sam. Juil 20th, 2024

Bilan positif de Vinitaly au Parc des Expositions de Vérone . L’Exposition internationale du vin s’est clôturée avec un total de 93.000 visiteurs, dont 29.600 étrangers. Le nombre d’acheteurs étrangers a augmenté par rapport à l’édition précédente (+20% environ), provenant de 143 pays et représentant un tiers du nombre total d’opérateurs accrédités. Un public digne d’un redémarrage en douceur des 4 000 entreprises exposantes qui ont rencontré plus de 1 000 acheteurs lors de plus de 11 000 rendez-vous d’affaires programmés. Parmi les 18 pavillons et comptoirs de dégustation, les arrivées d’opérateurs des États-Unis (+45%) et d’Asie (+116%) ont connu une forte croissance. Dans ce scénario, lesObservatoire  Federvini  en collaboration avec Nomisma  e Tradelab , le Vins , Les esprits  e Aceti,  représenté par Federvini Le secteur de l’alimentation et des boissons a enregistré en 2022 une tendance fortement caractérisée par des facteurs de discontinuité dus à l’augmentation soudaine des coûts de production et de transport et à l’inflation. Dans l’ensemble, le secteur réalise un chiffre d’affaires de plus de 31 milliards d’euros et exporte pour plus de neuf milliards d’euros, soit 22 % du total des exportations de produits alimentaires et de boissons du pays, environ 570 000 entreprises et 870 000 employés, directs et indirects. . Selon les calculs de Nomisma, les vin  en Italie en 2022 par rapport à 2021 sont confirmés à la baisse avec -1,8%. La catégorie des vermouths a souffert (-9,4%) par rapport à -5,4%, mais surtout la catégorie des vins tranquilles et pétillants qui a enregistré -6,9% en 2022 par rapport à -2,2%. Cette dernière catégorie a été fortement affectée par la baisse des labels AOP (-8,1%) et IGP (-7,6%). La baisse des ventes a été plus contenue spiritueux où l’on observe une légère contraction en 2022, -0,6%. Dans la catégorie, les distillats et spiritueux ont augmenté de 0,7%, contrairement aux bitters -4,8% et aux liqueurs douces -5,6%. Le succès du gin se poursuit tant en volume qu’en valeur. Chapitre vinaigres , les ventes en grande distribution en 2022 affichent une légère baisse (-0,5%) par rapport à 2021. En désagrégeant la catégorie on observe la continuité des ventes de vinaigre balsamique (+0,8%), tandis que le vinaigre de vin (-3,9%) et le vinaigre de pomme (-5,6%) sont en baisse. « Nous avons clôturé l’année 2022 avec une croissance des valeurs à l’exportation », explique le président de la Commission européenne. Micaela Pallini,  présidente de Federvini  avec une bonne reprise de la consommation hors foyer due également aux réouvertures post-pandémiques, mais avec une tendance inquiétante dans le canal de la grande distribution du marché intérieur où les produits haut de gamme en particulier ont souffert. Les prévisions pour 2023 ne sont pas encourageantes, d’une part le marché intérieur est marqué par une forte inflation et une faible croissance du PIB, et d’autre part nous subissons une attaque sans précédent contre la réputation de nos secteurs en raison de la tendance internationale à ne pas faire de distinction entre la consommation et l’abus d’alcool, sans tenir compte du fait qu’une consommation consciente et modérée est compatible avec un mode de vie et un régime alimentaire équilibrés, comme l’Italie le démontre mieux que tout autre pays dans le monde ». Dans l’ensemble, les données relatives aux exportations de vin sont positives et montrent une croissance à deux chiffres des exportations de vin vers des pays tels que le Royaume-Uni (+51,4 %), suivi du Japon (+25,1 %), du Canada (+17,9 %), de l’Australie (+17,4 %), des États-Unis (+15,6 %) et de la France (+15 %). En outre, dans l’UE, les exportations de vin vers les pays de l’Union européenne ont augmenté. spiritueux  Les chiffres d’exportation sont positifs et montrent qu’au cours de la période janvier-octobre 2022, le secteur a enregistré +29% par rapport à la même période en 2021. Le secteur est tiré par la Grappa (+23%). Globalement, les meilleures performances sont enregistrées aux États-Unis, où la catégorie des spiritueux enregistre +38% par rapport à la même période en 2021, et en Allemagne, où la Grappa est toujours la plus populaire +33% par rapport à 2021. Les exportations de vinaigres  sur les principaux marchés de destination, avec des augmentations aux États-Unis (+30%), en Allemagne (+18%) et au Royaume-Uni (+7%).

Des champs à la table en passant par les bancs de l’école 

Dans  Italie le « le monde du vin » emploie de nombreuses personnesqui trouvent un emploi dans les vignobles, les caves ou la distribution commerciale. La chaîne d’approvisionnement compte de nombreux professionnels : du viticulteur à l’agronome, du responsable de l’analyse des raisins et du contrôle de la qualité au caviste, de l’œnologue à l’ambassadeur de la marque, du sommelier au blogueur du vin.  Chaque année, le nombre de jeunes qui souhaitent se spécialiser dans l’étude de la viticulture et de l’œnologie augmente de plus en plus. Une excellence italienne est celle des instituts agricoles spécialisés en œnologie.  La première école œnologique italienne a été ouverte à Conegliano (Trévise) en 1876.Institut Cerletti le plus ancien d’Italie et d’Europe. En 1923, l’Institut expérimental de viticulture et d’œnologie de Conegliano a été fondé et, aujourd’hui encore, l’Institut de viticulture et d’œnologie de Conegliano est le plus ancien d’Italie.Université de Padoue  a créé sa propre branche de la faculté d’œnologie, ce qui a certainement contribué au développement du secteur vitivinicole dans cette région. Après Conegliano, c’est au tour de Avellino  en 1878, tandis qu’à 1881 a commencé, en partie grâce à l’intérêt du ministre d’Alba Michele Coppino, le projet de loi sur l’agriculture. École royale de viticulture et d’œnologie de Alba. En outre, un réseau d’écoles d’œnologie a été mis en place, impliquant des écoles agricoles avec un système spécial de viticulture et d’œnologie, qui ont activé le cours pour obtenir la qualification d' »œnotechnicien » et ont des exigences spécifiques pour garantir la solidité et le sérieux de l’offre de formation, comme, par exemple, la disponibilité des vignobles avec les machines correspondantes, la disponibilité de la cave pour transformer les raisins en vin et la disponibilité des laboratoires œnochimiques. Le réseau des écoles œnologiques italiennes – il y en a 15 dans presque toutes les régions – a été créé en 2009 dans le but de favoriser la comparaison et l’échange sur les questions didactiques, techniques et programmatiques et de sauvegarder la spécificité du parcours de formation réservé aux futurs experts du secteur et agit comme un interlocuteur important avec les ministères compétents. De nombreuses universités ont mis en place des formations diplômantes dans le domaine de l’agriculture et de l’œnologie, qui figure parmi les secteurs offrant les meilleures perspectives d’emploi. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 83 % des diplômés trouvent un emploi cinq ans après la fin de leurs études (données Almalaurea). À cela s’ajoutent de nombreuses maîtrises liées au monde du vin. Les consortiums de protection se montrent également attentifs à l’amélioration de la qualité et du professionnalisme. Les consortiums de protection se montrent également attentifs à l’amélioration de la qualité et du professionnalisme. Consorzio di tutela del Connegliano Valdobbiadene Prosecco Docg,  par exemple, a lancé deux nouveaux projets : Green Academy et Wine Tourism Lab .  Le premier est un incubateur de recherches, d’études, de contenus et de nouvelles idées pour travailler de manière de plus en plus structurée, agrégée et concrète sur le côté durable du territoire. Le second agit comme une colle
entre les différentes figures professionnelles et vise en même temps à sensibiliser les jeunes aux opportunités plus larges que le territoire offrira dans les années à venir. Plus seulement le vin, mais aussi le paysage, la beauté, la santé, l’alimentation, les loisirs, la nature, autant de voix qui se fondent en une seule : œnotourisme .

Un pacte pour sauver l’industrie alimentaire italienne 

« Un pacte entre le gouvernement et les coopératives agroalimentaires pour sauvegarder l’excellence de notre made in Italy dont les coopératives représentent 1/4 de la valeur », dit Maurizio Gardini, président de Confcooperative  réunion Francis  Lollobrigida Ministre de l’Agriculture, de la Souveraineté alimentaire et des Forêts. « En Italie, ils sont en fait fabriqués par des coopératives : les 60 % de la production de vin, 70 % de la production laitière, plus de 40 % de la production de fruits et légumes et 60 % de la production de volailles et de lapins. . A chaîne d’approvisionnement trois fois italienne en termes de produits, de producteurs et de territoire.  Il est impensable – ajoute Gardini – de se battre sur le même marché avec des règles différentes. La compétitivité d’un secteur qui représente 15 % du PIB est minée par de nombreux vermisseaux : 1) l’absence d’un système de contrôle de la qualité, 2) l’absence d’un système de contrôle de la qualité. le dumping et le travail au noir d’une part de nombreuses entreprises qui respectent les règles, d’autre part celles qui ne les respectent pas ; 2) la spirale inflationniste vertigineuse des coûts de l’énergie et de la main-d’œuvre.l’énergie  et le matières premières 3) les inadéquation  l’absence de figures professionnelles ; 4) la De la ferme à la fourchette  et les réglementations de l’UE en matière de durabilité qui obligent les entreprises à se retourner trop rapidement sans mesures d’accompagnement, et tout en réglementant le marché de l’UE, les produits agricoles sont importés de pays où le Ddt est encore utilisé ; 5) la nutriscore  à laquelle nous réitérons notre vive opposition car elle banalise et pénalise le régime méditerranéen ; 6) enfin Sonnerie italienne  qui pèse plus de 100 milliards d’euros, soit deux fois plus que nos exportations. « La restauration de la bons  est une mesure adoptée par le gouvernement qui va dans le bon sens. Le nos coopératives emploient 530 mille personnes, elles pourraient en employer 25 mille de plus mais nous manquons de professionnels compétents. Dans lesl’agriculture  – conclut Gardini  – à nos coopératives qui emploient 74 000 personnes, plus de 2 500 travailleurs, simples ou qualifiés, sont portés disparus « . « Jusqu’à récemment, la principale préoccupation des coopératives », a déclaré le président de Confcooperative FedagriPesca Carlo Piccinini  dans son discours – était de valoriser le produit de ses membres et d’être compétitif sur le marché : aujourd’hui, cependant, il y a aussi le problème de produire et de commercialiser tout en faisant face à des difficultés croissantes découlant des choix politiques de l’UE en matière d’alimentation et de pêche, qui sont pour le moins idéologisés. Nous risquons de ne plus pouvoir remplir notre mission de promotion du développement économique et social, en particulier dans les zones les plus marginales du pays ». Le président de la fédération agricole Confcooperative, qui associe plus de 3 mille coopératives agroalimentaires et de pêche pour un chiffre d’affaires total de plus de 32,6 milliards d’euros. a appelé le ministre à faire en sorte que le ministère qu’il dirige « adopte une position fortement critique à l’égard des dernières propositions réglementaires de la Commission européenne sur la réduction des produits phytopharmaceutiques et des emballages plastiques, ainsi que celles qui tendent à pénaliser les secteurs du vin et de la viande, sans faire de distinction entre l’usage modéré et l’abus de produits considérés comme nocifs pour la santé ». Le ministère de la Souveraineté alimentaire est appelé à protéger avec vigueur et détermination notre système agroalimentaire contre toutes ces initiatives qui ne tiennent pas compte des études approfondies de leur impact sur le système de production et qui, sans tenir compte du cadre de difficultés croissantes dans lequel évoluent nos entreprises, risquent d’avoir des conséquences incalculables sur la sécurité de l’approvisionnement ». Président Piccinini a ensuite proposé à la ministre Lollobrigida d’orienter les ressources publiques allouées au secteur agroalimentaire vers les réalités productives spécifiques qui investissent en Italie, génèrent des industries locales connexes et vendent des produits qui sont le fruit d’une chaîne d’approvisionnement véritablement entièrement italienne. À notre avis », a conclu le président, « il est souhaitable qu’au moins les ressources du ministère de l’agriculture, de la souveraineté alimentaire et des forêts servent à récompenser ceux qui peuvent se vanter d’être les plus performants dans le domaine de l’agriculture ». marque Made in Italy, en exploitant les outils de traçabilité disponibles aujourd’hui pour attribuer la marque à l’entreprise. made in Italy uniquement aux processus de production dans lesquels l’origine italienne des facteurs de production est garantie et certifiée, en commençant par la matière première.  jusqu’à la transformation ». Une revendication, avancée par la coopérative, qui se fonde précisément sur « l’importance et le rôle que les coopératives jouent dans la construction et la préservation du patrimoine culturel et économique du pays ». Pour le président Piccinini, « un concept aussi important pour notre économie et aussi précieux pour le tissu agroalimentaire italien doit nécessairement être valorisé et soutenu par des interventions de politique économique destinées à ceux qui peuvent vraiment se vanter d’être des coopératives ». marque Fabriqué en Italie« .

Le recrutement dans l’administration publique et le secteur privé 

Feu vert du Conseil des ministres à un décret visant à renforcer l’administration publique. Un peu plus de 3.000 recrutements sont en cours, dont les deux tiers (2.100) pour les forces de sécurité. Carabinieri, Guardia di Finanza, Fire Brigade, State Police, Harbour Offices et Coast Guard. Le texte comprend également des règlements visant à renforcer le personnel des ministères et des autorités locales impliquées dans la mise en œuvre du PNR et la protection de la santé et de la sécurité publiques. Le texte porte à 12 %, jusqu’au 31 décembre 2026, le pourcentage maximum pour le pourvoi des postes de direction dans les administrations agissant en tant que stations contractantes pour le PNR avec du personnel extérieur à l’administration publique. Il augmente également, comme cela a déjà été envisagé sur la base des crédits inscrits dans la loi de finances pour 2022, les effectifs des administrations centrales, en fixant au 30 juin la date limite pour la réorganisation des structures et la mise en place des procédures de recrutement de personnel correspondantes. Pour l’année scolaire 2023/2024, une procédure de recrutement extraordinaire d’enseignants est également prévue,  inclus dans la première bande des listes provinciales pour les remplacements ou dans les listes supplémentaires spéciales, qui sont en possession de la qualification de spécialisation en soutien. En outre, une action est entreprise sur les procédures de concours pour les cadres techniques avec fonctions d’inspection du Ministère de l’Education et du Mérite, afin de débloquer les procédures de recrutement y afférentes. Une disposition visant à encourager les chercheurs de haut niveau à rester en Italie ou à en attirer d’autres de l’étranger, comme les lauréats des projets Gant Horizon et Marie Curie, est également prévue. Le texte prévoit une augmentation de la rémunération pouvant aller jusqu’à 30 % pour les chercheurs qui obtiennent un financement de la recherche. En attendant Sb Italie qui réalise des solutions informatiques de pointe pour les entreprises désireuses d’innover, continue de croître en termes de chiffre d’affaires, de clients, de projets et de solutions réalisées, ce qui se reflète également dans la croissance de son personnel, qui s’enrichit constamment de nouvelles ressources : cinq  personnes par mois.  Les professions actuellement recherchées varient entre le personnel de vente – junior et senior – et les développeurs et programmeurs.  Tous les postes à pourvoir sont répertoriés ici : https://www.sbitalia.com/lavora-con-noi/ . Au lieu de cela iBanFirst a attiré 100 nouveaux clients et employé 15 spécialistes en seulement un an depuis son ouverture à Milan. L’objectif est d’en atteindre 30 d’ici 2024.  Il a confiance pour commencer la recherche de trois nouveaux profils au cours du second semestre 2023 . La recherche comprendra deux postes de vendeurs débutants et un spécialiste des devises  à placer dans notre département de gestion des comptes. La procédure de sélection est très simple et rationalisée. Chaque offre d’emploi est publiée à la fois sur le site web et sur les canaux sociaux classiques. Après une première sélection des candidatures reçues, le processus de sélection varie en fonction des caractéristiques du poste recherché, mais commence généralement par un appel cognitif au cours duquel le candidat est évalué en termes de motivation et de connaissance de l’entreprise. Tous les contrats sont à durée indéterminée. Les nouveaux employés sont d’abord jumelés à un mentor dont l’objectif est de leur faire partager toutes les activités et les valeurs fondamentales de l’entreprise. Par la suite, les employés participent à des sessions régulières de remise à niveau organisées dans tous les sites européens. Enfin, le conseil d’administration de Kiko Milan , enregistré  en 2022 ses meilleurs résultats, avec  recettes nettes s’élevant à 671 millions d’eurosen hausse de 42% par rapport à 2021 et de 14% par rapport à 2019. Sonsidéré 30 embauches au siège de Kiko à Bergame  d’ici le deuxième trimestre 2023 dans différents domaines : marketing, opérations, commerce électronique, juridique, immobilier de détail, Esg, communication interne.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *