des finances personnelles est de 32,7%, si l’on regarde les réponses par âge, le pourcentage augmente considérablement pour les femmes âgées de 35 à 44 ans (38,6%, tandis que la valeur diminue si l’on passe à la génération précédente ; elle descend à 30,8% chez les 55-64 ans et même à 30,2% chez les plus de 65 ans). Il est intéressant de constater que la principale source de préparation en matière de finances personnelles n’est pas l’école (seuls 12,5% disent avoir appris quelque chose sur le sujet grâce à leurs études) mais l’auto-apprentissage, à tel point qu’à la question « comment vous êtes-vous préparé en matière de finances personnelles », 57% des répondants disent l’avoir fait eux-mêmes. Pour 23%, l’expérience professionnelle a également été importante, tandis que le rôle de la famille dans l’éducation financière des femmes reste marginal (5,5%). L’enquête a ensuite cherché à analyser le degré de connaissance des personnes interrogées sur certains termes spécifiques liés au monde des finances personnelles (hypothèques, prêts, assurances et factures) en leur demandant, pour chacun d’entre eux, si elles étaient en mesure de les comprendre et de les expliquer. Si la plupart des personnes interrogées déclarent connaître les termes génériques de base, comme hypothèque à taux fixe (67,5 %), hypothèque à taux variable (63,2 %) ou prêt personnel (63,3 %), la situation se dégrade lorsque l’on approfondit ces sujets. Par exemple, 76% ne peuvent expliquer la signification de Tan et 72% ignorent également ce qu’est Taeg. Dans le domaine des assurances, en revanche, un répondant sur deux ne sait pas ce qu’est la franchise, tandis que 66% ne connaissent même pas la signification d’un plafond.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *