dim. Juin 4th, 2023

Ils se sont connus grâce à Economy of Francesco, et grâce à Economy of Francesco, ils essaient, à leur manière, de changer un petit bout de monde, en offrant une opportunité de formation à des dizaines de jeunes en Zambie. Luca Campanella, 27 ans, est un jeune passionné d’informatique : originaire de la province de Milan, il étudie actuellement en Suisse pour obtenir son master ; Patrick Mwanza, 36 ans et en Italie depuis sept ans, vient précisément du pays d’Afrique australe mais vit à Côme avec sa femme et ses trois enfants. « Je sais à quel point mon pays a besoin d’opportunités et de changements : l’Économie de Francesco m’a donné la chance d’entrer en contact avec d’autres personnes qui ont le même désir de s’impliquer dans quelque chose de plus grand », déclare Patrick. L’une de ces personnes est Luca : avec Patrick, le « tandem » fonctionne et tous deux, il y a un an et demi, ont conçu et mis en place l’école Pacar, un cours d’informatique professionnelle mis en place dans certains lycées de Zambie et qui, à ce jour, a impliqué environ 150 étudiants pour l’avant-dernière année. « C’était la première fois qu’il venait en Afrique, et j’étais heureux de penser que je n’étais pas seul à vouloir faire quelque chose pour mon pays, mais que j’étais accompagné dans ce voyage par quelqu’un qui ne connaissait peut-être rien de la Zambie auparavant.

Tel est l’esprit d’EoF, le mouvement de jeunes économistes et entrepreneurs (et rêveurs) fortement soutenu par le Pontife et qui attire et inspire des centaines de jeunes vers la réalisation d’objectifs importants, en premier lieu une économie avec une âme. « Nous avons commencé par contacter deux lycées catholiques du diocèse de Mansa, l’un pour les filles et l’autre pour les garçons », explique Luca, pour sa part, « nous avons d’abord donné un coup de main pour installer le laboratoire informatique, puis nous avons commencé les cours proprement dits, à raison de deux heures par semaine pendant l’année scolaire, en commençant principalement par la création d’un site web. A la fin de chaque trimestre, avec notre aide, les professeurs ont fait passer des examens aux enfants pour essayer de comprendre leur niveau. Bien sûr, les difficultés ne manquent pas : les ordinateurs à disposition ne fonctionnent pas toujours correctement, la connexion Internet bute et parfois, les enseignants eux-mêmes ont besoin d’une formation complémentaire. Mais la passion est grande. Nous avons remarqué que l’enseignement dans les écoles de Zambie s’arrête souvent au niveau théorique, faute de moyens, ce qui n’aide pas les enfants à trouver un emploi une fois diplômés », ajoute Luca. C’est pourquoi la formation pratique est cruciale et ce que nous faisons peut être très significatif.

Lire aussi:  Fiscalité. Rottamazione quater, les demandes pour éviter de payer des pénalités sont ouvertes

Entre-temps, le nombre d’écoles impliquées a augmenté : aujourd’hui, les cours sont dispensés dans cinq classes, et des contacts ont déjà été pris avec deux autres. Les institutions locales ont également fait part de leur satisfaction. En septembre dernier, Luca et Patrick ont présenté l’école Pacar à tous les participants à l’événement « Économie de François » à Assise, afin de recueillir des avis et de nouvelles idées, notamment pour rendre le projet encore plus durable dans le temps. À Assise, la présence du pape François nous a donné un grand coup de pouce », souligne Patrick, « il nous a convaincus une fois de plus que nous faisons quelque chose de bien pour les autres ». Dans la même veine, Luca : « Grâce à la présence du pape, nous avons senti qu’EoF et les interventions comme les nôtres bénéficient d’un grand soutien et nous avons vu ses conseils spirituels se concrétiser. Pour changer le monde, nous pouvons aussi partir d’ici ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *