dim. Avr 21st, 2024

Près d’un Italien sur quatre a choisi de voyager pendant le week-end de Pâques pour retrouver des parents et des amis, partir en vacances ou simplement faire une excursion d’une journée, tandis que les voyages à l’étranger sont également proches des chiffres de 2019. Selon l’analyse Coldiretti/Ixè, les destinations préférées restent italiennes pour 95% des vacanciers, de la mer aux villes d’art en passant par la montagne. Très populaires sont les agritourismes où, selon Campagna Amica Terranostra, il y aura plus de 500 mille présences d’Italiens poussés par le désir de rester en plein air à la recherche d’une bonne nourriture. Une offre qui stimule également les petits villages de moins de cinq mille habitants, d’où proviennent 92 % des produits nationaux typiques. Ce qui pousse également les gens à choisir l’une des 25 400 entreprises d’agritourisme, c’est l’évolution vers un tourisme italien de proximité, « durable » en termes de coûts, de distances et de respect de son propre bien-être, avec une attention particulière pour les plaisirs de la table.

De nombreux menus de Pâques réservent une place d’honneur au poisson, choisi par près de six Italiens sur dix (58%), indique Coldiretti/Ixè, à partir d’aujourd’hui, vendredi saint. Un rendez-vous qui pousse de nombreuses personnes à s’abstenir de consommer de la viande pour respecter une tradition religieuse qui, cette année, est encore plus sincère. Huit millions de citoyens, selon Coldiretti, ont décidé de jeûner cette année, redécouvrant une pratique qui s’était estompée au fil du temps, avec un seul repas dans la journée. Parmi ceux qui mangeront peu de graisses à Pâques, la préférence, précise Coldiretti, va surtout aux poissons gras, des anchois aux sardines en passant par les maquereaux, vendus à des prix inférieurs, conformément aux critères de sobriété exigés par la fête.

De nombreuses présences également dans les villes d’art, plus de 1,7 million selon une enquête réalisée par le Cst Centro studi turistici pour Assoturismo Confesercenti. Il est enregistré une augmentation d’environ 190 mille nuitées par rapport à Pâques 2022 et on prévoit au moins 780 mille présences de touristes italiens et jusqu’à 980 mille de touristes internationaux (56% du total). En détail, pour Pâques, le mouvement touristique dans les villes et les centres d’art enregistrera +12% de présences par rapport à 2022 et la saturation moyenne des structures d’hébergement est prévue à 80% de la disponibilité. Les touristes en provenance des États-Unis, de France, du Royaume-Uni, d’Espagne, d’Autriche, des Pays-Bas, de Pologne et de Suisse sont en augmentation, tandis que l’on note la lente reprise de certains marchés non européens (comme la Chine, le Japon, l’Australie, la Corée du Sud, l’Inde, le Brésil et le Canada) et l’absence des Russes.

Selon l’Observatoire Astoi Confindustria Viaggi, l’association qui représente plus de 90 % du marché italien du tourisme, il y a également un grand nombre de réservations de voyages par les Italiens pour des destinations étrangères. De la Mer Rouge au Japon, des Etats-Unis à l’Islande, malgré les augmentations de prix liées à l’inflation, les chiffres sont proches de ceux de 2019, l’année précédant la pandémie de Covid. La Mer Rouge reste la première destination balnéaire, suivie par les croisières sur le Nil, la Jordanie et le Cap Vert ; sur le long courrier, l’Océan Indien, le Japon et les États-Unis se distinguent, tandis qu’en Europe la demande est bonne pour les city breaks, les circuits en Islande et en Norvège et – toujours en Italie – pour le sud en général.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *