sam. Fév 24th, 2024

Presque dès sa conception urbanistique et de quartier, la Cerro del Águila est resté étroitement lié à la banlieue de San Bernardo. Ce quartier ouvrier et modeste, presque indépendant de la ville elle-même, a été inclus dans la délimitation de la paroisse de San Bernardomais la croissance constante de la zone dans les années vingt du siècle dernier (et les presque trois kilomètres qui séparent les deux églises) rendait impossible la fourniture d’une « assistance spirituelle conforme » aux besoins de près de onze mille résidents. El Cerro était une réalité et la ville ne cessait de croître.

Les premiers registres paroissiaux et toute la documentation ecclésiastique relative au Cerro furent conservés à San Bernardo, jusqu’à ce que le siège de la paroisse soit transféré dans la bien-aimée « petite chapelle » qui existait sur l’avenue de Hytasa et où l’on rendait le culte à la dévotion des Dolores. En 1953, les travaux de construction de l’église paroissiale actuelle commencèrent. de Nuestra Señora de los Dolores et la confrérie sacramentelle, la première à être fondée dans le quartier en 1945, s’y installe. Cependant, par pure géographie, la confrérie de Cerreña se rend tous les mardis saints tout près de Campamento, Tentudía et d’autres rues du quartier de San Bernardo pour se rendre à la Carrera Oficial, défiant les distances et les espaces.



Table des matières

Contexte

Le lien et les racines avec Saint-Bernard étaient si forts que les Mardi Saint 1990, un an après sa première procession pénitentielle à la cathédrale, la confrérie a fait un voyage de retour très spécial. Ce 10 avril (le premier jour complet des confréries cette année-là), Cerro del Águila a vu pour la première fois que les images de l’Église de Jésus-Christ et de l’Église de Jésus-Christ étaient exposées au public. deux soldats romains du paso du Christ crucifiéréalisé par Juan Manuel Miñarro, ce qui signifiait que la procession était terminée. Les candélabres de queue du char de la Vierge, réalisés par l’Orfèvrerie Delgado López, ont également été présentés en avant-première, ainsi que la broderie sur le devant de la draperie frontale, conçue par Francisco Carrera Iglesias.

Lire aussi:  Toute l'information du Conseil des Confréries de Séville dans un nouveau site web

Curiosité supplémentaire, la Virgen de los Dolores portait l’ancien manteau de la Encarnación, le manteau de Padilla, porté pour la première fois en 1962, que la confrérie de La Calzá avait remplacé en 1989. Mais ce qui est peut-être le plus remarquable, au-delà de la répétition d’un exploit impensable, c’est que la procession est passée sur le pont d’Enramadilla pour la dernière fois avant la transformation urbaine de l’Expo. Et la clé est dans le retour : la fraternité est revenue dans son quartier. par les rues Alemanes, Argote de Molina, Francos, Cuesta del Rosario, San José et Puerta de la Carne, pour déboucher sur l’avenue Ramón y Cajal par les rues San Bernardo et Campamento, en visitant l’église paroissiale du vieux quartier.

Nouvelles

Le mardi saint dernier (jour toujours indomptable, symptôme de santé et de vitalité), la confrérie du Cerro del Águila a de nouveau tourné sur sa gauche en quittant la cathédrale, reproduisant le chemin qu’elle avait emprunté il y a trente-trois ans. Cette fois-ci, elle n’est pas entrée dans le quartier de San Bernardo, mais dans le quartier de la ville. Il a remonté le pont et est passé devant l’usine d’artillerie, Eduardo Dato et la zone autour de la Gran Plaza. Les confréries décideront de répéter ou non le modèle de ce Mardi Saint. Mais ce qui est certain, c’est que le Cerro del Águila, est déjà un élément indispensable de notre Semaine Sainte, il a redécouvert sa propre histoire et le quartier de San Bernardo, qu’il considère comme le sien et qui lui procure tant de joie et de souvenirs.

Lire aussi:  Voici les groupes qui participent au concours de la fraternité Jesús Despojado.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *